Comparaison mondiale des performances de production

On a demandé un jour à Winston Churchill "Comment est votre femme?", Il répondit "Par rapport à quoi?". Introduction Quand nous examinons la ...
Lundi 7 Mars 2005 (il y a 12 ans 5 mois 9 jours)

On a demandé un jour à Winston Churchill "Comment est votre femme?", Il répondit "Par rapport à quoi?".


Introduction

Quand nous examinons la rentabilité d'une exploitation nous pouvons le faire au sein de l'élevage de manière périodique, vérifier la façon de faire semaine après semaine ou mois après mois en la comparant avec des objectifs déjà établis.
Nous pouvons aussi utiliser les enregistrements d'élevage pour comparer la rentabilité de production de l'exploitation à d'autres, avec des systèmes d'enregistrement semblables.

Etant donné les changements de la politique agricole et la libéralisation des marchés, il y a eu une augmentation de l'offre sur le marché mondial porcin. Pour être compétitif dans ce secteur au niveau mondial, il faut absolument :
  • Un faible coût de production (il ne garantit pas la survie),

  • Une production efficace,

  • La qualité et la sécurité du produit.

    La compétitivité de la production primaire
    jouera évidemment un rôle important dans la définition du succès du marché d'exportation. Toutefois, tous les secteurs de la filière doivent travailler unis, dans un esprit de solidarité afin d'être compétitif sur le marché international.

    Performances de reproduction


    Beaucoup de critères sont utilisés comme moyens de mesure des performances de reproduction.

    Critères de comparaison:

    On utilise très souvent le nombre de porcs sevrés ou abattus par truie présente dénombrée ou saillie.
    Le nombre moyen de porcs sevrés par truie et par an (STA) est le produit du nombre de portées par an et du nombre de porcs sevrés par portée. Chacun de ces facteurs contribue également au paramètre STA, et on doit ainsi revoir les deux critères. Il est évident que le nombre de porcs sevrés par portée dépend du nombre de nés-vivants et du niveau de mortalité avant sevrage.

    Comparaisons:

    Une étude récente de J. Rasmusen, du "Danish Bacon and Meat Council" (Coûts de la production porcine internationale 2002, Rapport N°2, 2004) a démontré que l'Espagne avait des coûts de production relativement faibles, mais qu'elle était moins compétitive en performance de reproduction. (Figures 1,.2,.3, 4).


  • Les données de la Figure 1 indiquent que l'Espagne est l'un des producteurs porcins avec le plus bas coût d'Europe, et qu'elle est très compétitive face aux USA et au Canada. Toutefois, le nombre de nés-vivants par portée (Figure 2) est plus faible que d'autres pays européens. D'autre part, le taux de mortalité des porcs en Espagne est relativement important (Figure 3). L'étude a aussi démontré que le nombre de porcs par truie et par an envoyés à l'abattoir en Espagne est d'environ 19, par rapport aux quelques 22 en Irlande, Danemark et Pays-Bas (Figure 4).


    Ces données montrent que le nombre de portées produites par truie et par an est aussi plus faible en Espagne que dans les pays de plus grande production.

    Il s'avère intéressant de souligner que les pays aux moindres coûts de production ont aussi les plus faibles performances.
    Il est donc raisonnable d'affirmer que de bas coûts en main d'œuvre à la mise-bas et de mauvaises installations réduisent la marge de compétitivité et conduisent à une incompétence et à un faux sentiment de sécurité.

    L'auteur de cette étude suggère que le manque de disponibilté de personnel spécialisé, formé et engagé est un important obstacle pour optimiser le rendement des élevages en Espagne. Il n'y a pas de doute que l'Espagne fera face à une plus grande concurrence internationale à l'avenir et que les coûts de main d'œuvre et des installations augmenteront.

    À ceci, il faut ajouter l'éventualité de problèmes d'impact sur l'environnement, le thème du bien-être et les règlements législatifs qui augmenteront la pression afin d'améliorer les performances et de réduire les coûts d'investissement. La plupart des coûts des élevages de porcs sont des coûts fixes, y compris ceux de l'alimentation, qui sont des coûts variables dans les élevages de croissance et d'engraissement. Par conséquent, augmenter les performances en augmentant le nombre de sevrés par truie et par an réduira les coûts totaux de production et augmentera la rentabilité.

    Frank Aherne. Professeur émérite, Université d'Alberta. Canada

    Commentaires de l'article

    Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

    Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

    Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
    recherche,...C'est gratuit et rapide
    Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici