Ingestion volontaire d'aliments et structure de l'intestin après le sevrage

Le sevrage est un événement très stressant pour le jeune porcelet. Ceci est dû au fait que les porcs sont soumis à de nombreux changements : être mélangés, être déplacés, passés du lait matern...
Lundi 7 Juin 2004 (il y a 13 ans 4 mois 16 jours)

Le sevrage est un événement très stressant pour le jeune porcelet. Ceci est dû au fait que les porcs sont soumis à de nombreux changements : être mélangés, être déplacés, passés du lait maternel à une ration séche. Ce n'est donc pas une surprise de voir que le sevrage, surtout s'il est pratiqué à des âges inférieurs à 21-24 jours, entraîne un "retard post-sevrage" caractérisé par une faible ingestion volontaire d'aliment et un faible (ou même négatif) gain de poids, une augmentation de la mortalité et un risque majeur de maladie gastro-intestinale qui pourrait aussi augmenter la mortalité.

Il y a aussi des changements histologiques marqués qui surviennent immédiatement après le sevrage.

La Figure 1 montre la différence morphologique entre un porcelet non sevré (tétant sa mère) et un porcelet sevré depuis 3 jours avec l'atrophie des villosités et l'hyperplasie des cryptes


L'absence de nutriments dans l'intestin grêle après le sevrage a des effets marqués sur le taux de différenciation et de renouvellement cellulaire dans l'intestin grêle (et le gros intestin). Ceci est dû au fait que l'ingestion orale d'aliment est nécessaire pour le maintien structurel et fonctionnel de la muqueuse intestinale. Le principal effet de la privation de nutriments, puis de la ré-alimentation, est respectivement une augmentation et une diminution de la durée du cycle cellulaire dans les cryptes de Lieberkühn, et cela est en partie lié au type et à la quantité d'aliment consommé.
Dans des études récentes, on a démontré que la faible ingestion d'aliment après le sevrage augmente la perméabilité et favorise les réponses inflammatoires dans l'intestin grêle. Cela peut exacerber un peu plus le retard post-sevrage. En rétablissant l'alimentation dès 9-12 heures après le sevrage, il se produit en tout cas une augmentation générale de la prolifération cellulaire dans les cryptes qui stimule la migration et la différenciation cellulaire dans la direction appropriée le long des villosités, induisant ainsi une augmentation générale de la capacité digestive et de l'absorption. Ceci peut prendre jusqu'à 10 jours après le sevrage selon l'âge du porc, la quantité d'aliment consommée et le temps pendant lequel l'intestin a été atrophié.

Dans d'autres études, on a vérifié que tant le type que la quantité d'aliment consommée par le porc après le sevrage ont une grande influence sur la structure et la fonction de l'intestin. C'est pourquoi ils influent directement sur le gain de poids pendant cette phase cruciale. Les aliments liquides ou les granulés administrés en bouillie ont tendance à favoriser une ingestion plus rapide d'aliment après le sevrage entraînant ainsi une meilleure structure de l'intestin que les aliments secs en granulés. Il existe aussi une relation directe entre l'ingestion d'une ration sèche en granulé et la structure de l'intestin, ce qui souligne encore plus l'importance d'augmenter au maximum l'ingestion d'aliment aussi vite que possible après le sevrage si on donne ce type d'aliment.

La première chose à faire pour augmenter au maximum l'ingestion d'aliment après le sevrage est de formuler des aliments adaptés avec un programme adéquat d'alimentation par phases qui s'ajustent au développement du tractus digestif en termes d'activité enzymatique digestive et de capacité d'absorption post-sevrage.
Le deuxième point est de corriger la conduite d'élevage et la présentation de l'aliment. L'aliment doit être administré à intervalles réguliers pendant les tous premiers jours après le sevrage pour stimuler les porcs afin qu'ils mangent le plus tôt possible. La longueur de mangeoires doit être adaptée pour tous les porcs de la case et il est souhaitable que les porcs puissent se voir entre eux quand ils mangent.

En suivant ces principes de base, on doit minimiser les effets négatifs du sevrage sur l'ingestion volontaire d'aliment après le sevrage et permettre aux porcelets de commencer à consommer leurs aliments post-sevrage aussi vite que possible afin que le coût par unité de gain de poids soit le plus réduit possible.

Dr John Pluske - Division des sciences vétérinaires et biomédicales - Université de Murdoch (Australie)

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici