Elimination de cadavres: le modèle danois

L'élimination des cadavres d'animaux est devenu un sujet important au niveau mondial suite à la crise de l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) et de divers scandales alimentaires surve...
Mardi 6 Juillet 2004 (il y a 13 ans 5 mois 6 jours)

L'élimination des cadavres d'animaux est devenu un sujet important au niveau mondial suite à la crise de l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) et de divers scandales alimentaires survenus récemment.
Au niveau de l'UE, la loi communautaire Nº 1774 / 2002, en vigueur depuis le 30 Avril2003, établit des règles pour la manipulation des sous-produits animaux non destinés la consommation humaine. Ainsi, compte tenu du risque de dispersion d'agents pathogènes et/ou de résidus, les sous-produits animaux doivent être traités, stockés et maintenus dans des installations autorisées et surveillées.

La Coopérative Daka

Au Danemark, il existe une vieille tradition portant sur le traitement des cadavres d'animaux et des résidus dans les installations gérées par des éleveurs adhérents à des coopératives. C'est ainsi que Daka a.m.b.a. est une coopérative appartenant à 22 membres; ceux-ci représentent l'immense majorité de l'industrie danoise de la viande plus l'abattoir suédois Swedish Meats. Daka est composée de 8 usines parmi lesquelles 5 se trouvent au Danemark.

La principale tâche de Daka est d'éliminer les sous-produits des abattoirs et de l'industrie de la viande non utilisés dans la production d'aliments sans porter préjudice à l'environnement ou à la population locale. D'autre part, Daka se charge de la récolte des cadavres dans les élevages ainsi que des résidus de l'industrie des services alimentaires ("catering").



Les matières premières de Daka comprennent 3 catégories en conformité avec la législation de l'UE. Chaque catégorie est traitée dans des installations indépendantes pour éviter le risque de contamination croisée (Tableau 1).

Tableau 1. Catégories de matières premières

Catégorie
Description
Traitement
1
Matières à haut risque comme les cadavres de ruminants, les animaux domestiques, les animaux d'expérimentation morts...etc. Les produits doivent être incinérés et les cendres stockées.
2
Porcs morts, visons dépouillés et sous-produits non acceptés pour la consommation humaine Les produits traités à l'autoclave* peuvent être utilisés pour la production de biogaz, les engrais, l'aliment pour visons et la combustion
3
Sous produits normalement acceptés pour la consommation humaine Les produits traités à l'autoclave* peuvent être utilisés pour les animaux sauf pour les ruminants
*Traitement à la vapeur à 3 bars et 133 ºC pendant 20 min.

Utilisation des produits traités

Les matières premières de catégories 1 et 2 sont traitées pour élaborer de la farine de viande et de la farine d'os ou pour la combustion. Une partie des sous-produits peut aussi être employée comme matière première dans les digesteurs anaérobies servant à produire du biogaz.

Les matières premières de catégorie 3 d'origine porcine et avicole sont utilisés pour la production d'aliments du bétail. Toutes ces matières premières doivent provenir d'animaux sains avec certificat vétérinaire.

Manipulations des cadavres

Les animaux morts sont ramassés dans les élevages du Danemark par un service de transport fourni par Daka. Dans les élevages, les animaux morts sont déposés dans un container fourni par Daka. Le container peut être réfrigéré pour éviter la décomposition des cadavres. L'éleveur rentre lui-même en contact avec Daka pour le ramassage des cadavres. C'est ainsi que Daka réalise chaque semaine plus de 11 000 ramassages de cadavres.

Rémunération

Auparavant, le ramassage des cadavres était un service gratuit de Daka pour ses adhérents; il faisait son bénéfice en produisant et en vendant la farine de viande et d'os. Cependant, les restrictions imposées par la législation concernant l'utilisation des farines dans les aliments du bétail conduisirent à la disparition de la majorité de ces marchés. De plus, la majeure partie des farines doitêtre incinéréeà un coût élevé. Par conséquent, les adhérents de Daka doivent maintenant payer une taxe pour le ramassage des cadavres.(Tableau 2).

Tableau 2. Taxes de ramassage et de traitement des cadavres

Prix Unitaire (euros)
Catégorie
Cadavres récents
Cadavres décomposés
Truies et verrats
21,61
43,22
Porcs engrais
6,31
12,62
Container porcelets 190 litres
19,06
38,12
Container porcelets 240 litres
24,16
48,32

Avantages et inconvénients du système Daka

Avant décembre 2000, Daka payait à ses propriétaires 27 millions d'euros par an. La décision de l'UE exclut subitement les farines animales pour l'élevage et le bénéfice des ventes de ces farines se transforma pratiquement du jour au lendemain en coût. D'autre part, Daka fut contraint de demander une taxe pour le ramassage des cadavres d'un montant d'environ 67 millions d'euros par an.

Le coût supplémentaire de l'élimination des cadavres a conduit les éleveurs de porcs danois à chercher des alternatives de manipulations moins onéreuses. Les éleveurs de porcs ont porté un grand intérêt au système espagnol de traitement des cadavres dans les élevages. Cependant, la réglementation de l'UE empêche cette façon de procéder et le modèle centralisé présenté par Daka s'imposera.

Bjarne K. Pedersen. Managing Director, Egebjerg (Danemark)

Opinion des experts

Dernières avancées sur les vaccins28-Jul-2004 il y a 13 ans 4 mois 14 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici