Forum

lettre ouverte a mr daniel picart

1 24-Jun-2015 19:18 (il y a 7 ans 3 mois 7 jours)

atherine Laillé
Présidente de l'ONEP
Monsieur Daniel PICART
Président du Marché du Porc Breton
4 Avenue du Chalutier Sans Pitié
22190 Plérin
Auch, le 24 juin 2015
Lettre ouverte à Monsieur Daniel Picart, Président du marché du porc breton
Monsieur le Président,
Deux grandes enseignes de GMS opérateurs dans l'abattage se sont engagées à faire
augmenter le prix du porc de 5 centimes par semaine. Nous ne doutons pas de leur bonne volonté,
mais nous souhaitons que cela soit réellement vérifiable.
Dans les analyses et commentaires des marchés, nous souhaitons, dès maintenant, que
vous fassiez connaître par acheteurs le nombre de porcs achetés et les prix d'achat. Il est
fondamental, qu'au regard de la crise financière grave que connaissent les éleveurs, qu'il y ait une
parfaite transparence pour savoir avec précision quels sont les acheteurs qui tirent le prix vers le
bas et ceux qui le tire vers le haut. Il est certain que l’égoïsme doit cesser au sein de la filière
porcine, mais le marché du porc Breton doit également être plus transparent pour les éleveurs, au
risque de les voir disparaître.
Le marché du 22 juin ayant clôturé à – 1 centime, cette semaine ne pourra clôturer avec un
cours en moyenne au-delà de + 4cts et ce, dans le cas où, lors du marché du 25 juin, la hausse est
de + 5 cts : ce qui nous paraît impossible. Il est triste de voir que les bonnes paroles ne sont pas
suivies de véritables résultats.
Nous vous rappelons que l'avenir des éleveurs de porcs en Bretagne, comme ailleurs,
passera obligatoirement par des prix qui couvrent les coûts de production et la seule issue à cette
crise est un retour rapide à des prix rémunérateurs.
Dans l'attente de votre réponse, recevez, monsieur le Président l'expression de nos
sentiments les plus distingués.
Catherine Laillé, Présidente de l'ONEP
Organisation National des Eleveurs de Porcs
Catherine LAILLE, Présidente - Tél: 06 73 04 14 04
ONEP - 1, Impasse Marc Chagall - BP 50590 – 32 022 AUCH - Tél : 05 62 60 14 96 – Mail : crun@coordinationrurale.fr
La culture de la Terre pour nourrir les Hommes

2 24-Jun-2015 19:19 (il y a 7 ans 3 mois 7 jours)

breizhpigbreizhpig
2

3 24-Jun-2015 21:22 (il y a 7 ans 3 mois 7 jours)

+10000

IL EST GRAND TEMPS QUE L'ON SACHES QUI EST AVEC NOUS ET QUI EST CONTRE NOUS

bayale

4 24-Jun-2015 21:28 (il y a 7 ans 3 mois 7 jours)

il ne faut pas trop se faire d"illusion je serais surpris d"avoir une réponse positive

comme on dit pour vivre heureux vivont caché

je vous ferais suivre la réponse

5 24-Jun-2015 21:58 (il y a 7 ans 3 mois 7 jours)

soutiens a 10 000 % !!!!

 

6 08-Jul-2015 9:57 (il y a 7 ans 2 mois 23 jours)

 24/06/15
Elevage
Eleveurs en colère : la grande distribution réaffirme son soutien, demande aux transformateurs d'agir

Après Lidl France vendredi, les distributeurs Carrefour, Système U et Leclerc ont rappelé mardi leur volonté de soutenir les filières agricoles en répercutant les hausses de tarifs, se plaignant à mots plus ou moins couverts que certains transformateurs industriels ne respectent pas leurs engagements.

Ces déclarations interviennent au lendemain d'une série d'actions contre la grande distribution dans le Grand Ouest menées par des éleveurs en colère pour exiger une remontée du prix d'achat de leurs produits. Dans un communiqué, Carrefour indique qu'il "s'engage à répercuter à l'achat de façon hebdomadaire les évolutions des marchés sur toute la viande fraîche bovine et porcine". Système U se déclare "conscient des difficultés rencontrées" par les producteurs de boeuf, de porc et de lait "et a décidé, pour renforcer son accompagnement des filières agricoles, de mettre en oeuvre des mesures visant à revaloriser les marges des producteurs". Mais ces deux enseignes rappellent qu'elles ne peuvent agir seules, car elles ne négocient pas directement les tarifs auprès des éleveurs. N'étant pas opérateurs directs, elles doivent passer par des abattoirs ou des transformateurs industriels pour s'approvisionner. "On ne cherche pas à se dédouaner, mais il est important de comprendre que ce n'est pas nous, grande distribution, qui détenons le noeud du problème", a expliqué un représentant de Système U.

Pour la viande, Carrefour indique ainsi qu'il "ne peut pas agir directement sur ces cours n'ayant pas d'activité intégrée d'abattage et de découpe". Système U explique également ne pas être "opérateur direct au cadran de Plérin", le marché du porc breton. "C'est pour cela qu'il a demandé à son fournisseur de viande fraîche Cooperl de payer à la production le kilo de porc à hauteur de 1,40 euro", le cours au cadran étant actuellement de 1,346 euro. Concernant ses produits à marque U, "la même demande a été faite auprès de notre fournisseur Brocéliande (filiale Cooperl)", indique l'enseigne.
Pour le lait, Système U indique que, lors de ses négociations commerciales, il a pris comme base un prix de 34 centimes d'euros. Or, le groupement s'étonne de constater qu'à ce jour, le litre de lait soit toujours acheté à la production 30 centimes, s'interrogeant sur ce différentiel. Sur cette question précise, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) "condamne le hold-up de certains transformateurs laitiers qui préfèrent se dédouaner en accusant leurs clients (les GMS) de tous les maux", écrit-il dans un communiqué. "La semaine dernière, j'ai demandé à la transformation d'actionner la clause de survie pour les éleveurs laitiers car aucune avance conjoncturelle n'a été décidée par les entreprises depuis 6 mois alors que nous nous enfonçons dans la crise", ajoute Thierry de Roquefeuil. 
Enfin pour la viande bovine, Système U s'est déjà engagé à une revalorisation hebdomadaire de 5 centimes, pour atteindre à terme une augmentation de 50 centimes au kilo. Michel-Edouard Leclerc, patron des centres du même nom, a quant à lui publié sur son blog, les cours d'achat auxquels son propre abattoir, Kermené, achète la viande de porc pour montrer que les tarifs qu'il propose sont supérieurs à ceux d'autres acteurs du marché. Reprenant des propos tenus au Télégramme de Brest par le président du Marché du porc breton, Daniel Picard, le distributeur affirme que "Leclerc et Intermarché ont respecté leurs annonces. (...) En revanche, d'autres opérateurs ne jouent pas le jeu", pointant du doigt "les grands salaisonniers qui opèrent une stratégie de contournement du marché" en allant s'approvisionner dans d'autres pays moins chers.Vendredi, Lidl France avait également interpellé les industriels de la filière bovine, assurant que ceux-ci n'avaient à ce jour rien fait pour répercuter les revalorisations tarifaires décidées le 17 juin lors d'une réunion au ministère de l'Agriculture.

Source : AFP

olmerolmer
2

7 08-Jul-2015 13:13 (il y a 7 ans 2 mois 23 jours)

Cher eleveurs, a vous de choisir , bigard socopa bernard abera (sofiproteol, beulin fnsea) veulent la baisse les autres kermene, jpa, cooperl veulent la hausse.rdv demain jeudi a plerin

 MrVincent

8 10-Jul-2015 0:58 (il y a 7 ans 2 mois 21 jours)

Vous êtes bien naifs si vous pensez que la grande distri agit pour vous... le but de kermene et jpa en faisant monter le cours, c'est de faire fermer les autres sur le long terme.

9 13-Jul-2015 23:55 (il y a 7 ans 2 mois 18 jours)

Ce message a été supprimé par le modérateur.

10 13-Jul-2015 23:56 (il y a 7 ans 2 mois 18 jours)

Ce message a été supprimé par le modérateur.
didier44didier44

11 19-Jul-2015 20:31 (il y a 7 ans 2 mois 12 jours)

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum