Quel est le meilleur âge pour sevrer ? (II)

La truie Mises-bas/truie/an Normalement la productivité de la truie est évaluée par le nombre de mises-bas/truie/an multiplié par le nombre de porcelets sevr&ea...
Mardi 29 Décembre 2009 (il y a 7 ans 7 mois 18 jours)

La truie

Mises-bas/truie/an


Normalement la productivité de la truie est évaluée par le nombre de mises-bas/truie/an multiplié par le nombre de porcelets sevrés par mise-bas. Le calcul des mises-bas/truie/an est le suivant :
MTA : mises-bas/truie/an ; DG : durée de gestation ; ISS : intervalle sevrage – première saillie ; DL : durée de lactation.

Parmi ces trois facteurs, la DG est le moins variable, normalement l'ISS varie peu et la DL varie en fonction du sevrage. Normalement, avec un taux théorique de mises-bas de 100 % et un intervalle sevrage-saillie de 5 jours, la capacité "maximale" de produire des mises-bas d’une truie sur une année en fonction de la durée de la lactation est la suivante :

L'intervalle entre les mises-bas est en théorie de 141 jours pour le sevrage à 21 jours et de 148 jours pour le sevrage à 28 jours. Les 7 jours de différence représentent 0,12 mise-bas/truie/an qui, multipliés par un nombre présumé de 10,5 sevrés par mise-bas représenteraient 1,26 porcelet sevré de plus avec une lactation de 21 jours en moyenne. Ce scénario idéal ne se produit jamais dans les élevages puisqu'il existe toujours des échecs de reproduction que génèrent les JNP (les jours non productifs) qui doivent s'ajouter à l'intervalle entre les mises-bas. Ainsi, par exemple, un élevage qui sèvre à 21 jours et qui a 14 JNP par mise-bas, produit 2,35 mises-bas/truie tandis qu'un autre élevage qui sèvre à 28 jours avec 11 JNP produit 2,29 mises-bas/truie/an (365/ (148 +11)). A partir des données obtenues sur plus de 100 000 premières inséminations, on observe que cette différence théorique de 7 jours entre les deux types de sevrage est réduite dans la pratique à cause d'un meilleur taux de mises-bas (principalement un pourcentage plus faible de retours) avec 28 jours de lactation.
Les données indiquent que les intervalles entre les mises-bas sont les suivants :

- Sevrage 21 jours : 151 jours : 2,41 MB/truie/an
- Sevrage 28 jours : 154 jours : 2,37 MB/truie/an.

En conclusion, la différence théorique des 7 jours entre les deux sevrages est réduite à 3 jours et en conséquence la différence théorique de 0,12 mise-bas/truie/an est réduite à 0,04.

Les nés-totaux

La durée de la lactation influe sur les nés-totaux. Il existe des différences notables sur ce paramètre en fonction du type de génétique.

Les génétiques aux potentiels de prolificité élevée répondent de façon très généreuse quand elles disposent de plus de temps pour que se produise l'involution utérine.
Les données disponibles de PigChamp Pro-Europe avec une base de 850 000 mises-bas (14 années d'étude) montrent que chez les nés-totaux il existe seulement une différence de 0,3 nés-totaux par mise-bas en faveur du sevrage à 28 jours.
Ces résultats sont confirmés si on analyse seulement les 5 dernières années de l’étude. Cependant, quand on effectue la même étude sur des truies hyper prolifiques, on peut vérifier qu'il y a des différentes très importantes en fonction de la durée de la lactation.

Effet de la durée de la lactation sur le total des nés sur la mise-bas suivant (juin 2009)



22.000 truies
Durée de l'étude : 2 ans
Résumé de 10 élevages de grande taille (1.000 à 3.000 truies)
Total MB analysées : 97.551
Source : J. Oliva. Servicios técnicos CEFU SA. España

Il est possible que cette énorme amélioration génétique obtenue sur les dernières années soit la meilleure justification de la pratique du sevrage à 28 jours par rapport à la productivité de la truie. Les données obtenues montrent qu'avec des lactations de 28 jours on obtient 14,5 nés-totaux tandis qu'avec des lactations de 21 jours on obtient 13,3 nés-totaux. La différence est très importante : 1,2 porcelets.

Avec ces données, le total des porcelets nés/truie/an est :

- Sevrage 21 jours : 2,41 MB/truie/an x 13,3 = 32,05 nés-totaux/truie/an
- Sevrage 28 jours : 2,37 MB/truie/an x 14,5 = 36,36 nés-totaux/truie/an

En supposant une mortalité totale en maternité de 20 % (9 % mort-nés + momifiés et 11 % de mortalité pré-sevrage), le total de sevrés par truie et par an dans les deux systèmes est le suivant :

- Sevrage 21 jours : 13,3 nés-totaux – (1,19 + 1,33) = 10,75 sevrés/MB x 2,41 = 25,97 porcelets sevrés/truie/an.
- Sevrage 28 jours : 14,5 nés-totaux – (1,30 + 1,45) = 11,75 sevrés/MB x 2,37 = 27,84 porcelets sevrés/truie/an.

L'objectif initial de sevrer 200 kg/truie/an est plus réalisable avec le sevrage à 28 jours car si on multiplie 27,84 * 7,5 kg/porcelet, on obtient 208,80 de poids vif sevrés par truie et par an. Les mêmes calculs pour un sevrage à 21 jours nous montrent qu'il est très difficile d'atteindre cet objectif (25,97 x 6,7 kg/porcelet = 173,99). En pratiquant le sevrage à 21 jours avec un poids moyen de 6,7 kg/porcelet, on aurait à sevrer 29,85 porcelets/truie/an pour atteindre les 200 kg par truie. Alors qu'avec un sevrage à 28 jours et un poids de 7,5, on aurait à sevrer 26,66 porcelets/truie/an pour atteindre le même objectif et ceci est plus réalisable quand on ne travaille pas avec des truies aussi prolifiques que celles décrites sur le graphique précédent.

Note de l'auteur : je tiens à exprimer mes remerciements à PigChamp Pro- Europa et au Service Technique de Cefusa pour la fourniture de données de terrain sans lesquelles il est difficile d'argumenter

Josep Barceló. (†) Consultant en production porcine – Espagne

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici