Nouvelles sources d'énergie : des changements dans la formulation des aliments

On a déjà évoqué la nouvelle situation qui se présente, au niveau mondial et européen, avec les continuelles augmentations de consommation des céréales et des graines oléagineuses à cause de l...
Mardi 9 Septembre 2008 (il y a 9 ans 1 mois 14 jours)

On a déjà évoqué la nouvelle situation qui se présente, au niveau mondial et européen, avec les continuelles augmentations de consommation des céréales et des graines oléagineuses à cause de l'augmentation de la richesse des pays émergents (la Chine et l'Inde surtout) et aussi à cause des nouvelles sources d'énergie (biodiesel et bioéthanol).

Les nouvelles sources d'énergie

On essaiera aujourd’hui d'expliquer d'une manière plus concrète les changements qu'il peut y avoir à court et moyen terme dans la formulation des aliments. Définissons d'abord les nouvelles sources d'énergie :

Le Bioéthanol : pour les moteurs à essence, il s'agit d'éthanol ou de ses dérivés comme l'ETBE (éthyl-tertio-butyl-éther) qui peut être incorporé à l’essence jusqu’à hauteur de 15 %. Il provient de la fermentation de sucres et de l'amidon de céréales.

Le Biodiesel : pour les moteurs diesel. Les esters méthyliques d'huiles végétales sont les plus employées. Il est issu d'un processus de trans-estérification entre l'huile végétale et le méthanol pour produire l'ester méthylique et la glycérine.

Huile végétale + méthanol => ester méthylique + glycérine

On utilise aussi des graisses animales en suivant le même processus.

Que génère la fabrication de biodiesel et de bioéthanol ?

Maintenant voyons ce que génère ou entraîne, directement ou indirectement la fabrication du biodiesel et du bioéthanol.

Biodiesel : il génère directement seulement de la glycérine. Indirectement, selon les huiles végétales, les plantes à partir desquelles il est produit voient leur production augmentée avec en conséquence l’augmentation de la farine ou du tourteau ainsi utilisés.

 
Tableau de rendements des 3 graines les plus utilisées

  Tm de grain Rendement
Tm de farine Tm d'huile
Colza 3,7 2,0 1,4
Tournesol 2,2 1,2 0,95
Soja 2 1,2 0,5

En Europe, la graine la plus utilisée est le colza; sa production est estimée à 15 millions de Tm. Le marché actuel et les prévisions sont de 21 millions en 2010. Ces chiffres entraînent respectivement une production de 9 millions de Tm d’huile et de 12,50 millions de Tm de farine.
On pourrait faire la même extrapolation au niveau mondial de la production de farine de soja et de farine de tournesol et au final, on voit que l'augmentation de la production de biodiesel entraîne une offre plus grande de farines végétales qui doivent être absorbées en même temps par le marché. Cela influe sur les prix des graisses et des farines dans des sens opposés.
Il faut aussi tenir compte du fait que selon les différents types de farine, les incorporations dans l'aliment varient d'une manière substantielle :


Limites maximales d'incorporation
Volailles Porcs et lapins Ruminants
Farine de colza 00 3-7% 2-8% 6-20%
Farine de soja 44
L 5-L L
Farine de tournesol 30 3-12% 6-18% 5-20%
Farine de tournesol 36 4-13% 2-18% 6-25%
L=sans limite d'incorporation   

Mais on doit aussi comprendre que toutes ces farines se font concurrence entre elles, puisque l'incorporation de la protéine dans l'aliment est limitée, et varie en fonction de l'âge et du type d'animal.

Bioéthanol : intéressons-nous à qui est obtenu à partir de l'amidon des céréales. Pour chaque Tm de céréale, en fonction de la céréale utilisée (blé, orge, maïs,) on obtient environ 330 kg d'éthanol, 330 kg de CO2 et 330 kg de DDGS (Distilled Dried Grain and Soluble).

 
Le DDGS est ce qui reste de la céréale après l'extraction de l'amidon. La composition chimique est la suivante :
Composition chimique (%)
Protéine brute Fibre brute
DDGS de blé 32,00 7,10
DDGS de maïs 24,50 8,00
DDGS d'orge 24,70 13,70

Les productions européennes de DDGS sont les suivantes :
2004 2007
Allemagne 400.000 Tm 800.000 Tm
Royaume-Uni et Irlande 250.000 Tm 300.000 Tm
Espagne 200.000 Tm 455.000 Tm
France   775.000 Tm

Les productions américaines sont les suivantes :
2004 Previsión 2007 Previsión 2013
7,8 millones de Tm 10.000 millones de Tm 14.000 millones de Tm

Si on extrapole ces données, on voit que la production de DDGS en Europe ira en augmentant.

Maintenant, voyons leur possible incorporation dans les aliments :
Limites maximales d'incorporation
Volailles Porcs et lapins Ruminants
DDGS de blé 2-7% 3-10% 4-15%
DDGS de maïs
3-8% 2-10% 5-16%
DDGS d'orge 3-6% 2-10% 3-16%

Tout cela, comme pour le biodiesel, entraîne une offre plus grande de produits à teneur élevée en protéines et en fibres qui doivent être aussi absorbés par le marché.

Avant de passer aux conclusions, on doit tenir compte de deux points importants:

 
1- Toutes les usines qui sont actuellement en projet sont basées sur un pétrole se situant au-dessus de 58 à 60 $ le baril pour être rentables ; chose, aujourd'hui, plus que probable. Mais une baisse du prix du pétrole entraînerait un arrêt au niveau mondial de ces usines et de projets futurs.

2- En supposant que le point 1 ne se produise pas, la production de bio-combustibles dans la communauté ira en augmentant puisque la prévision selon Bruxelles était en 2005 de 2 % d'incorporation dans l'essence et dans le gas-oil. Fait qui ne s'est pas réalisé, étant à peu près à la moitié, et l'incorporation de 5% en 2010.

Conclusions

 
- La production de bioéthanol et de biodiesel suppose une plus grande consommation de sources d'énergie c’est-à-dire d'huiles et d'amidons, ce qui entraînera plus qu'un renchérissement de celles-ci.

- La production de bio-carburants génère directement ou indirectement une augmentation de la production de sources de protéines, aboutissant à des prix de plus en plus compétitifs. Bien que nous doutions que cela compense les hausses des céréales.


Tout cela laisse à penser que les fabricants d’aliment ont devant eux un défi à relever : incorporer les DDGS et les farines qui apparaîtront encore plus sur le marché et en essayant, si c’est possible, de mieux exploiter ces sources d’énergie.

Jordi Beascoechea; Bemat Subministraments SL. (Espagne)

Articles liés

Opinion des experts

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici