Rhinite Atrophique : Vacciner, c'est bien...bien vacciner, c'est mieux !

La vaccination n’est pas un acte anodin: l’injection de vaccin sert à stimuler le système immunitaire de la truie afin de provoquer une réaction rapide et suffisamment importante pour que le porcelet en bénéficie via le colostrum.

Lundi 2 Janvier 2012 (il y a 6 ans 15 jours)

Le chapitre précédent portait sur l’importance du colostrum d’une manière générale dans la transmission de l’immunité de la truie vers le porcelet.

Nous aborderons plus en détail dans ce chapitre le volet portant sur la qualité du colostrum induite par la vaccination des truies, ce qui passera par les règles des bonnes pratiques de vaccination en élevage.

En tout premier lieu, la vaccination n’est pas un acte anodin: l’injection de vaccin sert à stimuler le système immunitaire de la truie afin de provoquer une réaction rapide et suffisamment importante pour que le porcelet en bénéficie via le colostrum.

Elle ne peut pas s’improviser mais ne doit pas non plus devenir routinière et doit s’organiser de manière rigoureuse et méticuleuse !

Préparer le vaccin dans de bonnes conditions:

La préparation de la vaccination se fait dès la réception du vaccin: il doit se conserver au réfrigérateur, entre +2 et 8°C, à l’abri de la lumière et de la poussière, de préférence dans l’emballage d’origine (Figure 1).

Figure 1: la mise en place d’un thermomètre mini-maxi est une bonne manière de suivre les températures à l’intérieur du réfrigérateur Rhinite 11-1

La séance de vaccination en elle-même débute par la préparation du matériel: pour qu’elle soit efficace, il convient de travailler dans un local confortable, disposant d’une bonne luminosité, d’une table et d’un évier.

Le respect des règles d’hygiène s’impose avant la manipulation du vaccin: lavage / brossage des mains et port de gants.

Tout d’abord, il convient de ramener le flacon de vaccin à température ambiante, en le plaçant par exemple pendant 12 à 24°c à température ambiante (15-25°c). Cela évitera des réactions désagréables à l’injection d’un produit sortant du réfrigérateur !

Si le nombre d’animaux à vacciner ne correspond pas à la taille des flacons disponibles, il est possible de ponctionner le nombre de doses nécessaires à la séance avec une aiguille et une seringue stériles, après avoir agité le flacon, puis de replacer immédiatement le reliquat au réfrigérateur.
Pour que la prise vaccinale soit de bonne qualité, il est impératif de ne vacciner que des animaux en bonne santé: il vaut parfois mieux reporter la séance de vaccination, que de s’exposer à un risque de manque d’efficacité !

Préparer les truies à la séance de vaccination:

L’injection n’est pas un acte anodin pour la truie ou la cochette: elles peuvent faire preuve d’appréhension surtout si elles associent la présence humaine à un acte désagréable. C’est pourquoi la domestication des animaux est très importante, en particulier en cours de quarantaine, car elle conditionne leur réaction pour la suite de leur carrière. Passer du temps dans la case de quarantaine en dehors des moments de soins permet aux cochettes de se familiariser avec l’intervenant et exploite leur côté curieux: elles se laisseront plus facilement approcher, et n’éprouveront pas de crainte plus tard.

Rhinite 11-2Cette familiarisation précoce facilitera l’approche des truies, que ce soit en groupe ou en stalle. Dans ce dernier cas, une approche par le devant d’un animal domestiqué sera plus aisé: cela évitera les réactions de fuite par peur qui interviennent lors d’une approche par l’arrière (Figure 2).

Figure 2: La vaccination par l’avant ne pose pas de problèmes particuliers sur les animaux domestiqués lors de l’emploi d’un prolongateur.

Lors de la séance de vaccination, la mise à jeun avant la vaccination peut apporter une sécurité supplémentaire dans les troupeaux sensibles, tout comme l’apport d’un anti-inflammatoire en préventif.

Conduite efficace de la séance de vaccination: «travaillez à votre rythme, sans précipitation»

Il est nécessaire de se conformer strictement aux recommandations du vétérinaire et à la notice du vaccin: chaque vaccin a ses propres spécificités détaillées dans la notice.

Il est important d’agiter les flacons avant et pendant la séance de vaccination, afin que l’ensemble des composants reste réparti de façon homogène dans les flacons pendant la séance: ainsi les premières truies vaccinées recevront-elles la même composition vaccinale que les dernières.

Rhinite 11-3La meilleure zone pour réaliser une injection intra-musculaire se situe dans l’échine à la base de l’oreille, environ un travers de main en dessous de la ligne médiane et un travers de main derrière la base de l’oreille. Plus haut, ou plus bas (vers l’épaule), l’épaisseur de gras est plus importante: le vaccin sera bien moins efficace (Figure 3).
Il est préférable d’éviter les zones souillées ou portant des abcès (risque d’infection lors de l’injection). De même, si les truies doivent recevoir plusieurs vaccins avant la mise-bas, il est souhaitable de changer de côté d’échine: la prise vaccinale n’en sera que meilleure si différents sites de drainages sont mis en jeu.

La vitesse d’injection joue également: il est recommandé de compter 3 secondes pour une injection d’un volume de 2 ml, afin, entre autres, de limiter les réactions douloureuses. Cela aidera pour les futures séances, d’autant plus si les truies sont logées en liberté !

Le marquage des truies après vaccination permet de ne pas se tromper en particulier dans les grands groupes d’animaux.

Enfin, pour clore la séance de vaccination, il est intéressant de vérifier la bonne correspondance du nombre de truies vaccinées avec le nombre de doses utilisées.

N’utiliser que du matériel d’injection stérile, adapté à la séance de vaccination

Le matériel utilisé influera sur la qualité de la prise vaccinale (Figure 4):

Figure 4: Matériel nécessaire à une séance de vaccination

Rhinite 11-4

La seringue devra être préalablement stérilisée, rincée, régulièrement lubrifiée et dédiée à un seul vaccin.

L’utilisation d’un prolongateur stérile, changé à chaque bande, apportera du confort au vaccinateur par la baisse du risque de se blesser dans les barres si la truie bouge, mais également à la truie: l’aiguille la suivra dans ses mouvements, ce qui réduit la douleur au point d’injection (Figure 5).

Figure 5: La vaccination des truies en groupe ne pose pas de soucis, pour peu que les animaux soient domestiqués et qu’un prolongateur et des aiguilles à usage unique du plus faible diamètre possible soient utilisés. Rhinite 11-5

Les aiguilles à usage unique doivent être adaptées à chaque type d’animal: ainsi les recommandations portent sur la taille: une longueur de 50 mm pour une truie adulte, alors que 40 mm suffiront pour une cochette, le diamètre devant être le plus petit possible pour limiter la douleur au moment du passage de la peau.

Enfin limiter le nombre d’animaux à 1 truie par aiguille limite les risques de transmission de germes d’une truie à l’autre.

En résumé, une bonne vaccination:

  • Démarre dès la réception des vaccins
  • Se planifie
  • Se prépare
  • Nécessite du matériel de qualité et bien entretenu
  • Se pratique sur des animaux en bonne santé et calmes
  • Et demande un vaccinateur disponible et détendu
voir plus d'articles liés à l'article

Rhinite atrophique

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags