Conséquences de la variation de la composition chimique du blé pour les porcs sevrés

Dans de nombreux pays, le blé est une des principales sources d'énergie dans les aliments des jeunes porcs. La quantité d'énergie présente dans le blé...
Mercredi 25 Février 2004 (il y a 13 ans 7 mois 26 jours)

Dans de nombreux pays, le blé est une des principales sources d'énergie dans les aliments des jeunes porcs. La quantité d'énergie présente dans le blé digéré et sa disponibilité pour l'entretien et la croissance n'est pas constante, principalement à cause de la variation de la composition chimique de cette céréale.

Normalement, le blé contient 67 % d'amidon, 13 % de protéines et 10,8 % de polysaccharides non amidonnés (PNA) qui sont constitués d'environ 8 % d'arabinoxylane (1,8 % de la fraction soluble), 0,8 % de béta-glucane (0,4 % de la fraction soluble) et 2% de cellulose insoluble. Certaines études ont cependant démontré que les taux d'amidon du blé varient entre 59 et 72% (en matière sèche) et que les PNA varient entre 8 et 15%.
Cette grande variation dans la composition chimique entraînera une variation quantitative et qualitative des nutriments disponibles pour le jeune porc en fonction du niveau et de l'efficacité des processus de digestion et d'absorption ainsi que des effets négatifs des composants anti-nutritionnels tels que les PNA et l'acide phytique (phytates).

La variété, la région, l'époque de la croissance et le stockage après récolte influent tous ensemble sur la composition chimique du blé. Cela influera aussi sur le contenu des nutriments utilisables par le porc.
La plupart des études recherchant la valeur nutritionnelle du blé pour les porcs, par exemple le contenu en énergie digestible (ED) ou la disponibilité apparente des acides aminés, sont en général, réalisées avec des porcs en phase de croissance (35- 65 kgs). Les valeurs obtenues dans ces études peuvent alors être utilisées dans la formulation pratique de l'aliment. Cependant, les valeurs nutritionnelles, telles que le contenu en ED, pourraient être différentes pour des porcs en phase de sevrage. Cela est dû au fait qu'il est très probable qu'un porc de cet âge soit plus sensible à la variation de composition chimique du blé à cause de son système gastro-intestinal relativement sous-développé (pour la digestion et l'absorption) et à sa microflore intestinale elle aussi sous-développée.

Pour approfondir les recherches sur ces variations, on a réalisé un modèle expérimental avec l'objectif d'étudier le contenu en ED pour des porcs au sevrage sur une série de blés développés dans l'Ouest de l'Australie et aussi afin d'établir les relations entre contenu en ED et composition chimique. Les principaux résultats furent les suivants:
  • Le contenu en ED des blés récoltés au cours de la saison 1999/2000 variait jusqu'à 1,3 MJ/kg alors que les blés récoltés au cours de la saison 2000/2001 variaient jusqu'à 1,8 MJ/kg.. En combinant les résultats des deux années, le contenu en ED variait entre 12,5 et 14,4 MJ/kg. En même temps, on constata que la quantité d'énergie extraite du blé pour de jeunes porcs était inférieure d'environ 1 MJ/kg par rapport aux estimations publiées avec des porcs en croissance-engraissement.
  • La variété (dure ou tendre), la région (précipitations rares, moyennes ou abondantes) et l'époque de croissance des blés (1999 ou 2000) avaient toutes une influence sur le contenu en ED, avec des effets en général incohérents.
  • Dans des études de corrélation entre la composition chimique et le contenu en ED, on trouva des relations inversement proportionnelles entre le contenu en ED et les taux de xylose total (un composé PNA), de xylose insoluble, de fibre neutre détergente (FND) et de phosphore phytique avec les blés récoltés en 1999/2000. On n'a pas constaté de telles relations sur les blés récoltés en 2000/2001;
  • Le niveau de précipitations (mm) au cours de la croissance du blé de l'année 1999 fut directement proportionnel au contenu en ED mais il n'y eut aucune corrélation en 2000.
Ces résultats confirment l'idée déjà ancienne que "le blé n'est jamais le même blé". La variété, la région, le niveau des précipitations pendant la croissance et l'époque de l'année en elle-même influent tous ensemble sur la quantité d'énergie que les jeunes porcs peuvent obtenir à partir du blé. Les changements de composition chimique du blé générés par ces variations de conditions, essentiellement l'influence sur les composants en "fibres" (par exemple PNA, lignine, FND) étaient en général inversement proportionnels à la quantité d'énergie retirée par les porcs; il en était de même avec le phosphore phytique.

Ces résultats indiquent qu'il est essentiel d'accorder une plus grande importance aux facteurs génétiques, agronomiques et environnementaux quand on fixe des valeurs de digestibilité pour des blés destinés aux porcs sevrés. Dans la formulation de l'aliment, on utilise en général des valeurs moyennes qui ne prennent pas du tout en compte la variation du contenu en ED et cela peut entraîner des performances inférieures à l'optimum chez les porcs sevrés. Enfin, nos résultats semblent indiquer qu'on devrait fixer au blé des valeurs d'ED (ou d'EN) inférieures pour les porcs sevrés.

Dr John Pluske. School of Veterinary and Biomedical Sciences, Murdoch University. Australie.

Opinion des experts

A quel âge sevrer les porcelets ? - 1ère partie10-Fév-2004 il y a 13 ans 8 mois 11 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici