Introduction des verrats à haute valeur génétique

Pour obtenir le meilleur bénéfice des verrats, autant dans des centres d'insémination artificielle (CIA) externes que dans un élevage, il est important de les introd...
Jeudi 13 Avril 2006 (il y a 11 ans 7 mois 9 jours)

Pour obtenir le meilleur bénéfice des verrats, autant dans des centres d'insémination artificielle (CIA) externes que dans un élevage, il est important de les introduire et les conduire de manière adéquate.

Entrée des verrats

Il existe deux étapes relatives à l'entrée de tout type d'animaux dans un élevage, chacune avec un but bien défini :

1- Isolement : période d'observation pour évaluer toute symptomatologie clinique révélatrice du fait que les animaux que l'on veut incorporer ne présentent pas de risque pour l'élevage receveur.

2- Adaptation : pour pouvoir adapter les animaux entrants au microbisme de l'élevage receveur.

Il est très important que tous les verrats suivent le même processus d'isolement et d'adaptation que suivraient d'autres types d'animaux.
Dans le cas de verrats entrant dans un CIA externe, l'adaptation sera différente de celle de verrats qui entrent dans un élevage. Il ne faut en général pas que les adapter à l'élevage receveur (le CIA dans ce cas) mais il faut aussi suivre un plan de vaccination adapté.

L'isolement comme l'adaptation doivent se dérouler dans un local de quarantaine.

Exigences pour la quarantaine

Bio-sécurité : la bio-sécurité de la quarantaine doit avoir les mêmes normes que le CIA ou l'élevage. La localisation est fondamentale et les règles de base de bio-sécurité doivent être appliquées de manière stricte (mouvement du personnel, transport, etc.....)

• Durée : Le temps minimal recommandé par la législation est généralement de 30 jours. Toutefois on recommande que cette période soit étendue au moins à 6 semaines

• Conduite : tout plein – tout vide

• Commencer à initier les animaux au mannequin. Etre capable d'analyser la semence.

Plan de vaccination : les verrats doivent être vaccinés au moins contre le parvovirus et le rouget. Il est recommandé de consulter le vétérinaire du CIA pour toute autre vaccination nécessaire que ce soit en fonction des conditions de l'élevage receveur comme par exemple les vaccins contre la pneumonie enzootique, l'influenza ou pour répondre à une exigence de la réglementation locale.

Déparasitage : essentiel en cas de litière sur sciure ou paille.

Traitement de la leptospirose : la législation européenne n'exige pas de monitoring de la leptospirose ou de traitement de prévention/éradication, mais en tenant compte de la situation épidémiologique de la leptospirose en Europe, il est conseillé de traiter les verrats selon le protocole d'éradication de la leptospirose recommandé par l'OIE, c'est-à-dire 2 traitements à base de dihydroestreptomycine pendant 14 jours, soit 25 mg/kg.

Contrôle sérologique en accord avec les lois nationales et locales.


La législation approuvée par l'UE pour l'entrée d'animaux dans un CIA exige que les animaux soient prélevés pendant la période de pré-quarantaine (30 jours avant le début de la quarantaine) pour la peste porcine classique (PPC), la maladie d'Aujeszky (MA) et la brucellose. Ces prélèvements peuvent directement être effectués dans l'élevage d'origine ou dans la quarantaine, bien que la période de quarantaine proprement dite ne puisse pas commencer avant que les résultats ne soient connus. Une fois que la quarantaine proprement dite commencera et dans les 15 derniers jours de cette période (d’au moins de 30 jours) des prises de sang seront effectuées pour recherche MA et Brucellose. Les législations nationales et régionales peuvent exiger d'autres analyses.

Un point qui entraîne des problèmes dans la pratique quotidienne, est celui des faux positifs. Aucune analyse n'a une spécificité de 100% , c'est pourquoi il faut accepter que ce problème existe et il faut avoir des tables d’incertitudes connues.
Le cas de la brucellose et des réactions croisées avec Yersinia enterocolitica 0:9 est très connu, même si d'autres bactéries comme certains types de Salmonella aussi peuvent donner des réactions croisées avec Brucella suis. Les pourcentages de positifs varient selon les laboratoires et les techniques utilisées.

Plan de saillie et initiation

L'initiation des verrats peut déjà commencer à partir de 6 à 7 mois. Il est très important d'utiliser des mannequins qui soient à une hauteur adéquate et d'avoir beaucoup de patience.

Le plan de saillie doit s'adapter en fonction de l'âge du verrat :

• Jusqu'à 10 mois, 1 fois par semaine
• < 1an : 3 fois en 2 semaines
• > 1 an : 2 fois par semaine

De toutes façons, ceci est seulement un "guide" et doit aussi être adapté en fonction de la qualité de la semence.

Tous les verrats doivent être prélevés au moins une fois par semaine même si la semence est riche et peut être conservée, pour assurer une continuité dans le travail et une bonne qualité séminale.

Meritxell Donadeu. PIC. Espagne

Opinion des experts

Contrôle de l'ambiance en élevage de porcs04-Mai-2006 il y a 11 ans 6 mois 18 jours
Alimentation des truies (2)22-Mar-2006 il y a 11 ans 8 mois

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici