Facteurs de restrictions d'eau

L'objectif de la gestion des abreuvoirs est d'administrer l'eau à un rythme satisfaisant l'assoiffement des porcs sans limiter l’ingestion à cause d’un débit...
Lundi 17 Novembre 2008 (il y a 8 ans 11 mois 6 jours)

L'objectif de la gestion des abreuvoirs est d'administrer l'eau à un rythme satisfaisant l'assoiffement des porcs sans limiter l’ingestion à cause d’un débit trop faible et sans produire aussi un trop grand gaspillage à cause d'un débit plus rapide que ce que le porc peut ingérer. Li et Gonyou (2000) ont publié que la vitesse à laquelle boivent les porcs à l'engraissement utilisant des abreuvoirs à sucette (ou abreuvoirs à tétine) oscillait entre 594 ml/min (quand le flux était de 650 ml/min) et 1.422 ml/min (quand le flux était de 2.080 ml/min). On recommande, en général, que les abreuvoirs des porcs à l'engraissement soient réglés afin d'administrer 750 à 1000 ml par minute.



Photo 1. Abreuvoir typique à bol avec contrôleur de débit (diaphragme)
Il est intéressant de souligner que les nouveaux abreuvoirs à bol sont de plus en plus fréquents dans les élevages de production nord-américains : ils utilisent un mécanisme de soupape (diaphragme) pour maintenir un niveau d'eau relativement peu profond dans le bol (souvent 30-45 cm de long pour 15 à 30 cm de large) et ils ne lient pas le rythme d’abreuvement des porcs à la capacité du dispositif de fournir l'eau à un rythme égal ou supérieur à celui d’abreuvement. Ceci est dû au fait que le bol sert de dépôt d'eau dans la case (photo 1).

Les canalisations

Au fur et à mesure que les élevages d'engraissement se sont agrandis, on n'a en général pas tenu compte des problèmes de fourniture en eau. Aux Etats-Unis, les conduites d'eau des installations porcines qui sont reliées aux abreuvoirs sont presque toujours de 19 mm de DI (diamètre interne). Ceci est autant valable pour 200 porcs que 1.600 porcs connectés à la canalisation !

Le Service de planification du Middle-Ouest (1997) recommande que les conduites d'eau soient adaptées à la vitesse de 1,2 m par seconde. Si on applique cette mesure aux conduites d'eau de boisson, on atteint la capacité suivante :

3,1416 x R² x 1,2 m/s + x 60 s/mn x 0,001 litre/mm3

où R est le rayon (en mm) de la tuyauterie.

Pour un tube de 19 mm de DI, l'équation serait :

3,1416 x 9,5 mm x 9,5 mm x 1,2 m/s x 60 s/mn x 0,001 l/mm3 = 20 litres/mn

Donc, la canalisation utilisée pour la fourniture d'eau a les capacités de débit suivantes :

13 mm DI
10 litres/min
19 mm DI 20 litres/min
25 mm DI 35 litres/min

Si on se base sur un rythme d’abreuvement de 1 litre/minute (Li et Gonyou, 2000), on doit pouvoir observer que chaque porc buvant en même temps sur une canalisation d'eau puisse recevoir à peu près 1 litre par minute. Cela signifie qu'une conduite d'eau normale de 19 mm d'un élevage d'engraissement a une capacité de 20-22 abreuvoirs maximum. Si on installe plus d'abreuvoirs, il se peut que l'un ou plusieurs d'entre eux aient un débit partiellement limité.

Les pompes doseuses



Photo 2. Doseur de médicament (capacité de 26 litres par minute) connecté à une caaalisation d'eau de 19 mm avec un tuyau de machine à laver de 13 mm
Une limitation courante de la disponibilité d'eau est un mauvais branchement des doseurs de médicaments aux canalisations d'eau. Alors que beaucoup de doseurs ont des capacités atteignant jusqu'à 27 litres par minute, il n'est pas rare de les brancher aux conduites d'eau de boisson par un tuyau de machine à laver de 13 mm. Ce type de branchement implique que la limite de l'administration d'eau de boisson est la limite du débit du tuyau de connexion. Dans certains cas, les restrictions produites par les branchements sont jusqu'à 9,5 mm ce qui signifie que le débit reste limité à 5,3 litres par minute (photo 2).

Les réducteurs de pression

Aux Etats-Unis, presque aucun élevage de production n'utilise des réservoirs en hauteur pour l'administration d'eau. Les systèmes courants utilisent une pression élevée (250 – 500 kPa) pour administrer l'eau à l'élevage, que ce soit à partir d'un puits, d'un réservoir d'eau superficielle ou d'origine municipale.
Une restriction qui est souvent passée sous silence dans ces systèmes de fourniture d'eau à haute pression est l'installation d'un régulateur de pression. Les fabricants de nourrisseurs à soupe/sec recommandent souvent des réductions de la pression à 70 kPa alors que les abreuvoirs sont souvent installés avec des pressions de 140 kPa. Le but de ces plus basses pressions est de réduire l'effort que le porc a besoin de faire pour actionner les dispositifs d'administration, en faisant le moins de gaspillage possible.

Cependant, les changements de la pression modifient le débit. La formule pour calculer l'effet d'un changement de la pression sur le débit est la suivante :
√(P1/ P2)

ou P1 est la nouvelle pression et P2 est la pression originale

Ainsi, si la pression est de 280 kPa et le réducteur de pression est fixé à 140 kPa, le débit résultant représente 71 % de ce que l'on aurait. à 280 kPa. À 70 kPa face à une pression de 280 kPa, le débit est de 50 %. Au contraire, si on double la pression (de 170 kPa à 280 kPa), le débit augmente seulement de 41%, en supposant qu'il n'y a pas d'autre limitation du débit dans le système (photo 3).

Foto 3. Réducteur de pression en ligne. Ajusté pour réduire la pression à 70 kPa (10 psi) à partir d'une pression d'entrée de 280 kPa (40 psi).

Les compteurs d'eau

Les producteurs qui considèrent la consommation quotidienne d'eau de boisson comme un indicateur de la santé et de bien-être des animaux sont de plus en plus nombreux. Cependant, les compteurs d'eau représentent souvent une limitation du débit. Bien qu'on utilise généralement une tuyauterie de 19 mm dans toute l'installation, beaucoup de compteurs d'eau installés dans les élevages aux Etats-Unis ont des orifices de 16 mm ce qui signifie que le compteur d'eau est le point de limitation du débit de l’eau.

...et les filtres


Une dernière limitation fréquemment rencontrée concerne les filtres. Ceux-ci s'installent souvent sur les tuyaux pour réduire les conséquences de la sédimentation associées au puits local, etc. Dans certains cas, l'emplacement des filtres rend leur lavage ou leur nettoyage courant difficile, alors que dans d'autres cas, on n’a pas programmé ou on n'effectue pas d'entretien régulier.

Mike Brumm. Université du Nebraska. - Etats-Unis

Opinion des experts

Productivité : la truie qui se mord la queue (2ème partie)15-Déc-2008 il y a 8 ans 10 mois 8 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici