sujet du moment

olmer
2
Utilisateurolmer

1 14-Oct-2013 21:43 (il y a 5 ans 5 jours)

Chute anormal des cours, aliment chère, abattoir qui ferme, aucune réaction des professionnels, ca vous inspire quoi?

chef chaudartUtilisateurchef chaudart

2 15-Oct-2013 13:02 (il y a 5 ans 4 jours)

la methode couet

KARINEUtilisateurKARINE

3 15-Oct-2013 15:37 (il y a 5 ans 4 jours)

Ce message a été supprimé par le modérateur.
chef chaudartUtilisateurchef chaudart

4 15-Oct-2013 17:43 (il y a 5 ans 4 jours)

te casses pas olmer,comme la nature a horreur du vide,ce qu'il ne sera pas produit en france le sera ailleurs,on est qu'au début des fermetures.

une chose quand meme,ce qui est bizard c'est que les mediats ne disent pas le pourquoi de la fermeture de gad,a la base ce qui fait tourner un abattoir,ce sont les cochons via les eleveurs,mais comme tous le monde en a rien a braire des cochonniers,eh ben il y a moins de cochons,les salaisonniers ont sans aucun doute quelques années fastes puisque le cochon via l'allemagne est moins cher.qu'est ce qu'on va se marrer dans quelques temps avec les episodes sanitaires.

faut surtout continuer comme ca les gars,y'a encore des branches a tailler,un jour vous attaquerez le tronc,par contre vous serez tombés et nous aussi,amen

olmer
2
Utilisateurolmer

5 15-Oct-2013 17:57 (il y a 5 ans 4 jours)

Les presidents de groupement sont payés combien pour fermer leur g....?

earletabliere
1
Utilisateurearletabliere

6 16-Oct-2013 8:07 (il y a 5 ans 3 jours)

Baisse de production, gestion coopérative, règlementations anti-économiques : la déforestation a commencé à la base.

La marche funéraire risque d'être longue ... pendant ce temps là nos responsables professionnels sont en voyage !!! (grâce a nos cotisations volontaires obligatoires ...) Re-Amen.

 

Filière porc : les raisons d’une crise
François Morel |  15 Octobre 2013

Dans le cas de Gad, une catastrophe sociale qui émeut toute la Bretagne, force est de reconnaître que le transformateur est le maillon le plus fragile de la filière, dans un contexte de diminution de la production des élevages de porcs et de situation dominante de la grande distribution. Si ce n’est pas une fatalité, quelles sont les raisons de cette crise ?
Outre le rapport de force avec la grande distribution qui n’a d’égal que le rôle de marché directeur joué par l’Allemagne, le deuxième facteur en toile de fond de la suppression de l’abattoir de Lampaul – Guimiliau (29) est l’absence de dynamique collective au sein de la filière porcine en France. Celle-ci se réduit aujourd’hui à une juxtaposition de maillons, qui se sont donnés pour règle : « chacun pour soi ». Une situation illustrée dernièrement par les choix de la Cooperl sur le dossier « mâle entier ». On constate aussi, sur ce plan de la dynamique, que la coopérative Cecab n’a jamais bien géré le développement de sa branche porcine, lors de l’essor de la production dans les années 90. Cette activité représente pourtant aujourd’hui près du tiers (31%) de son chiffre d’affaires.
Contrairement à ce qu’affirmait en 2008 le Haut Conseil de la Coopération Agricole, l’alliance Prestor- Gad- Cecab, la Cecab détenant déjà l’abattoir de Josselin (repris à Unicopa) était tout sauf « la meilleure opération à saluer » dans le contexte européen. Pourquoi ? Ce «chacun pour soi » a fait que l’alliance entre le groupement des éleveurs finistériens, jaloux de son indépendance, et la coopérative qui visait une intégration plus profonde, à travers les ventes de prémix et d’aliments, n’a pas marché.
A ces raisons d’ordre interne, s’ajoute l’évolution structurelle du marché porcin. Depuis trois ans, au moins, la production porcine en France baisse régulièrement au rythme de – 1,5 à – 2% par an, particulièrement dans le bassin breton. Or 3 %, cela représente 750 000 porcs en moins, soit l’activité d’un abattoir de 800 salariés. Rien n’a permis de redresser la barre. Montrant, paradoxalement, qu’une coopérative, une structure dont on vante parfois le modèle, ne parvient pas à maîtriser son approvisionnement. Un résultat contre nature ! La faute a été attribuée l’an dernier à la mise en place des nouvelles normes bien –être pour les truies gestantes, obligatoires à partir du 1er janvier 2013. Aveltis, le 2ème groupement porcin français, alertait sur le possible arrêt d’activité de 15% de ses éleveurs. Motivés par l’âge, et par des investissements entraînant un endettement trop lourd

chef chaudartUtilisateurchef chaudart

7 16-Oct-2013 11:53 (il y a 5 ans 3 jours)

tres interressant ton topic,pour enfoncer un peu plus le clou,la filiere elevage est tres nulle sur la com,je m'explique:"ouvrez le banc":suite a l'episode des lasagnes et des raviolis et il y a peu de temps 22000 tonnes de viande de porcs retrouvée a la place de boeuf en chine,il aurait été plus que judicieux de communiquer sur la tracabilité francaise,on paye pour la com oui ou non?alors les responsables il serait plus que temps de vous sortir les doigts,"fermez le banc."

olmer
2
Utilisateurolmer

8 16-Oct-2013 12:56 (il y a 5 ans 3 jours)

La nouvelle génération deleveurs semble n avoir aucune ambition, ils sonf mou, aucun mouvement de révolte, triste constat

earletabliere
1
Utilisateurearletabliere

9 16-Oct-2013 16:00 (il y a 5 ans 3 jours)

Quand depuis 10 ans, tu te préoccupes de savoir si tu vas pouvoir rembourser tes emprunts souscrits à l'installation et que tu constates que les responsables professionnels de notre filière ne sont remplacés que lorsqu'ils ont trépassé, alors oui, c'est compliqué de bouger pour la "nouvelle génération". On a tous peur que (trépas) ça nous arrive (mais pas pour les mêmes raisons).

On apprécie tous notre métier auprès des animaux notamment pour la diversité des activités et le contact avec différents partenaires. Malheureusement, notre valeur ajoutée a été captée par l'aval pour compenser son manque de productivité et nos responsables, bien assis, ont accumulé des règlementations pour aller dans "le bon sens sociétal'. Michel Edouard n'en demandait pas tant !

 

On peut remonter sur nos discussions passées mais c'était écrit. Reste à reconstruire sur un tas de cendres : pour l'instant l'incendie se propage.

 

 

Edito Ouest France

L’agroalimentaire, qui représente avec l’agriculture près d’un tiers des emplois en Bretagne, va devoir se réinventer un avenir pour retrouver sa place en Europe. Une stratégie payante ? Le pari est risqué quand le statu quo condamnerait au pire. Reste qu’en pareille circonstance la tragédie est terrible pour les salariés et leurs familles. Et très enracinée en milieu rural où les emplois de remplacement relèvent plus du rêve ou de la posture politique que d’une réalité tangible.

 

Hécatombe criante

Cette hécatombe criante dans le secteur de la viande, activité à faible valeur ajoutée jadis plus juteuse, est-elle le fruit du hasard ? Non, tant elle trouve racine dans un modèle ancien conçu sur une saturation des outils. Un modèle désormais en sous-capacité. Un modèle couplé à une politique agricole visant à diminuer la production en France quand des pays voisins, passés dans une autre dimension, produisent à tour de bras.


Tout cela conduit forcément, un jour ou l’autre, à une impasse.L’agroalimentaire breton s’enrhume méchamment. Et c’est l’économie de la péninsule qui tousse. Avec sa litanie de plans sociaux chez Gad, Doux, Tilly Sabco… L’un après l’autre, ils plongent le territoire dans une crise sérieuse entraînant, au passage, une sous-traitance elle aussi fragilisée.

Pierre Cavret / Ouest France 16/10/13

chef chaudartUtilisateurchef chaudart

10 28-Oct-2013 18:02 (il y a 4 ans 11 mois 21 jours)

chers collegues eleveurs,je reve d'une jacquerie ce soir,sachant que bruxelles se soucie plus du bien etre des salaisonniers avec du porc canadien,demain us et apres demain bresilien,ben je me demande bien ce que je fous la dedans,compétitivité qui disaient les gars...a chaque porc qui part c'est des cvo pour parler du vpf,marre d'avoir une narine qui sort de l'eau depuis toutes ces années,faudrait sans doute faire autre chose,l'elevage francais est mort et les eleveurs aussi.désolé de vous emmerder mais j'ai les boules et comme je ne veux pas en parler devant mes enfants,ben je le fais ici,allez bonne nuit a tous

 

olmer
2
Utilisateurolmer

11 28-Oct-2013 21:17 (il y a 4 ans 11 mois 21 jours)

Je wui ok avec toi, personne veut se bouger, les jeune eleveurs syndiqués me font pitié, pauvre d eux

 MiguelT.

12 29-Oct-2013 21:35 (il y a 4 ans 11 mois 20 jours)

Bonjour à tous,

Et tout d'abord j'espère ne pas trop parasiter ce forum et cette discussion, (le cas échéant merci de me le faire savoir, je comprendrais tout à fait et effacerai ce message). Je m'explique.

Je m'appelle Miguel, je suis un jeune photographe indépendant basé à Rennes. J'ai depuis quelques jours comme projet, un reportage photo sur la profession d'éleveur de porc en Bretagne. Plus spécifiquement ce qui m'intéresse, ce serait de donner la parole à un ou des éleveurs qui seraient intéressés de témoigner de leur quotidien, difficultés et de leur vision du métier en ce moment et à l'avenir. Rencontrer un ou des éleveurs qui seraient d'accord pour que je passe quelques temps avec eux, pour documenter en photo leur quotidien.

Comme je l'écrivais précédemment je suis photographe indépendant, ce projet est donc de ma propre initiative. Sachant que je collabore avec la presse écrite nationale, l'idée serai (une fois le reportage photo réalisé) de le proposer à des magazines qui je l'espère pourraient être intéressés et le publier.

J'ai pensé bien sur contacter directement les services communication de différents groupements d'éleveurs (Prestor, Porelia, Cecab, Aveltis..) , ce que je compte faire. Mais je me disais qu'il serait plus judicieux dans un premier temps de parler de ce projet sur ce forum afin d'avoir un retour direct d'éleveurs, vous, les premiers concernés, afin d'échanger et que vous me fassiez part de votre avis sur un tel projet de reportage photo.

J'espère que certains d'entre vous seront intéressés d'échanger avec moi ici et peut-être intéressés par le projet? Je ferai le déplacement à Quimper samedi, ce qui pourrait être l'opportunité de se rencontrer et d'échanger? Et une fois de plus si mon "intervention" dans cette discussion et ce forum ne vous semble pas opportun je comprendrai tout à fais.

Bien à vous.

Miguel

 

 

 

 

chef chaudartUtilisateurchef chaudart

13 30-Oct-2013 18:28 (il y a 4 ans 11 mois 19 jours)

bonsoir miguel,personnellement ca ne me dérange pas que tu t'interresses a notre profession,nous n'avons rien a cacher.si tu le souhaites tu peux deja te rendre compte par toi meme de notre quotidien par le passé de ce forum et te rendre a plérin au mpb,tu pourras deja te faire une idée,bon courage

chef chaudartUtilisateurchef chaudart

14 06-Nov-2013 12:23 (il y a 4 ans 11 mois 13 jours)

quite a remettre en question l'ecotaxe,pourquoi ne pas remettre la cvo en question?pourquoi ne pas faire comme les pays qui nous entourent,c'est a dire privilegier nos produits francais?l'ecotaxe n'est que l'arbre qui cache la foret,amen

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici