L’immunité maternelle, clé de la protection contre le PCV2

Les défenses du porcelet nouveau-né vis-à-vis de son environnement infectieux reposent en très grande partie sur le colostrum. En effet, le placenta de la truie est étanche aux échanges : il n’y a pas de transfert d’anticorps, ni de cellules en fin de gestation.

Jeudi 11 Décembre 2008 (il y a 9 ans 1 mois 6 jours)


Le colostrum : un concentré d’énergie et de défenses

Les défenses du porcelet nouveau-né vis-à-vis de son environnement infectieux reposent en très grande partie sur le colostrum. En effet, le placenta de la truie est étanche aux échanges : il n’y a pas de transfert d’anticorps, ni de cellules en fin de gestation. De plus, le porcelet naît avec un système immunitaire immature. Le colostrum est riche en anticorps, provenant du sang de la mère, mais il est également riche en cellules, en particulier celles qui sont en charge des défenses chez les porcs adultes : macrophages et neutrophiles (défenses non spécifiques) et lymphocytes (défenses spécifiques). Ainsi, le colostrum fournit au porcelet nouveau-né un “forfait” de défenses dont il est dépourvu. Enfin, le porcelet n’a pas de réserves d’énergie à la naissance. Le colostrum est très riche en énergie. Il va permettre d’assurer le maintien d’une température constante et de répondre aux impératifs de la croissance.

Le colostrum est donc essentiel, mais encore faut-il qu’il soit ingéré assez tôt et en quantité suffisante. Assez tôt signifie dès que possible à partir de la naissance et surtout, avant de procéder à toute adoption (qui ne devraient pas être réalisées avant 6 h de vie, ni après 24 h d’âge). En quantité suffisante correspond à un minimum de 200 g au cours des 6 premières heures de vie.

Dans ces conditions, le colostrum est capable de conférer au nouveau-né une immunité passive efficace contre les agents pathogènes que la truie a déjà rencontrés. C’est aussi dans la qualité de la prise colostrale que réside le retour sur investissement des vaccins réalisés sur les truies gestantes.

“Porcelet et prise colostrale : 24 heures chrono”

Merial a mis au point un module de formation destiné aux éleveurs et aux porchers, axé sur les pratiques d’élevage favorisant une prise colostrale de qualité. Cela couvre les facteurs autour de la mise bas qui influent sur la qualité et la quantité du colostrum (facteurs zootechniques, alimentaires et sanitaires). Par exemple, les conditions de réussite de la vaccination des truies sont primordiales : lieu d’injection, matériel adapté, aiguille à usage unique, prolongateur, conservation des vaccins dans un réfrigérateur en état de marche…

Transfert d’immunité maternelle et protection contre la MAP

Dans le cas du PCV2, l’immunité colostrale a été démontrée comme protectrice, que ce soit lors d’inoculations expérimentales ou dans des contextes de terrain. Cela suppose que la qualité de l’immunité de la mère contre le PCV2 soit élevée : pour cela, il convient de les vacciner contre cet agent.

Plusieurs observations sont en faveur d’une stratégie de vaccination de la truie pour protéger sa portée :

• Des travaux récents ont montré que l’exposition de porcelets en maternité au PCV2 peut être très précoce, parfois dès la naissance, voire in utero. Les conséquences cliniques de cette infection ne seront observables que plusieurs semaines plus tard (en post-sevrage), si le porcelet n’était pas protégé par ses défenses maternelles.

• L’infection expérimentale par le PCV2 des porcs ayant des niveaux élevés d’anticorps anti-PCV2 dans le sang ne produit qu’une infection subclinique.

Des porcelets ayant une immunité maternelle de qualité peuvent être infectés par le PCV2 (détection par PCR dans le sérum), mais ne développent pas de signes cliniques de MAP. Leur système immunitaire se mature au cours des trois premières semaines de vie : les défenses transmises par la mère permettent à leur propre système immunitaire de se développer dans de bonnes conditions, sans être perturbé par une exposition précoce au PCV2.

Le colostrum contient également des cellules immunitaires de la mère, capables de développer une défense spécifique contre différents pathogènes (réponse cellulaire). Des études récentes ont révélé que, si le colostrum est absorbé dans de bonnes conditions, ces cellules passent dans la circulation du porcelet et y restent actives. Elles sont alors capables de réagir spécifiquement contre le pathogène en cause (pourvu que le système immunitaire de la truie y ait été exposé par la vaccination). Chez des porcelets nés de mères vaccinées avec un vaccin inactivé du circovirus porcin de type 2, une même étude a démontré que de telles cellules maternelles sont capables de développer une défense spécifique anti-PCV2 chez le porcelet. Ce phénomène a été confirmé pour d’autres pathogènes (une cellule n’est capable que d’engager une défense contre un seul agent). Ainsi, le colostrum contient des anticorps maternels mais aussi une 2ème ligne de défenses, d’origine cellulaire.

Technique d’IPMA pour la détection d’anticorps contre le PCV2.
La présence de cellules positives (marquées) révèle que l’animal testé possédait des anticorps.
Microscope inversé pour la lecture de plaques de sérologie IPMA.


NDLR : ce chapitre a été réalisé par les Drs JB. Herin, N. Bridoux et F. Joisel

Adaptée à la situation française et actualisée par les Drs JB Herin,N. Bridoux et F. Joisel

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags