Forum

Pire que la sécheresse ; les oligopoles

 maryline chesnel

1 04-Jul-2011 21:43 (il y a 11 ans 5 mois)

Les producteurs de viande sont confrontés à des coûts d’alimentation animale en hausse, alors que le prix auquel est payé leur viande stagne depuis des années. La sécheresse, en amplifiant massivement la hausse de leurs coûts, rend dramatique leur situation déjà difficile. Si au moins le client final en bénéficiait en payant sa viande moins cher.. Mais pas du tout. Alors que le prix payé aux éleveurs stagne, le prix payé par le client final pour son steak augmente régulièrement. Cherchez l’erreur.

Ce phénomène en apparence mystérieux et injuste, qui rends (faussement ?) perplexes politiques ou économistes, s’explique très simplement : face au secteur très fragmenté des élevages on trouve deux oligopoles successifs : celui des abattoirs/grossistes, avec seulement trois groupes, Bigard, Elivia et SVA, et celui de la grande distribution, avec cinq grandes chaines de supers et d’hypermarchés.
Les oligopoles ayant une énorme pouvoir de prix et les secteurs fragmentés un pouvoir de prix nul, une partie disproportionnée de la valeur ajoutée de la filière viande est confisquée par les oligopoles, les éleveurs n’ayant que leurs yeux pour pleurer alors qu’ils font le gros de la création de valeur ! Comme le disait Quesnay, les commerçants ne sont que la corde qui tire l’eau du puits, alors que les agriculteurs sont la source qui produit l’eau…

Dans le lait, la puissance des grands distributeurs avait conduit à créer des coopératives de producteurs, pour rééquilibrer le rapport de force dans la filière. Mais, tels de véritables Frankestein, ces coopératives sont devenues des entités autonomes, obsédées par la maximisation du profit, parfois privatisées, et qui ont découvert qu’en baissant le prix payé au producteur tout en maintenant le prix reçu des chaines de distribution, grâce à leur taille, à leurs dépenses marketing, et à leur efficacité dans la massification des flux, elle pouvaient gonfler leurs marges en écrasant celles des producteurs. Crées pour défendre les producteurs, elles sont devenues un instrument de leur perte…

Dans une filière ou les producteurs amont sont fragmentés et les transformateurs ou les distributeurs avals concentrés, la rente des oligopoles asphyxie l’amont et menace à terme toute la filière. De même, les maillons fragmentés coincés entre des oligopoles amont et aval, comme les plasturgistes dans l’industrie automobile, voient leurs marges comprimées par la pression des grands constructeurs sur leurs prix de ventes, et la pression des géants de la chimie sur leurs prix de revient.

Les oligopoles, grâce à leur pouvoir de pris, maximisent systématiquement leur rente en écrasant injustement les maillons fragmentés de leur filière, compromettant ainsi la qualité, la productivité, voire l’avenir même de ces filières.
L’asphyxie des maillons fragmentés et la rente des maillons concentrés sont indépendantes de leur productivité et de la qualité de leur valeur ajoutée. Le niveau de prix et de marge n’est plus fonction que du pouvoir de prix des différents maillons.

La seule issue pour les secteurs fragmenté est de disparaître pour être remplacé par des secteurs concentrés, capables d’opposer pouvoir de prix à pouvoir de prix, et de fournir de façon massifiée des produits médiocres à un coût encadré.
Aux Etats-Unis, les oligopoles de l’abattage et de la distribution de viande ont conduit à la quasi disparition des élevages de taille moyenne et à la création de véritables usines géantes à produire de la viande dans des conditions sanitaires et environnementales infectes. Les prix dans la filière sont le résultat d’un rapport de force entre oligopoles successifs, rapport de force qui broie la qualité du produit…
De même, la logique de la grande distribution française lui a fait passer un pacte Faustien avec les grandes usines espagnoles de légumes hors sol insipides, que des norias de camions pollueurs emmènent de Valence à Paris, en tuant à petit feu les producteurs locaux de légumes ou de fruits pourtant efficaces et qualitatifs.

Des mastodontes rentiers piétinent les petites ou les jeunes pousses et compromettent l’innovation, l’emploi, la croissance, la qualité de vie. Ainsi pour les éleveurs français, pire que la sécheresse il y a l’oligopole des abattoirs, des grossistes et de la grande distribution, qui confisque sans scrupule une part disproportionnée de la valeur ajoutée.




 dominique degand

2 05-Jul-2011 13:35 (il y a 11 ans 4 mois 29 jours)

Dans le cas présent il ne s'agit pas d'un oligopole,mais d'un oligopsone ce qui est son contraire.
 . PICASSO

3 05-Jul-2011 22:04 (il y a 11 ans 4 mois 29 jours)

En économie, un oligopsone est un marché sur lequel il y a un petit nombre de demandeurs pour un grand nombre d'offreurs. Cette situation est symétrique à celle de l'oligopole dans laquelle un faible nombre d'offreurs fait face à de nombreux demandeurs.

Remarque : par extension, c'est souvent un marché dominé par quelques acheteurs importants et un grand nombre d'acheteurs qui ensemble ne représentent qu'un petit pourcentage du marché, face toujours à de nombreux vendeurs (offreurs).

Exemples :

En 1996, le marché de la banane concerne principalement 5 multinationales/transnationales qui achètent 70 % de la production mondiale.

L'oligopsone formé par le petit nombre d'entreprises de la grande distribution est en capacité d'exercer une forte pression sur les marges des industriels du secteur agroalimentaire qui dépendent de la grande distribution.

De même le secteur de l'agriculture (660 000 entreprises en France) dépend en grande partie de l'industrie agroalimentaire (3180 entreprises en France).

selon wikipédia
 maryline chesnel

4 06-Jul-2011 10:39 (il y a 11 ans 4 mois 28 jours)

C'est le pourquoi d'une nouvelle organisation forte en production laitière c'est une chose qui aurait du se faire en production porcine , ce n'était pas par manque d'essayer avec le groupe de bédée , mais les intérets égoistes d'un seul directeur pour ne pas le nommer Mr Jean Claude Commault a fait que ce projet n'a pas abouti , je vous incite à aller aux réunions qui vont se faire partout en France et bientot en Europe.
la 1er Démarre en Bretagne et vous comprendrez , merci


Présentation Officielle du « ContratType » pour la production laitière
Vendredi 8 Juillet à 21 h à La Chambre
d’Agriculture de Quimper (pique nique offert dès 19h30).


Ce contrat est le fruit du travail commun de l’APLI , De l’OPL , et de la
Confédération Paysanne.
un seul objectif :


Protéger les producteurs en leur assurant les clauses minimales à respecter
pour des relations équilibrées entre l’industriel (privé ou Coop) et eux !

Cette mobilisation, sans précédent, pour la défense et le respect des paysans à l’heure où chacun a pu mesurer dans sa propre boîte aux lettres à travers les contrats proposés par son industriel, la nécessité d’une réponse collective; cette mobilisation donc, a besoin de nous tous pour aboutir . Chacun d’entre nous doit prendre ses responsabilités et soutenir la démarche de ceux qui œuvrent depuis de longs mois pour aboutir.

Ouvrons nos yeux et nos oreilles !!!

Si l’on veut des lendemains meilleurs dans ces périodes agitées, ne laissons pas à d’autres le soin de décider pour nous !

Pour les producteurs, tout est possible à condition de le VOULOIR !!!
Se donner les moyens collectifs de se défendre et d’être des producteurs
debout demain, c’est de notre responsabilité !


Présence de Paul de Montvalon (président de l'office du lait) et Xavier Taloud (CDJA Isère).

RÉUNION OUVERTE A TOUS!

--------------------------------------------------------------------------------

 maryline chesnel

5 09-Jul-2011 10:53 (il y a 11 ans 4 mois 25 jours)

CE QUI SE PASSE DANS LE SECTEUR PORCIN AU DENEMARK
Le secteur bancaire danois tousse :
y a-t-il un risque que le secteur de l’élevage porcin s’enrhume ?
Source : ISN, 29.06.11, Der dänische Bankensektor hat Husten; bekommt die
Schweinehaltung in Dänemark damit eine Erkältung?
Traduction : Christine ROGUET, IFIP-Institut du porc.
Après la banque ‘Amagerbanken’, gérée par l'Etat depuis Février, c’est maintenant au tour
de la banque ‘Mors Fjord’ (Jutland du Nord) de tomber dans le plan de sauvetage bancaire
du pays. Les analystes attribuent l’essentiel du problème aux mauvais prêts accordés aux
secteurs en crise de la construction et de l’agriculture dans le portefeuille de la banque de
Mors Fjord. Selon les experts, Amagerbanken et Fjordbanken ne devraient pas être les
seules dans cette situation. 5 à 10 autres petites banques régionales seraient sérieusement
menacées. Contrairement à d'autres pays de l'UE, depuis octobre 2010, les banques
financent le règlement d'une institution insolvable.
Hans Aarestrup, directeur de Danske Svineproducenter, a expliqué dans une interview à ISN
l'impact de cette situation bancaire sur les éleveurs de porcs danois fortement endettés : "La
production continue à un niveau normal. Les éleveurs de porcs touchés par la faillite de leur
banque obtiennent assez d'argent pour être en mesure de continuer à produire". Cependant,
certains auraient à renégocier leurs conditions de prêt avec une nouvelle banque.
A son avis, l'attitude des banques envers les agriculteurs danois est dramatique : elles
ne prêtent plus à la production agricole considérée trop risquée. Aarestrup précise : "celui qui
construit un bâtiment d’élevage, n’a même pas besoin d’aller à la banque." Il y a quelques
années, ce n’était pas du tout un problème d’obtenir de l'argent auprès des banques en
raison de la hausse des prix du foncier. Mais la chute brutale des prix des terres conduit les
éleveurs de porcs danois à des problèmes majeurs. En raison de la détérioration massive de
la valeur des garanties et de la position défensive des banques, il n'est guère possible
d'obtenir un prêt bancaire pour financer la construction d'étables. Cela pourrait conduire à un
arrêt de l’investissement. Les éleveurs qui n’ont pas encore passé leur truies en groupe sont
touchés car ils peinent à obtenir les prêts pour cela. Au premier trimestre 2011, le cheptel de
truies a encore baissé.
Qu'est-ce que cela signifie pour les éleveurs de porcs allemands?
En raison de la relation commerciale étroite entre l’Allemagne et le Danemark, ces évolutions
pourraient également affecter l'industrie du porc allemand. Si les Danois ne règlent pas leurs
problèmes financiers, le taux élevé d'exportation de porcelets danois pourrait ne pas se
maintenir. Les naisseurs allemands pourraient bénéficier de la nouvelle demande et
renforcer leur position de négociation avec les engraisseurs. C’est « Jean qui rit et Jean qui
pleure ».
Actuellement, environ 10% des entreprises danoises se trouvent dans une situation
financière difficile, selon l'organisation danoise Landbrug & Fødevarer.Le président Pedersen
Niels Jorgen soulève également la question de savoir si les banques soutiennent les
exploitations dans la crise, ou le contraire. Les petites banques régionales auraient en effet
augmenté leurs investissements dans les zones rurales, mais à son avis, les
investissements des banques dans des projets immobiliers à l’étranger sont le point de
friction réel.
 sity sity

6 09-Jul-2011 21:23 (il y a 11 ans 4 mois 25 jours)

Le libéralisme reconnaitrait-il ses limites????
 marchesnel

7 19-Jul-2011 10:13 (il y a 11 ans 4 mois 15 jours)

Qui dit libéralisme dit restitution c'est ce qui nous plombe le prix actuellement avec la complicité naive des abatoirs à ne pas faire remonter le prix .Voilà ce qu'un belge veut faire changer dans la politique européenne .Lisez plutot

Erwin Shöpges, vice-président de la MIG (Organisation des producteurs de lait) et président de la coopérative FAIRCOOP
 

Bonjour à tout le monde ! Je suis désolé mais comme je ne maîtrise pas l’anglais, je parlerai en allemand. Brièvement, en ce qui me concerne : je m’appelle Shöpges, Erwin, je viens de Belgique, de la partie germanophone de la Belgique (bien qu’on puisse se demander si la Belgique existe encore, car depuis un an, nous n’avons plus de gouvernement). Ma profession principale, c’est producteur de lait. J’ai une exploitation qui en produit 500000 litres. Je suis marié et père de deux enfants, un fils de dix-neuf ans et une fille qui en a seize. Je voudrais souligner que l’agriculture est peut-être un sujet plus important que vous ne le croyez.

Je commencerai par un peu d’histoire sur le développement de mon exploitation. Lorsque j’ai repris l’exploitation de mes parents, il y a vingt-cinq ans, on avait vingt-cinq à trente vaches laitières. Avec cela on produisait 150000 litres de lait sur la ferme. Mon père, ma mère et toute la famille vivaient de cette entreprise. Lorsque j’ai repris l’exploitation, on m’a tout de suite dit : ton entreprise est trop petite, elle est inapte à survivre. Il faut au plus vite doubler tes capacités de production. J’étais jeune et j’ai su le faire en augmentant mon quota de production de 150000 à 300000 litres, ce qui veut dire que j’ai doublé ma production en dix à quinze ans. Après cela, les syndicats agricoles classiques et les politiques sont venus me dire : ton entreprise est toujours trop petite, il faut encore doubler. J’ai alors repris une exploitation voisine, produisant 200000 litres, ce qui fait qu’en vingt-cinq ans, j’ai quasiment triplé ma production.

Actuellement mon fils a 19 ans. Il veut reprendre l’entreprise et on lui dit, désolé, avec cette ferme tu n’auras aucune chance. Il faut au moins doubler la production, c’est-à-dire produire un million de litres de lait sur ta ferme avec la même main-d’œuvre. Et quelque part, on finit par se demander : est-ce que je veux suivre tout ce système, ou peut-on faire autrement ?

Depuis quelques années, j’ai décidé de devenir politiquement actif, de réfléchir et de faire des recherches, et depuis cinq ans je suis affilié à l’European Milk Board (EMB), une organisation européenne regroupant des producteurs de lait de quatorze pays, qui compte plus de 100000 membres.

Dans quel état se trouvent les fermes ? A l’échelle de toute l’Europe, les exploitants sont endettés. Au Danemark, les fermiers sont si endettés qu’ils sont incapables de rembourser le principal sur leur dette et ne remboursent que les intérêts. Là, on constate une fois de plus dans quelle direction veut aller toute la politique européenne. On ne remboursera plus le capital de sa dette mais uniquement les intérêts. L’endettement des fermes est tel que de plus en plus d’exploitations, pas toutes mais la plupart, appartiennent désormais aux banques. Les terres n’appartiennent plus aux agriculteurs, mais aux banques, aux industriels et à des cartels comme Nestlé ou Danone. Toutes ces industries achètent ces exploitations avec 1000, 1500, 2000 vaches et les paysans restent sur les terres comme ouvriers, je dirais presque comme serfs, sur des fermes qui ne leur appartiennent plus.

Derrière cette politique se cache tout un système, c’est-à-dire les banques, le grand capital ; l’industrie veut à l’avenir mettre la main sur la production alimentaire. Ils veulent régner en maître sur la production alimentaire mondiale. Les banques et le grand capital achètent partout des terres, y compris dans les plus petits villages. Chacun devrait prendre conscience que déjà, l’énergie est dans leurs mains. S’ils mettent, en plus, la main sur la production alimentaire, ce qui suivra, c’est l’eau. L’eau sera privatisée. Et lorsqu’on contrôle ces trois choses : énergie, production alimentaire, eau, alors on contrôle le monde.

Selon moi, le rôle des agriculteurs, c’est de nourrir la population. Jusqu’ici on nous a rendus totalement dépendants des banques et des subventions. Car sans subventions, nos fermes ne peuvent pas survivre. Si nous ne remplissons pas les normes, on nous supprime les subventions. On a donc fait en sorte que nous n’ayons pas notre mot à dire. Aussi, la position que nous défendons, c’est que nous avons besoin de prix justes couvrant les coûts de production des producteurs, quel que soit le secteur. (Applaudissements)

On ne veut pas de primes et pas de subventions. Ce matin, on a parlé de la crise bancaire. Je pense qu’il ne s’agit pas d’une crise bancaire, mais d’une crise pour l’homme de la rue et la population. Nous avons une crise du lait et on nous dit qu’il s’agit d’une crise des laiteries. Non, les laiteries font des bénéfices. Les seuls qui aient payé pour la crise, ce sont les agriculteurs. On nous paye 15, 18, 20 centimes pour un litre de lait alors qu’il nous en coûte 40 centimes pour le produire. Ce sont les banques et les transformateurs qui ont fait le bénefice et c’est nous, les paysans, qui subissons les pertes.

Devant des prix aussi bas, on a décidé de réagir. On s’est regroupés à l’échelle européenne, on a mené des actions, on a occupé avec nos tracteurs tout le quartier européen de Bruxelles. On a fait monter les tracteurs sur Bruxelles de toute l’Europe. Tout cela pour exiger que Bruxelles renonce à l’ultralibéralisme. Cependant, on s’est rendu compte que ça ne donnait aucun résultat. Alors en septembre 2009, on a décidé d’organiser une grève de livraison et pendant quinze jours, on n’a pas fourni notre lait car on ne voyait vraiment plus de porte de sortie. Le point fort de cette grève fut la grande manifestation à Ciney en Belgique, où en un seul jour, trois millions de litres de lait ont été répandus dans les champs. Il faut s’imaginer : alors que les gens ont faim en Afrique et en Europe, on nous oblige à jeter notre lait ! On a été tellement attaqués par les organisations du tiers monde que ça nous a refroidis. Pourtant, c’est eux qui nous ont soutenus le plus. Pourquoi ? La politique de l’UE consistant à exporter à tout va les productions européennes, à des prix sans concurrence, provoque la ruine du paysan africain qui n’a que trois ou quatre vaches. La politique des prix bas ruine les producteurs européens et, en plus, désorganise la production des autres pays. Pour moi, il est évident que cette politique européenne est erronée. Elle est faite aussi d’interventions sur les marchés provoquant des baisses du prix. En pratique, cela veut dire que la Commission achète du lait à des prix de dumping, donc quand le marché est au plus bas. Elle le stocke et lorsque le prix est au plus haut, elle le revend. Et l’on nous dit que cette intervention est là pour nous aider. Mais en même temps, cela fait de la Commission un des plus grands spéculateurs. Alors que nous, on subit la crise, la Commission s’en met plein les poches. Voilà comment opère la politique européenne pour l’instant.

Que veut faire la sphère politique ? Elle cherche à fuir ses responsabilités. Aujourd’hui nous avons un quota, chaque exploitation dispose d’un droit de livraison pour une quantité de lait donnée. Ce qui signifie que tu as la certitude de trouver un vendeur pour la quantité de lait que tu produis. Désormais, on a décidé de libéraliser tout le secteur. Les laiteries nous disent qu’elles ne peuvent plus accepter des quantités illimitées de lait et on transfère la régulation, qui était publique, aux laiteries privées. Il faut savoir que 60 à 70% des laiteries sont des coopératives supposées appartenir aux exploitants. Ça devrait donc être parfait. Ce qui est drôle dans ça, c’est que les coopératives ont fait sous-traiter leurs directions opérationnelles à des sociétés par actions. Les paysans ne sont plus responsables que de la collecte du lait, alors que la gestion est faite par les actionnaires qui ne cherchent que le plus grand profit financier. C’est ainsi que la spéculation s’est emparée des produits laitiers. Or, la spéculation sur les produits alimentaires peut rapporter d’énormes profits. Leur politique consiste à imposer des prix élevés pendant de courtes périodes et des prix bas pendant des périodes longues. Ainsi, les spéculateurs font un maximum de profit. Nous ne sommes absolument pas d’accord avec cela. De plus, on veut nous forcer à signer avec les laiteries des accords fixant d’avance les quantités à livrer. Par exemple, je signe avec ma laiterie pour lui fournir cette année 100000 litres de lait à 30 centimes le litre. Seulement, cette année, j’ai du mal à les produire et je ne peux fournir que 90000 litres. Les vaches ne sont pas des robots, on peut avoir toute sorte de problèmes. Alors la laiterie me dira : eh ! tu as signé pour nous livrer 100000, il manque 10000 litres ! On devra alors payer des pénalités pour le lait qu’on n’a pas pu livrer. De même, si je livre 110000 litres parce que les vaches ont donné un peu plus, alors la laiterie me dira : écoutez, on a signé pour 100000 et tu nous livres 110000, cela fait 10000 de trop. On doit trouver un acheteur pour ce lait sur le marché mondial. On devra donc payer de nouveau des pénalités sur ces 10000 litres ! Une fois de plus, l’industrie se débrouille pour obtenir du lait à très bas prix alors que contractuellement nous seront tenus. Et ce lait acquis à bas prix, elle peut l’exporter et spéculer avec.

Qui paye la note ? Beaucoup d’exploitants quittent le métier. On le voit chez nous. Je réfléchis deux fois pour savoir si je veux réellement transmettre l’entreprise à mon fils pour qu’il s’endette à son tour et devienne encore plus dépendant. Alors on ne sera plus entendus du tout. Beaucoup de paysans vont disparaître. Ok, il y en aura moins, mais le principal c’est que la nourriture soit produite ! L’autre dindon de la farce sera le consommateur. Lorsque le contrôle sur la production sera total, le consommateur devra payer plus et le producteur aura toujours moins. C’est les industriels qui mèneront la danse et le consommateur n’aura qu’à accepter. Regardez ce que vous payez déjà pour vos produits, alors qu’à nous, les producteurs, ça ne nous rapporte rien. Je crois qu’il est très important que l’agriculteur, avec le consommateur, avec le peuple, que tous se regroupent pour former un contre-pouvoir aux cartels. (Applaudissements)

Comment nous tirer de cette situation ? Pleurer et se plaindre de tout, nous, les paysans, on l’a fait assez. On doit plutôt réfléchir à comment sortir par le haut. Nous, les responsables de l’EMB, nous demandons un changement de système. On a besoin d’une révolution agraire. Il nous faut mener des actions pour faire connaître notre association. Cependant, on doit être sérieux en tant qu’organisation. Sinon, on ne sera pas écoutés par le pouvoir politique.

C’est important de faire du lobbying. J’en ai fait récemment. J’ai pu m’entretenir avec une bonne vingtaine de députés européens, avec le commissaire européen de l’Agriculture Dacian Ciolos ou celui chargé du Commerce, Karel De Gucht. Ce travail de lobbying, c’est le plus difficile que j’ai dû faire dans ma vie. C’est du léchage de cul. Tous trahissent leur parole. Ils te disent, vous avez raison, etc. mais dès que tu es sorti de leur bureau, c’est un représentant de l’industrie laitière ou des banques qui entre. Et ils ont tellement d’argent, je l’ai entendu ce matin lors de l’intervention de M. De Keuleneer. Or, de l’argent, nous, on n’en a pas. On ne peut convaincre les politiciens qu’en venant avec des arguments forts. Nous avons déjà un concept clair. Nous avons besoin, à l’avenir, d’une régulation flexible de la quantité. L’offre doit être régulée en fonction de la demande. Cela ne sert à rien de fournir des produits dont on n’a pas besoin et qu’on liquide à des prix de dumping. Pour réguler la quantité, chaque exploitation doit disposer d’une quantité précise de lait à produire. Comment peut-on vouloir réguler cette production si l’on ne fixe pas pour chaque ferme une quantité, modulable tous les trois mois selon les besoins. S’il n’y en a pas assez, on peut augmenter de quelques pourcents la production, s’il y en a trop, on la réduit un peu. Nous avons absolument besoin d’un système unique pour l’Europe. L’Union européenne voudrait voir à l’avenir chaque pays bricoler son propre système. Chaque pays aura le choix de prendre un modèle ultralibéral. Les agriculteurs allemands veulent avoir le droit de produire autant qu’ils veulent, ils réussiront à tout vendre. Les Français militent pour la contractualisation. Les Belges ne savent pas encore ce qu’ils veulent. Les Néerlandais disent eux aussi qu’ils veulent produire autant qu’ils veulent. Les autres veulent une régulation des quantités. Si l’on ne met pas en place une régulation à l’échelle de toute l’Europe, on retournera à la situation d’avant, c’est-à-dire la mise en concurrence des uns avec les autres, la bataille des paysans français contre les Allemands ou les Néerlandais. Ainsi, on ruinera les prix et alors, on n’aura plus besoin d’Europe. Si chacun y va de sa propre politique, on va détraquer l’Union européenne et je ne pense pas que ce soit ce qu’on veut.

Comment réguler ? Pour chapeauter ce processus, nous avons besoin d’un office du lait européen chargé de réguler le marché. Les agriculteurs doivent en faire partie pour fixer un prix juste. C’est tout à fait faisable de fixer un prix de base unique pour toute l’Europe, un prix minimum permettant aux producteurs de couvrir leurs frais de production. Les laiteries en font partie également et disent de quelle quantité de lait on a besoin. Elles doivent aussi nous dire, à nous paysans : hé les gars ! Vous produisez trop, il faut ajuster un peu la production vers le haut ou vers le bas. Ce qui est indispensable, c’est que les consommateurs soient représentés. Ainsi, on peut empêcher l’émergence d’un cartel ou d’une entente de marché entre producteurs et laiteries, où le consommateur finit par se faire berner en payant trop cher. Mais les politiques sont également nécessaires afin de créer le cadre pour que ces choix puissent se réaliser.

Il est donc de la plus haute importance que la production alimentaire ne tombe pas aux mains des grands industriels et des banques. Ça, il faut l’empêcher. La terre appartiendra à ceux qui la travaillent et non à ces grands financiers qui, après l’avoir pillée, s’en vont ailleurs.

Il est essentiel que le consommateur dispose de produits alimentaires à des prix abordables. Mais il doit aussi savoir que ce qu’il paye va réellement aux producteurs. L’industrie et la distribution auront chacune leurs marges, mais ils auront un profit correct et juste. Le Canada est un bon exemple. Là-bas, le producteur obtient plus pour son lait qu’aux Etats-Unis, où le prix versé au producteur est plus bas. Et pourtant, au Canada, le consommateur paye son lait moins cher qu’aux Etats-Unis. On voit donc qu’il n’est pas forcément nécessaire que le consommateur paye plus pour que les agriculteurs obtiennent un prix correct. Si les marges de profit sont correctement établies, chacun peut vivre correctement. Il est tout aussi important que nous, les agriculteurs, restions indépendants et libres. Idem pour les politiques. Je l’ai constaté, les politiques sont souvent à la merci de ceux qui contrôlent la production alimentaire et l’argent qui va avec. Si l’on veut que les politiques restent indépendants de cet argent, il faut garantir que les agriculteurs et l’industrie puissent être indépendants et libres.

Dernier point, je pense que ce qui fait vraiment changer les choses, c’est que les gens prennent leur destin en main. Pleurnicher et critiquer, tout le monde peut le faire, c’est la partie facile. Mais s’activer, se bouger et apporter des idées nouvelles, c’est beaucoup plus difficile.

En Belgique nous avons fondé une nouvelle coopérative avec 450 producteurs de lait, repartis sur l’ensemble du territoire. Elle s’appelle Faire Coop. Nous avons créé notre propre label : notre lait s’appelle Faire Bel. Cela a deux sens. Faire pour faire et Bel pour Belgique, mais aussi pour fait rebelle, comme nous le faisons tous. C’est moi qui ai trouvé ce jeu de mots. Il est absolument important que nous mettions ce lait sur le marché. Pour chaque brique de ce lait vendue, le producteur faisant partie de notre coopérative touchera 10 cents.

Nous aussi, on doit changer nos conceptions, aller de nouveau au-devant du consommateur. Dans le passé, on s’est habitué à l’idée qu’une fois le lait collecté, il était en bonne route vers le consommateur. Cependant, on collecte mon lait, mais c’est seulement six semaines plus tard qu’on m’annonce à quel prix on l’a acheté. Dans quel autre secteur du commerce vend-on un produit dont on ne connaît le prix payé par l’acquéreur que six semaines après ? Nous produisons du lait entier, du lait demi écrémé, du lait chocolaté et même nos propres glaces. Avec ce concept, on peut exercer une pression énorme sur les politiques. Car les gens se disent : ah bon, si les paysans vendent eux-mêmes leurs produits, c’est qu’on doit faire attention. Nous avons cherché en Belgique une laiterie pour emballer notre lait afin de le revendre aux distributeurs. Or, aucune n’a voulu faire ce travail pour 400 producteurs. Cela montre à quel point on est arrivé. Ainsi, nous avons dû aller au Luxembourg pour trouver une laiterie qui mette notre production en briques de lait vendables à des distributeurs.

En Belgique, 80 à 90% des produits vendus par les distributeurs (Aldi, Carrefour, etc.) sont vendus sous leur label. De cette façon, peu importe le produit, ces distributeurs peuvent exclure de leurs chaînes les producteurs. Ils tiennent ainsi l’ensemble du secteur, et ils feront tout pour vous empêcher d’entrer dans le circuit. Évidemment, après tous les actions que nous avons menées, blocages des centres de distribution, occupation du quartier européen de Bruxelles, etc., nous voyons qu’une action agressive mais non violente peut faire monter la pression sur les politiques et les faire changer d’avis. Seulement, il ne suffit pas d’agiter des bannières pour obtenir des changements politiques.

En tout cas, je suis heureux qu’ici, parmi les étudiants, les professeurs et les universitaires, les paysans aient, eux aussi, pu s’exprimer. J’ai rencontré aujourd’hui tellement de jeunes, ici dans cette salle. Je connais très bien Karel Vereycken, j’ai un très bon contact avec lui. Il m’a dit « viens » et je suis venu. Je tiens à encourager les jeunes ici présents à s’engager. Cela en vaut la peine. C’est le chemin le plus difficile, cela nécessite beaucoup de force, beaucoup d’émotion, mais je voudrais vraiment encourager les jeunes, et aussi les vieux, qui sont réunis ici, à avoir le courage de continuer le combat. Vous les jeunes : « Battez-vous pour votre avenir car l’avenir vous appartient, et si on laisse notre avenir dans les mains des banques et des grands financiers, alors ce ne sera pas seulement vous, mais également vos enfants, qui payerez la note. Nous avons une dette envers nos parents et grands-parents qui nous oblige à nous engager pour que cela n’arrive pas. Merci.

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum