2 commentaires

Approche pratique des diarrhées des porcelets sous la mère et sevrés: stratégies de traitement

Avant toute chose et aussi évident que cela puisse paraître, les stratégies médicamenteuses visant à gérer le plus efficacement possible les diarrh&eac...
Lundi 16 Janvier 2006 (il y a 11 ans 6 mois 11 jours)

Avant toute chose et aussi évident que cela puisse paraître, les stratégies médicamenteuses visant à gérer le plus efficacement possible les diarrhées néonatales ne seront toujours qu’un complément des approches zootechnique, hygiénique et alimentaire.

Cette revue sommaire des stratégies de traitement antibiotique des diarrhées pré et post-sevrage sera construite en fonction des différents pathogènes possiblement impliqués dans ce type de syndrome et de l’âge d’apparition de la pathologie. Les traitements les plus fréquents seront repris sur la base des expériences terrain et de la bibliographie.


1- Les diarrhées néonatales (de 0 à 7 jours)


a. La colibacillose

D’une manière générale, l’antibiorésistance ne pose pas de réel souci. Concernant les colibacilles, des résistances à certaines molécules de la famille des aminosides sont fréquentes. Le plus fréquemment, un antibiogramme pour ce germe est réalisé lors du diagnostic étiologique ce qui permet d’adapter sans risque la stratégie à mettre en place.

b. Les clostridioses

Il n’y a pas de réel problème d’antibiorésistance mais l’arsenal antibiotique thérapeutique est limité aux familles d’anti-infectieux actifs sur cette famille de germe et le choix de l’une ou l’autre d’entre elle se fera en fonction de la pharmacocinétique (tableau 1: antibiosensibilité des souches de Clostridium difficile). En particulier, du fait du caractère non adhérent des clostridies du type A, le recours à la voie parentérale ne permet pas d’atteindre des quantités suffisantes de molécules antibiotiques dans la lumière intestinale et le choix de la voie orale semble ainsi plus judicieux.

Tableau 1: antibiosensibilité des souches de Clostridium difficile
Sensibilité antimicrobienne de Clostridium difficile
Antibiotique CMI 90 (μg/ml)
Ceftiofur >256
Erythromycine >256
Tétracycline 32
Tiamuline 8
Tilmicosine >256
Tylosine 64
K. post et JG. Songer, 2002

Enfin, les porcelets affectés par une diarrhée virale (rotavirus ou coronavirus) ne pourront efficacement recevoir qu’un traitement symptomatique.

Les principaux traitements usités figurent dans le tableau 2 ci dessous.

Tableau 2. Traitements étiologique et symptomatique des diarrhées néonatales
Traitement étiologique Traitement symptomatique
Colibacillose
Gentamycine, Colistine ou fluoroquinolones par voie parentérale sur les porcelets atteints en association avec de la colistine ou des aminosides par voie orale.
Pulvérisation de désinfectant dans les cases atteintes.
Réhydratant (électrolytes) par voie orale.
Entérite nécrosante

Illusoire.
Entérite à Clostridium perfringens type A

De succés variable, on utilise le plus souvent amoxicilline ou tiamuline par voie orale sur les porcelets atteints.
Pulvérisation de désinfectant dans les cases atteintes.
Réhydratant (électrolytes) par voie orale.
Entérite à Clostridium difficile
Traitement associant la truie (avec tiamuline par voie orale avant et après mise-bas et injectable le jour de la mise bas) et le porcelet (tiamuline par voie orale).
Pulvérisation de désinfectant dans les cases atteintes.
Réhydratant (électrolytes) par voie orale.
Diarrhées virales
Aucun
Pulvérisation de désinfectant dans les cases atteintes.
Réhydratant (électrolytes) par voie orale.

2- Les diarrhées du porcelet allaité (7 jours-sevrage)

a. La colibacillose

Les traitements de l’infection colibacillaire à cet âge sont les mêmes que pour la forme néonatale.

b. La coccidiose

Les traitements curatifs sont inefficaces, seul le traitement symptomatique est utile (réhydratation, pansement intestinal). Le toltrazuril est l’unique traitement prophylactique efficace.

3- Les diarrhées post-sevrage
a. La colibacillose

Les antibiotiques efficaces sont les mêmes que pour les formes observées chez le porcelet allaité.

La colistine est le plus souvent utilisé même si les rechutes sont courantes. Les aminosides semblent induire moins de rechutes mais leur coût est plus élevé.

Fréquemment, la voie de traitement de prédilection est la voie orale. Les cas graves individuels seront traités avec des aminosides, des fluoroquinolones ou des céphalosporines.

b. Les diarrhées chroniques à spirochètes


Les spirochètes ont une sensibilité aux antibiotiques restreinte à quelques familles uniquement. Les antibiotiques, pour être complètement efficaces, doivent en outre atteindre le colon en concentration suffisante. A ces deux titres, les macrolides (lincomycine, tylosine, tiamuline) sont les plus souvent utilisés, les tétracyclines (chlortétracycline et doxycyline) dans une moindre mesure.

La voie orale est la plus usitée.

c. L’iléite


A. Forme aïgue


Pour les cas cliniques, la voie d’injection sera privilégiée et on utilisera des macrolides.

La voie orale sera préférée pour les porcs infectés ne présentant pas encore de signe clinique.

B. Formes chronique et sub-clinique


Dans la lutte contre ces formes cliniques, il est nécessaire de comprendre la cinétique de la circulation du germe par exemple en réalisant un profil sérologique.

Ensuite, différents protocoles utilisant la tylosine ou la lincomycine par voie orale pourront être mis en place et associeront l’un ou l’autre des points clé suivant :

- traitement de fond des truies pendant 15 jours deux fois par an

- traitement des cochettes à chaque livraison

- traitement des truies pendant le séjour en maternité en continu

- traitement des porcelets les 15 jours suivant le sevrage

- traitement des porcelets 21 jours entre 42 et 70 jours d’âge

- traitements ciblés à l’entrée en engraissement

Les doses utilisées varient de 100 à 400 ppm pour la tylosine et de 44 à 220 ppm pour la lincomycine en fonction de la cible (truie adulte vs porcelet sevré, traitement d’attaque vs prévention de fond).

d. L’ascaridiose


Le cas le plus fréquent nécessite un traitement aux benzimidazoles à dose filée sur la fenêtre 40 à 55 jours d’âge. Dans les cas où la pression parasitaire est particulièrement élevée, deux traitements supplémentaires espacés de 5 semaines à l’entrée en engraissement sont efficients.

Arnaud Lebret. Groupe Chêne Vert. France

Articles liés

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Blé kénan27-Jul-2012 (il y a 5 ans)

les diarrhée du porcelet

cyrille yannick01-Jan-2016 (il y a 1 ans 6 mois 26 jours)

Je suis fabricant d'aliment et zootechnicien.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici