Impact du bien-être du porc pendant le transport

L'attention au bien-être du porc ne se limite pas à la phase d’élevage des animaux, mais elle doit s'étendre aussi à la phase finale de sa vie productive : le transport à l'abattoir et l’abat...
Lundi 17 Mars 2008 (il y a 9 ans 7 mois 5 jours)

L'attention au bien-être du porc ne se limite pas à la phase d’élevage des animaux, mais elle doit s'étendre aussi à la phase finale de sa vie productive : le transport à l'abattoir et l’abattage. On sous-estime souvent l'importance du bien-être dans ces deux phases. Au contraire, on atteint souvent beaucoup de points critiques qui se traduisent en dommages significatifs, spécialement dans la production de produits de charcuterie. Alors que le manque de bien-être en élevage entraîne un stress de type chronique, il est de type aigu pendant la phase de transport.

Rampe de chargement mal positionnée.
La marche vers le camion est trop haute
Les problèmes les plus courants sont, sans doute, les traumatismes de degrés variables au niveau des pattes. Les lésions les plus fréquentes sont les hématomes sous-cutanés, les fractures des articulations, de la tubérosité ischiatique ou du col du fémur. Le taux des traumatismes peut osciller entre 2 et 15%.
La cause de telles lésions sont les installations inadaptées : les rampes et les plates-formes de charge (étroites, glissantes ou avec des pentes excessives), les couloirs de l'élevage ou de l'abattoir avec des saillies coupantes, des sols glissants.
La cause peut être aussi la conduite des opérations : mélange de porcs de différentes origines entraînant des luttes hiérarchiques entre les animaux ou surpopulation.
L'origine peut aussi être liée au comportement de l’opérateur qui, par une conduite expéditive ou trop nerveuse, peut amener les animaux à se déplacer de façon agitée dans les couloirs et sur les rampes, en entraînant ainsi des glissades. L'abus de stimulus électriques (« piles ») lors des déplacements peut produire des dommages cutanés sous forme de réseaux veineux superficiels. La visibilité excessive de la vascularisation est aussi liée à la durée des opérations préalables à l'abattage : plus le temps entre le départ de l'élevage et l'abattage est long, plus ce défaut est important.

Sans arriver à des fractures ou à des contusions, toutes les causes mentionnées stressent les animaux, pouvant également entraîner des pertes économiques. Après l'abattage, le glycogène musculaire se transforme en acide lactique et, après une série de réactions chimiques, le muscle se transforme en viande. Si l'animal est soumis à un stress avant l'abattage, le glycogène musculaire a déjà été partiellement utilisé, produisant ainsi moins d'acide lactique après la mort et une altération de la qualité finale de la viande. L'altération de la viande PSE et DFD, malgré une prédisposition génétique, ne s'exprime pas s'il ne se produit pas un stress "pré-abattage" qui produit un épuisement du glycogène musculaire.

L’autre problème lié au bien-être durant le transport est la mortalité qui généralement a deux causes principales (hormis les lésions chroniques de l'appareil circulatoire) : l'étouffement par vomissement et le coup de chaleur. Les deux évènements sont plus fréquents si les animaux ont été nourris avant de partir. L’absence de jeûne favorise particulièrement la mortalité dans des conditions de température et d'humidité élevées, associées à une forte densité de chargement. Sachant que dans les premières 18 h de jeûne la perte de poids du porc est exclusivement du contenu gastro-intestinal, le jeûne "pré-abattage" pour réduire la mortalité doit être d'au moins 6 à 12 h. La durée optimale du jeûne, en comptant le temps d'attente dans les cases de l’abattoir est de 18 à 24h. Une durée plus longue entraînerait une diminution du poids de la carcasse et du foie.

La connaissance de notions simples sur le comportement du porc, associée à une adaptation des structures et une sélection génétique des animaux les plus dociles et maniables, réduit au minimum le stress des animaux avec des conséquences positives sur son bien-être et la qualité de la viande..

Principales causes de stress dans le transport
Type de stress Stress Effet Impact économique
Physique Installations conçues ou utilisées de façon incorrecte (sol glissant, saillies coupantes, …) Contusions, fractures, coupures, lacérations, blessures Pertes de pièces économiquement importantes (ex : jambons)
Micro-climat non adapté (trop chaud ou froid).
Surpopulation
Stress, vaisseaux marqués. Diminution de la production détérioration de la qualité de la viande, mort de l'animal.
Utilisation de piles électriques. Stress, vaisseaux marqués. Pertes de pièces économiquement importantes (ex : jambons), réduction de la qualité de la viande.
Social Mélanges. Contusions, lacérations, stress. Pertes de pièces économiquement importantes (ex : jambons), réduction de la qualité de la viande
Manipulation par une partie du personnel sans formation adaptée. Contusions, lacérations, stress. Pertes de pièces économiquement importantes (ex : jambons), réduction de la qualité de la viande

Conseils pour un bon transport
Jeûne d'au moins 10 heures avant le transport.
Les couloirs par lesquels on transfert les animaux vers le camion doivent être bien éclairés et suffisamment larges pour que deux porcs puissent passer à la fois.
Rampes de chargement/déchargement avec une pente < 15° ou plate-forme hydraulique de chargement.
Ne pas utiliser (ou utiliser le moins possible) les piles électriques.
Ne pas mélanger les porcs d'origines différentes.
Respecter la densité du chargement.
Respecter les conseils quant à la température et l'humidité.
Réduire au minimum la distance à parcourir.
Choisir la route la plus courte et en meilleur état.
Conduire prudemment sans accélération, ni freinage brusque.
Toujours traiter les animaux sans brutalités. Ne pas forcer leurs mouvements mais tenir compte de leurs caractéristiques comportementales.

P Candotti, S Rota Nodari. Centro di Referenza Nazionale per il Benessere Animale, IZSLER. Italia

Articles liés

Opinion des experts

Production de matières premières et démographie16-Avr-2008 il y a 9 ans 6 mois 6 jours
Influence de la qualité de l'eau sur les traitements12-Fév-2008 il y a 9 ans 8 mois 10 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici