Note de la FNP: qu\'en pensez-vous ?

 Eleveur désabusé

1 22-Sep-2007 13:51 (il y a 11 ans 3 mois 27 jours)

Fédération Nationale des Syndicats d\'Exploitants Agricoles

CONFEDERATION NATIONALE DE L\'ELEVAGE
______________________

FEDERATION NATIONALE PORCINE

9-11 rue de la Baume 75008 PARIS - Tél. 01.53.83.47.35 - Fax. 01.53.83.48.30 – e mail : bernard.esnault@fnsea.fr




Le 21 Septembre 2007



Note aux Sections Porcines.

La Mobilisation est indispensable


La situation conjoncturelle est catastrophique pour les éleveurs de porcs du fait de :

- l’augmentation très importante du prix des matières premières végétales qui se répercute par une très forte croissance du prix des aliments aux animaux. Il en résulte que le coût de production moyen est passé de 1,25 €/ kg de carcasse en 2006 à 1,55 €/ kg en cette période 2007, en constante progression depuis plusieurs mois.

- La non répercussion de ces surcoûts dans le prix payé aux producteurs. Les dernières cotations faisant passer même la référence de prix en dessous des 1,20 €/ kg de carcasse.

Il en résulte une différence de l’ordre de 0,35 €/ kg de carcasse actuellement soit une perte d’environ 2 000 € par semaine pour un éleveur moyen français de 150 truies naiseur –engraisseur.

Cette situation insupportable pour les éleveurs de porcs appelle des initiatives et des mesures d’urgences à différents niveaux.


C’est pourquoi, la FNP invite chaque section porcine à passer à l’action en direction de différentes cibles :

1) Des organisations économiques de la filière :

a) de l’aliment du bétail afin qu’elles s’organisent à l’importation pour s’approvisionner sur les marchés étrangers, notamment américains, à des tarifs nettement plus compétitifs. Il se trouve qu’aux USA notamment, la disponibilité en maïs est importante à un prix de l’ordre de 100 à 110 €/ la T. et les entreprises espagnoles auraient déjà acheté 8 Millions de T. sur ce marché.

b) Abatteurs et transformateurs afin qu’ils s’organisent davantage pour faire poids face à la distribution et répercuter cette augmentation des coûts dans le prix payé aux producteurs.
Rappel : l’an dernier, à la même époque, le prix de marché à la production s’affichait à 1,50 €/ kg, sans que cela n’ait eu d’incidence réelle sur le prix des produits aux consommateurs, sur les distributeurs et sur les entreprises d’aval qui ont même reconnu une bonne rentabilité. Cela démontre que des solutions sont possibles.

2) en direction des enseignes de distribution pour dénoncer les éventuelles opérations de bradage de la viande porcine et leur faire prendre conscience de la situation très difficile dans laquelle se situent les producteurs de porcs, justifiant une légitime répercussion de ces surcoûts dans le prix du porc.

3) En direction des pouvoirs publics (préfets) et élus (parlementaires) afin :

a) de leur faire prendre conscience des difficultés rencontrées par les éleveurs de porcs et des menaces qui pèsent sur leur avenir et celui des filières toutes entières.

b) et d’agir auprès du ministre de l’agriculture et du gouvernement pour que des mesures de soutiens soient mise en œuvre :

. Restitutions à l’export et stockage privé pour permettre redonner de la compétitivité aux entreprises à l’exportation, face à un euro très élevé par rapport aux autres monnaies, alors que des possibilités existent notamment sur les marchés asiatiques. Le Ministre français doit afficher une réelle détermination vis-à-vis de la commission de Bruxelles qui dispose de moyens importants en restitutions, mais non utilisé pour le secteur porcin depuis de nombreuses années.

. Mesures de soutien telles la prise en charge de cotisations sociale et d’intérêts d’emprunts, la possibilité de repousser les annuités de l’année en fin de prêts etc.

Pour sa part, un rendez-vous a été prix par les responsables de la F.N.P., à la fois auprès du cabinet de Monsieur Barnier, ministre de l’agriculture que de l’organisation représentative des éleveurs à Bruxelles (COPA) afin d’agir pour la mise en œuvre de toutes ces mesures.

La F.N.P. salue les actions qui ont déjà été engagée, ces derniers jours, tant par les JA appuyés par les FDSEA de Bretagne, et les sections porcines du Cantal et de Corrèze.
Il est indispensable que tous les sections syndicales des départements et régions se mobilisent pour donner la force nécessaire à l’action syndicale et permettent une prise en compte, à tous les niveaux, des difficultés des producteurs et la mise en place de ces moyens.
 eleveur en colere

2 22-Sep-2007 13:56 (il y a 11 ans 3 mois 27 jours)

le début est plutôt bien vu mais la référence eux politiques et parlementaires est superflu puisque nous savons que nous n'avons rien n'a attendre de ces gens la ( exemple bassins versants)
 marius

3 23-Sep-2007 21:13 (il y a 11 ans 3 mois 26 jours)

il faut mobiliser nos politiques ,notre salut passera par eux ,il faut egalement que nos responsables aient la volonte de sauver la production.

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici