Forum

parter en paix

1 07-Jan-2016 21:57 (il y a 6 ans 8 mois 25 jours)

Malgré la convivialité qui prédomine toujours lors des rencontres régulières entre les représentants de la FNSEA et la presse, les leaders du syndicat majoritaire, Xavier Beulin en tête, ne pouvaient cacher une certaine résignation mercredi 6 janvier 2016 durant la présentation des vœux du syndicat.

Face à des filières d’élevage – bovine, porcine et laitière – plongées dans les difficultés et ne voyant pas de sortie de crise dans les prochains mois, la FNSEA sait bien que les enveloppes budgétaires obtenues en juillet et septembre 2015 ne seront pas suffisantes.

Pire, pour la première fois, le syndicat évoque à demi-mot qu’il faudra accompagner un certain nombre de producteurs vers une sortie « digne » du métier. « Nous savons qu’un certain nombre de nos collègues, quelles que soient les décisions qui seraient prises dans les prochaines semaines, ne pourront plus continuer leur activité en 2016 », a ainsi expliqué Xavier Beulin.

« Un dépôt de bilan est toujours très difficile à vivre en agriculture. Notre responsabilité est d’accompagner ces agriculteurs sur le plan social. Nous devons faire en sorte d’identifier, pour ces agriculteurs, des portes de sortie honorables et dignes du métier qu’ils ont exercé. » En clair, la Fnsea veut « travailler sur la question de la reconversion professionnelle des agriculteurs » contraints d’arrêter le métier.
Des faillites au risque de tout perdre

Pendant plusieurs mois, « plus de 500 actions syndicales ont conduit à organiser la grande manifestation du 3 septembre qui a débouché sur les annonces du Gouvernement », complète Dominique Barrau, secrétaire général du syndicat. « Nous avons arraché ces mesures gouvernementales. » Mais ces dernières ne permettront pas de remettre à flots un grand nombre d’exploitations en difficulté. « Dans certaines situations, les dettes fournisseurs sont devenues plus élevées que le chiffre annuel de l’exploitation. »

Outre des aides d’urgence qui, de doute évidence, ne seront pas suffisantes, la FNSEA dénonce l’inaction des décideurs européens. « Je suis assez dépité de voir que Bruxelles ne cherche pas à améliorer le peu d’outils de gestion des risques actuellement disponibles, mais insuffisants. Et que fait-on par rapport à l’embargo russe qui pénalise nos productions ? A ces sujets, nous n’avons pas de réponse. »

Et Xavier Beulin de déplorer l’absence de mesures adéquates dans la loi d’avenir agricole votée en octobre 2014. « Si la question du statut d’agriculteur avait été davantage développée, comme nous le souhaitions à l’époque, ce statut aurait permis d’éviter des situations dramatiques ». Aujourd’hui, une exploitation unipersonnelle voit le plus souvent le patrimoine personnel de l’exploitant confondu avec le patrimoine professionnel. En cas de faillite, tout y passe, y compris les biens privés. « Je déplore que le ministre ne nous ait pas suivis sur ce sujet. »

Concernant la question des charges, « l’autre composante clé du revenu », la FNSEA reste en attente de décisions de la part du Gouvernement.

olmerolmer
2

2 07-Jan-2016 22:05 (il y a 6 ans 8 mois 25 jours)

Eleveurs, vous en avez marre, ras le bol de cette chianli, on va leur montrer notre dignité le 14 janvier a la maison du porc, c est 1, 60 et tout de suite, on veut vivivre!!!

charlotcharlot
11

3 07-Jan-2016 23:04 (il y a 6 ans 8 mois 25 jours)

Si meme crackers se préoccupe de nous, tout va bien...

olmerolmer
2

4 09-Jan-2016 13:55 (il y a 6 ans 8 mois 23 jours)

12/10/15 Porcs

 

Embargo russe sur le porc européen: "on avance vers l'ouverture" (Le Foll)

 

En visite à Moscou, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a évoqué vendredi une possible "ouverture" de l'embargo sanitaire frappant la viande porcine européenne depuis début 2014, cette levée partielle ne concernant toutefois "pas toute l'Europe"."On avance vers l'ouverture de l'embargo sur la base d'une régionalisation. Ça ne concernerait pas toute l'Europe", a déclaré Stéphane Le Foll à l'issue d'un entretien avec son homologue russe Alexandre Tkatchev.Moscou a interdit en février 2014 l'importation de porc européen sur son territoire, officiellement en raison de quelques cas de fièvre porcine africaine découverts chez des sangliers morts en Lituanie et en Pologne.L'Union européenne a porté plainte contre cet embargo devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

Embargo : des pertes estimées à 44 millions d'euros

 

"Il est normal que la Russie s'inquiète de la fièvre porcine, qui est aux portes du Belarus et de la Russie", a affirmé le ministre français, précisant dans un communiqué que sa visite "s'effectuait en concertation avec la Commission européenne quant aux objectifs poursuivis", la France jouant "un rôle de facilitateur dans la reprise des négociations".Le sujet n'avait pas été discuté avec la Russie depuis le début de l'année, le commissaire européen Phil Hogan ayant reconnu jeudi n'avoir reçu "aucune proposition" des autorités russes sur un allègement de l'embargo sur le porc. "Il y a une possibilité d'ouvrir des discussions avec la Russie. Elles doivent être structurées", a ajouté M. Le Foll, son entourage assurant qu'il "ne faut pas grand-chose pour que l'embargo soit levé".Depuis février 2014, Moscou a décrété un embargo sanitaire pour l'ensemble des pays de l'Union européenne, en raison de la détection de cas de peste porcine africaine (PPA) dans l'Est de l'Europe. Le ministre a évalué les pertes liées à cet embargo à 44 millions d'euros pour la filière porcine française, la hausse des exportations vers la Chine n'ayant pas suffi à compenser la fermeture du marché russe. En août, Stéphane Le Foll estimait que l'embargo avait bloqué "100.000 à 150.000 tonnes de porc supplémentaires sur le marché européen".Sour12/10/15 Porcs

 

Embargo russe sur le porc européen: "on avance vers l'ouverture" (Le Foll)

 

En visite à Moscou, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a évoqué vendredi une possible "ouverture" de l'embargo sanitaire frappant la viande porcine européenne depuis début 2014, cette levée partielle ne concernant toutefois "pas toute l'Europe"."On avance vers l'ouverture de l'embargo sur la base d'une régionalisation. Ça ne concernerait pas toute l'Europe", a déclaré Stéphane Le Foll à l'issue d'un entretien avec son homologue russe Alexandre Tkatchev.Moscou a interdit en février 2014 l'importation de porc européen sur son territoire, officiellement en raison de quelques cas de fièvre porcine africaine découverts chez des sangliers morts en Lituanie et en Pologne.L'Union européenne a porté plainte contre cet embargo devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

Embargo : des pertes estimées à 44 millions d'euros

 

"Il est normal que la Russie s'inquiète de la fièvre porcine, qui est aux portes du Belarus et de la Russie", a affirmé le ministre français, précisant dans un communiqué que sa visite "s'effectuait en concertation avec la Commission européenne quant aux objectifs poursuivis", la France jouant "un rôle de facilitateur dans la reprise des négociations".Le sujet n'avait pas été discuté avec la Russie depuis le début de l'année, le commissaire européen Phil Hogan ayant reconnu jeudi n'avoir reçu "aucune proposition" des autorités russes sur un allègement de l'embargo sur le porc. "Il y a une possibilité d'ouvrir des discussions avec la Russie. Elles doivent être structurées", a ajouté M. Le Foll, son entourage assurant qu'il "ne faut pas grand-chose pour que l'embargo soit levé".Depuis février 2014, Moscou a décrété un embargo sanitaire pour l'ensemble des pays de l'Union européenne, en raison de la détection de cas de peste porcine africaine (PPA) dans l'Est de l'Europe. Le ministre a évalué les pertes liées à cet embargo à 44 millions d'euros pour la filière porcine française, la hausse des exportations vers la Chine n'ayant pas suffi à compenser la fermeture du marché russe. En août, Stéphane Le Foll estimait que l'embargo avait bloqué "100.000 à 150.000 tonnes de porc supplémentaires sur le marché européen".Source : AFPce : AFP

olmerolmer
2

5 09-Jan-2016 13:58 (il y a 6 ans 8 mois 23 jours)

Et bien depuis octobre on attend toujours! Au fait alain ollivier y est allé aussi, pas de nouvelles? ??

6 09-Jan-2016 14:44 (il y a 6 ans 8 mois 23 jours)

Pourquoi poutine recouvrirait sa frontière allord que sa lui permet de reconstituée sont agriculture et sa lui permet de compenser la chute du prix du pétrole et du gaz ?????
olmerolmer
2

7 09-Jan-2016 15:31 (il y a 6 ans 8 mois 23 jours)

Il y avait sans dout une ouverture mais l europe en a remis une couche en reconduisant les sanctions! Maintenant l europe veut nous sanctionné car on a osez demander une juste rémunération de notre travail, oui l europe veut notre déclin, notre mort!!!

8 09-Jan-2016 15:51 (il y a 6 ans 8 mois 23 jours)

L'Europe veut un libéral donc tous semblent l'Entente ou de manipulation du marché serra sanctionné tu vois on ne peut même pas s'entendre pour baisser la production sans prendre le risque de sanctions Pour moi les seul solutions monter en gamme .contractualisation et créé des marques mais sa se ne sera pas les coops qui vont le faire seul le volume compte à leurs yeux Trouver moi des arguments pour que les iaa achetés du porcs standard français plutôt que allemand espagnol ou polonais

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum