Les problèmes courants de ventilation et leur prévention

Introduction Les logements pour animaux et les systèmes de ventilation ont pour but de contrôler l’ambiance des porcs et de fournir les conditions optimales pour l'engraissement et la reprod...
Jeudi 8 Février 2007 (il y a 10 ans 8 mois 16 jours)

Introduction

Les logements pour animaux et les systèmes de ventilation ont pour but de contrôler l’ambiance des porcs et de fournir les conditions optimales pour l'engraissement et la reproduction. Toutefois, cette ambiance dépend du système et de la façon de le gérer. Les défaillances et le manque de maintenance sont plus la règle que l'exception. Une mauvaise conception globale ou une erreur dans la mise en œuvre du système de ventilation sont aussi fréquents. La conséquence de ces erreurs peut donner lieu aux pires conditions de production ou à l’apparition de maladies provoquées par le stress dû aux hausses et aux baisses soudaines de température ou à des courants d'air. Dès lors que les porcs sont élevés de façon intensive, ils n'ont pas beaucoup de possibilités de s’affranchir d’un brusque changement des conditions d'ambiance.

Morsures de queues et cases sales

La morsure de la queue est une réaction non spécifique typique due à une détérioration des conditions d’ambiance. Elle pourrait être favorisée par de multiples facteurs mais la vitesse élevée de l'air dans la zone de la case due à une défaillance de la ventilation est une des causes la plus fréquemment associée à ce trouble.

Une activité importante pendant les périodes normales de sommeil et de repos et la présence de "queues sales" sont des signes précurseurs d'un problème d’ambiance. De plus, les mauvaises odeurs et les sols sales sont généralement associés aux courants d'air dans la zone de repos, ce qui fait que les porcs changent continuellement leur zone de repos et de défécation. Cette dernière situation peut aussi être provoquée par la surpopulation et une ambiance trop chaude et, dans ce cas, les porcs se vautrent simplement dans leurs propres excréments et urine pour éliminer l'excès de chaleur de leur corps.


Le risque de courants d'air est plus important pendant le printemps et l'automne, quand la température extérieure varie considérablement entre la nuit et le jour. Pendant le jour, les températures, qui peuvent être élevées nécessitent davantage de ventilation. Toutefois, après le coucher du soleil, la température extérieure peut diminuer significativement alors que la température intérieure reste importante à cause de la chaleur accumulée dans le bâtiment durant la journée. Par conséquent, le système de ventilation entretient une fréquence de ventilation importante. À moins que le système ne soit correctement réglé, c'est-à-dire, équipé de capteurs de température extérieure et des entrées réglées automatiquement, évitant que l'air froid ne se dirige vers la zone de repos des porcs, il y aura un risque important de courants d'air.

Mesures préventives des problèmes de ventilation

Le critère le plus important pour qu'un système de ventilation fonctionne correctement est que les ventilateurs d'entrée et les extracteurs soient automatiquement réglés par une unité de contrôle commune avec des capteurs de température intégrés (figure 1).

Figure 1. Principe de conception du système de ventilation avec extracteur, déflecteur, entrées et capteurs intégrés.

Les entrées sont reliées au moyen de câbles à un moteur électrique qui ouvre et ferme toutes les trappes simultanément selon les ajustements de température. Le système de contrôle est conçu pour augmenter la vitesse du ventilateur et créer une pression négative avant que les entrées commencent à s'ouvrir. Ceci garantit que l'air frais entre avec une vitesse déterminée et se mélange avec l'air intérieur avant d'arriver dans la zone des animaux.
Pendant l'hiver, on pourrait seulement maintenir une pression négative élevée si le bâtiment était hermétique à l'air. Les fuites et un mauvais isolement sont probablement les causes les plus fréquentes de problèmes de ventilation pendant la période froide dans les anciens bâtiments. En outre, la vitesse de l'air qui entre est plus stable et la distribution de l'air est meilleure si l'extracteur est pourvu d'un déflecteur, qui aide à ce que la fréquence du flux d'air soit dans une plage étroite.

Des erreurs peuvent aussi se produire si la conception des entrées n'est pas correcte. C'est pourquoi on conçoit maintenant de nouvelles entrées avec une trappe courbée qui dirige l'air vers les animaux pendant les périodes de temps chaud et disperse l’air entrant pendant les périodes de temps froid.

D'autre part, les trappes d'entrée pourraient être démontées pendant le nettoyage à haute pression. Dans ce, il serait important de vérifier leur position et celle des câbles après avoir vidé chaque élevage.


Figure 2. Les entrées de ventilation sont trop ouvertes et la vitesse de l'air est faible pour que l'air extérieur plus froid se mélange avec l'air intérieur avant d'atteindre les animaux en créant une ambiance de courants d'air.

Un problème habituel dans des zones ventées est que la pression du vent est plus haute dans un côté du bâtiment que dans l'autre. Le résultat est que presque tout l'air de ventilation est apporté à travers les entrées qui sont du côté du vent et, dans le pire des cas sort par le côté opposé du bâtiment. La seule manière de corriger ce problème est d'installer un déflecteur le long du côté latéral du bâtiment, ce qui neutralisera la pression statique du vent.

Figure 3. Effet de la pression statique du vent sur le mouvement l'air et correction du problème par l'installation de déflecteurs le long du côté du bâtiment

Une erreur fréquente lors d'une installation d'un système de ventilation dans un bâtiment est de ne pas prendre en considération la physique de l'air. Ainsi, quand l'air entre à travers une entrée, il est propagé sous forme de tourbillon et perd de la vitesse au fur et à mesure qu'il se déplace tandis qu'il se mélange avec l'air de l'intérieur. Par conséquent, on a donc besoin d'espace pour que le « nouvel » air de renouvellement entre suffisamment loin dans la salle comme il est indiqué sur la figure 4. Pour chaque mètre que pénètre l’air, 30 cm d'espace libre doivent être disponibles. Ceci signifie qu'un bâtiment de 10 mètres de large, avec une hauteur au plafond de 2,4 mètres et des séparations entre les cases d'1 mètre de hauteur, l'air pénétrera seulement les premiers 1.4/0.3 ~ 5 mètres avant d'arriver au sol ou à la surface du caillebotis. L'autre côté du bâtiment sera donc mal aéré. La solution la plus économique est d'installer des entrées d'air de chaque côté du bâtiment.

Figure 4. Il faut 30 cm d'espace libre pour chaque mètre d'entrée d'air parcouru pour garantir une ventilation adaptée.

Bjarne Kornbek Pedersen. Danish Farm Design A/S. Danemark

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici