Lire cet article dans:

Dynamique de l'infection par Mycoplasma hyorhinis dans les élevages porcins commerciaux

La connaissance de la dynamique d'infection dans les élevages permettra de mettre en place de meilleures stratégies de contrôle dans les élevages atteints.

Pendant les dernières années l'intérêt pour Mycoplasma hyorhinis s'est accru en tant que cause de la polysérosite et de l'arthrite chez les porcs sevrés. Bien qu'on présume que les truies transmettent la bactérie à leurs porcelets, la connaissance sur son épidémiologie et son écologie est limitée. Actuellement il y a peu d'informations sur les aspects essentiels comme le moment de la colonisation, la dynamique de transmission post-sevrage ou le rôle de la truie dans la propagation de la maladie.

Dans les deux études qui sont présentées ci-après on a utilisé les tests de diagnostic les plus actuels, comme la qPCR, et les techniques de récolte, comme les fluides oraux et les écouvillons nasaux, pour étendre la connaissance de l'épidémiologie de ce micro-organisme dans l'industrie porcine actuelle.

Étude 1. Estimation de la prévalence de la colonisation nasale de M. hyorhinis dans des élevages porcins avec de la polysérosite

On a choisi trois exploitations d'élevage de 6000 mères, citées comme élevage A, B et C, et leurs sevrages respectifs. Bien que les trois exploitations aient des antécédents de maladie dus à M. hyorhinis, seules les exploitations A et B ont présenté une mortalité importante due à une polysérosite au moment du prélèvement. Pour chaque élevage la prise d'échantillons a consisté en prélèvements d'écouvillons nasaux de 60 truies et de 60 porcelets de chaque groupe d'âge (1, 7, 14 et 21 jours de vie), ainsi que 30 porcs dans chaque groupe de 28, 35, 42, 49, 56, 63, 70 et 77 jours d'âge. En outre, en tenant compte du fait que M. hyorhinis peut être détecté sur la surface oro-pharyngée, on a aussi prélevé des échantillons de salive d'une case par âge en post-sevrage. Pour rechercher le rôle de M. hyorhinis dans les cas de polysérosite, on a aussi pris des échantillons de tissu de dix animaux cliniquement atteints et de dix animaux sains par autopsie à l'âge auquel on a eu le pic de mortalité en post-sevrage. Les échantillons ont été analysés pour M. hyorhinis par qPCR développée dans notre laboratoire.

Résultats de l'étude

On observe la présence de M. hyorhinis dans la cavité nasale de 5 truies/60 de l'élevage A, dans 3 truies /60 dans le B et dans aucune du C. Dans les exploitations A et B, où il y avait présence de cas cliniques de M. hyorhinis, la prévalence de la colonisation a été faible sur les porcelets qui allaitent (moyenne de 8%) et a été élevée en post sevrage (moyenne de 98%). Par contre, dans l'exploitation C, sans cas clinique de M. hyorhinis, la colonisation a été très faible jusqu'à la dernière semaine de post-sevrage. Concernant les fluides oraux, 7 des échantillons sur 8 recueillis sur des porcs de post-sevrage ont été positives à M. hyorhinis dans les élevages A et B, tandis que seulement 1/8 a été positif dans le C. On n'a pas observé de polysérosite sur aucun des animaux sains des trois élevages ni sur les porcs malades de l'élevage C. Cependant, dans les élevages A et B on a observé de la polysérosite sur respectivement 9/10 et 4/10 porcs malades, (Figure 1). M. hyorhinis a été détecté par PCR dans le péricarde de 8/10 porcs malades dans le A et 3/10 dans le B. On a pu isoler M. hyorhinis du péricarde dans les échantillons des exploitations A et B. Dans l'exploitation C, la PCR n'a pas détecté M. hyorhinis sur aucun des porcs autopsiés.

Pericarditis en corazón observada en enfermedad sistémica por M. hyorhinis.

Figure 1. Péricardite observée dans la maladie systémique causée par M. hyorhinis.

Étude 2. Étude longitudinale prospective de la colonisation par M. hyorhinis dans deux exploitations commerciales

On a choisi deux exploitations d'élevage (A et B) avec un historique de polysérosite et non vaccinées contre M. hyorhinis. Dans chaque élevage on a effectué un échantillonnage longitudinal à différents âges. On a choisi au hasard un total de 50 primipares de première et seconde mise-bas et de 50 truies de troisième mise-bas ou plus sur lesquelles on a prélevé des écouvillons nasaux qui ont été analysés pour détecter M. hyorhinis par qPCR et les anticorps sur sérum par ELISA (Figure 2).

Recogida de hisopos nasales de cerdas para detección de M. hyorhinis mediante qPCR.

Figure 2. Ecouvillonnage d'écouvillons nasaux de truies pour détection de M. hyorhinis par qPCR.

On a aussi choisi au hasard un porcelet par portée, 100 au total, qui ont été bouclés pour leur identification. On a prélevé des écouvillons nasaux et des échantillons de sérum de chaque porcelet au moment de la naissance, au sevrage et à 10 jours post-sevrage (Figures 3-4). On a effectué deux nouvelles prises d'échantillons en PS et en engraissement pendant les pics de polysérosite, d'arthrite et de pneumonie. De plus, pendant les cas de polysérosite, un total de 12 porcs ont été sacrifiés et autopsiés (10 animaux cliniquement malades et 2 cliniquement sains).On a également recueilli 56 échantillons de fluides oraux en post-sevrage. En résumé, on a prélevé un total de 1050 écouvillons nasaux de 216 truies et 216 porcs à 10 moments différents.

Crotalado de lechones antes de la toma de muestras. Recogida de hisopos nasales de lechones poco después de nacer.

Figure 3. Bouclage avant la prise d'échantillons

Figure 4. Ecouvillonnage nasaux de porcelets peu après la naissance

Résultats de l'étude

M. hyohinis a été détecté par qPCR dans la cavité nasale de 5 truies sur 107 dans l'élevage A et de 2 truies sur 110 de l'élevage B. Quatre des truies positives étaient de première et seconde mise-bas alors que les trois autres étaient de troisième mise-bas. La prévalence de la colonisation des porcelets a été faible dans les deux élevages (moyenne de 1,7%) et élevée en post-sevrage (moyenne de 85%). Le plupart des porcs ont été colonisés peu après leur entrée en post-sevrage et sont restés positifs pendant tout le post-sevrage et l'engraissement. Dans les deux élevages, les résultats des titres d'anticorps ont montré que les porcelets avaient des anticorps (maternels) contre M. hyorhinis peu après la naissance. Ces anticorps ont commencé à diminuer peu après le sevrage. Environ aux 94 et 64èmes jours de vie, respectivement dans les élevages A et B, les anticorps ont commencé à augmenter. On suppose que cette augmentation a été due à une réponse immunitaire active.

Dans l'élevage A, 25 fluides oraux sur 31 ont été positifs. D'autre part, la détection de M. hyorhinis dans les fluides oraux a été constante avec la détection dans les échantillons nasaux. Dans l'élevage A, M. hyohinis a été détecté dans le péricarde (12/18) et dans les articulations (10/18) des procs malades. De la même manière, dans l'élevage B, on a détecté M. hyorhinis dans le péricarde (5/10) et dans les articulations (4/10) des porcs malades. Cela contrastait avec l'absence de M. hyorhinis dans les mêmes tissus des animaux sains. Tous les porcs autopsiés ont été PCR positifs à M. hyorhinis dans les cavités nasales.

Conclusions finales

On trouve M. hyorhinis de façon habituelle dans la cavité nasale de l'espèce porcine. Cependant, les porcs d'une population ne sont pas tous colonisés et ils ne sont pas tous colonisés au même moment. On suppose que le peu de porcelets colonisés au sevrage sont responsables de la transmission en post-sevrage.

L'utilisation des fluides oraux pour la détection de M. hyorhinis semble être un outil utile dans le suivi de la dynamique d'infection dans un élevage et permet une meilleure temporisation du traitement avec des antibiotiques ou des vaccins. Cependant, il faut une validation supplémentaire pour la détection de M. hyorhinis dans les fluides oraux.

La connaissance de la dynamique d'infection dans les élevages permettra de mettre en place de meilleures stratégies de contrôle dans les élevages atteints.

Opinion des experts

Mycoplasma hyorhinis : pas seulement un commensal27-Aoû-2013 il y a 4 ans 1 mois 27 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags