Forum

Elections régionales

 Terres de Bretagne

1 04-Mar-2010 14:06 (il y a 12 ans 8 mois 29 jours)

Lynchés ou lâchés par les politiques, le monde agricole est en difficulté. C'est pourquoi, à l'initiative d'éleveurs finistériens, la liste "Terre de Bretagne" s'est lancée dans la campagne des élections régionales. Elle représente l'agriculture dans toute sa diversité : Eleveurs labels, conventionnels, bio, légumiers ... mais aussi des salariés agricoles et de l'agro-alimentaire . En effet, lorsque l'agriculture bretonne est sinistrée, c'est près de la moitié des emplois bretons qui souffrent.

Les produits issus de l'agriculture bretonne sont de qualité et ont largement contribué à améliorer notre espérance de vie. Ils sont garantis par de la traçabilité et des contrôles permanents dans les exploitations agricoles.

Injustement critiqués sur l'environnement, les paysans bretons n'ont pas su communiquer les efforts consentis dans l'amélioration de la qualité de l'eau, laissant le champ libre à ses détracteurs. Les agriculteurs ont révolutionné leurs pratiques. En 10 ans, dans les eaux bretonnes, le taux de nitrates est passé de pratiquement 40 mg à 25 mg/litre ; illustrant parfaitement la volonté et la capacité de la profession à améliorer notre environnement.

Dans un souci d'économie (pour tous les contribuables) et aussi d'écologie, nous avons décidé de faire imprimer uniquement un quart des bulletins de vote mis à disposition dans les bureaux de vote. Si nous avions fait imprimer la totalité, soit 2.400.000 bulletins, cela aurait consommé 30 tonnes de papier. Imaginez ce que cela représente pour les 11 listes uniquement pour la région Bretagne !

Si vous êtes convaincus par l'intérêt de cette liste, merci de transmettre ce message à vos contacts mails.

Dans l'attente d'échanger avec vous sur le site http://www.terres-de-bretagne.fr,

Bien cordialement,


Terres de Bretagne

Fichiers joints

Liste 29 35 22 56.pdf (204KB)
téléchargé 4920 fois
télécharger

 Terres de Bretagne

2 04-Mar-2010 14:09 (il y a 12 ans 8 mois 29 jours)

Vous trouverez ci-joint le tract pour défendre la cause agricole.

Fichiers joints

Message.jpg (299KB)
téléchargé 124 fois vue 26 fois
télécharger voir

 Amont

3 04-Mar-2010 18:53 (il y a 12 ans 8 mois 29 jours)

Terres de Bretagne,

comme je l'ai déjà mis ici (http://www.3trois3.com/forum/index.php?ver=11230), j'attends des réponses de votre liste qui ne sont pas spécifiquement d'ordre agricole.
Je crois sincèrement que votre positionement sur des sujets plus "politiques" est primordial pour votre réussite.
D'ailleurs, si vous n'imprimez que le quart des bulletins de vote, c'est que vous n'avez pas un grand espoir ?!?!

nb : question technique : peut-on voter avec un bulletin imprimé à domicile ? Ce bulletin est-il légalement conforme ????
 rolland

4 04-Mar-2010 21:18 (il y a 12 ans 8 mois 29 jours)

Felicitation,les votes en votres faveur,seront autant de vote en moins pour EUROPE-ECOLOGIE car vu le déroulement des dernières élection,ils vont prendrent encore de l'empleur.
 Bravo

5 06-Mar-2010 0:03 (il y a 12 ans 8 mois 27 jours)

Bravo à tous ceux qui ont le courage de défendre l'agriculture bretonne en se présentant aux régionales. Notre métier mérite plus de considération. J'espère que ça va réveiller les consciences. Je voterai terre de bretagne.
 HASLE

6 06-Mar-2010 19:16 (il y a 12 ans 8 mois 27 jours)

notre liste na malheureusement pas un gros budget alors faite passer le message autour de vous merci.Par contre les ecolos ont les moyens, 3 listes dont une avec un budget de 350000 euros.
 jp

7 06-Mar-2010 20:33 (il y a 12 ans 8 mois 27 jours)

j ai reçu l enveloppe des élections,aucune trace de votre liste par contre j ai 3 fois la liste de npa!!c est pas sérieux mais de toute façon je voterai pour votre liste
 porcinet

8 07-Mar-2010 8:26 (il y a 12 ans 8 mois 26 jours)

la liste terre de bretagne a peu de moyen financier,donc soyons solidaires et communiquons à nos contacts le message de cettte liste,le bulletin de vote peut etre télécharger sur le site de terre de bretagne alors faites le.
 lucas

9 07-Mar-2010 22:39 (il y a 12 ans 8 mois 26 jours)

Je suis sur cette liste parce que je suis très impliquée de par mon activité avec les agriculteurs .Nous devons evidemment donner de la voix pour que les politiques ouvrent les yeux sur ce qui se passe . Pour ceux et celles qui ont des doutes sur nos motivations , nos convictions , nos propositions pour tout ce qui concerne la région , nous vous invitons aux réuinions publiques qui se tiendront dans plusieurs endroits cette semaine ; Lundi 08 mars à l'Ireo de Lesneven à 20 h .Consultez notre site www.terres-de-bretagne.fr Merci de venir nombreux
 Plaidoyer pour un monde qui disparait

10 07-Mar-2010 23:11 (il y a 12 ans 8 mois 26 jours)

La semaine dernière, Marianne a publié un important dossier sur l’agriculture : intitulé “Plaidoyer pour un monde qui disparaît”.


Oubliez la nostalgie du terroir et les clichés de clochers. Les campagnes qui agonisent mettent notre futur en péril bien plus que notre passé.
Du temps de mon enfance, la vie paysanne tournait encore en boucle autour du clocher, où, à l’heure de la traite, les troupeaux se croisaient. On vivait de peu en scrutant les nuages pour présumer un gel ou une sécheresse ; l’économie était quasi autarcique, et déjà s’imposait aux jeunes la fatalité de l’exode. Mais, enfin, il y avait des gosses sous le préau de l’école, des échoppes sur la place, de la volaille autour des maisons où s’affairaient les veuves en noir de 14-18. On tuait le cochon à Noël et, l’été, on allait seconder le voisin le jour de la batteuse, à charge de revanche. Les us immémoriaux de la ruralité se pérennisaient peu ou prou, on ne voyait pas venir son agonie.
Choyé par les élus parce qu’il pesait encore dans les urnes, le paysan avait au coeur l’amour de ses arpents et la fierté de les avoir civilisés. Son image, chez les citadins, était condescendante sur les bords, mais empreinte d’affection. Les Français aimaient leurs paysans, ça les rassurait de savoir que là-bas, sur les terroirs de leurs ancêtres, une certaine permanence était entretenue. Les trente Glorieuses ont défilé, les tracteurs sont arrivés dans les champs, la télé près de l’âtre.
La politique agricole commune (PAC) a financé une métamorphose impulsée par de Gaulle afin d’assurer l’autosuffisance alimentaire en France et d’en faire une exportatrice agroalimentaire. Dont acte. Les agriculteurs d’aujourd’hui ne se reconnaissent pas dans les clichés sépia qui ont fait la fortune des romanciers “du terroir”, nostalgie oblige. Ils se sont formés, mécanisés, organisés, endettés. Ils sont devenus des entrepreneurs, agrandissant leur exploitation, améliorant leur productivité. Ils triment sept jours sur sept, sans prendre de vacances, pour la finalité cruciale qui leur est assignée : nourrir l’humanité -car, on oublie ce détail, un milliard d’êtres humains ne mangent pas à leur faim. L’extravagance des cours (souvent inférieurs aux prix de revient) et l’incohérence des politiques (communautaires ou nationales) les ont acculés à des acrobaties humiliantes : tantôt il fallait planter, tantôt arracher, et toujours se soumettre à des réglementations courtelinesques. Mission accomplie : une prouesse historique, dont nul ne leur sait gré. J’étais récemment au Japon, où les Français passent pour des rigolos (euphémisme). Seule notre agriculture échappe à leur sarcasme ; les Japonais envient sa puissance, estimant à juste titre que l’autosuffisance alimentaire est un atout géopolitique maître.
La vie rurale que j’ai connue a certes du plomb dans l’aile. Le nombre d’exploitation a diminué, comme la population et le prêtre du cru y enterre plus souvent qu’il ne baptise. Mais les bourgs sont plus avenants et mieux équipés que jadis, et les campagnes alentour régalent les âmes bucoliques : cette grâce insigne, on la doit aux paysans de la nouvelle génération. Sans eux, l’espace français ne serait qu’un désert broussailleux coupé d’autoroutes et parsemé de clochers en ruine. Sans eux, on ne pourrait plus vivre dans ce village où rien ne manque à mon bonheur. Je les vois oeuvrer de l’aube au crépuscule, ils ont épousé leur époque sans renier les vertus ancestrales, et bien qu’ils ne roulent vraiment pas sur l’or, ils sont fiers d’être paysans. Plus exactement, ils le seraient s’ils ne percevaient le dédain des citadins, voire de l’animosité.
On leur reproche de percevoir des subventions. Soit. Mais sait-on qu’un broutard se vend moins cher qu’il y a trente ans, alors que les coûts de production ont au moins quintuplé, sans compter les investissements exigibles pour satisfaire à des normes bruxelloises parfois délirantes ? Les subventions, qui les astreignent à des tâches bureaucratiques aussi pesantes que stériles, ils préfèreraient s’en passer, l’assistanat n’étant pas leur culture. Impossible dans un contexte de marchés erratiques, où les Américains font la loi, et qui cumule les tares du libéralisme le plus anarchique et protectionnisme le plus éhonté. L’agriculture n’est pas l’industrie : tant qu’on n’aura pas régulé les prix à l’échelle mondiale, les balises de la PAC seront un moindre mal. Si cette régulation se fait trop attendre, les ruraux des pays pauvres iront végéter dans les bidonvilles et les masses crèveront de faim, leur “demande” n’étant pas solvable. On peut imaginer les flux migratoires qui résulteront de ce scandale moral.
Quand aux nuisances des engrais sur notre environnement, elles sont infiniment moindres que les pollutions industrielles ou domestiques. On incite nos paysans à faire du bio labellisé, mode écologique oblige. Des jeunes s’y mettent, par conviction. Mais, eu égard à l’impérieuse nécessité d’augmenter à brève échéance la production agricole mondiale, le bio restera marginal, sauf à affamer la planète. D’où l’absurdité du militantisme anti-OGM, qui fait le jeu des Américains, notamment du semencier Monsanto. Partout dans le monde, les agriculteurs usent d’OGM avec l’aval de leurs pouvoirs publics. Sauf chez nous, où les recherches sur le terrain sont interdites par des autorités publiques que des lobbies terrorisent. De sorte que par l’effet d’un curieux paradoxe, les ayatollahs “rouge-vert” anti-OGM sont des agents zélés de l’impérialisme yankee. Ce qu’on n’ignore pas à la Maison-Blanche.
Le rôle salvateur des paysans
Le culte paganiste rendu à la déesse Nature par des bobos inconséquents entretient un millénarisme dont nos paysans font les frais dans l’opinion. Comme s’ils n’étaient pas les meilleurs protecteurs de notre environnement. Les seuls à vrai dire, quoiqu’en pensent les “rurbains” dont les lotissements sont économiquement coûteux et dommageables sur le plan écologique, pour ne rien dire de l’esthétique. Or, eux, les médias les épargnent. On demande aux agriculteurs de pourvoir l’humanité en nourriture et de jardiner nos paysages ; ils y parviennent et, pour comble de mépris, telle bureaucrate de la CE leur a suggéré récemment… de se doter d’un second métier pour survivre. Au train où vont les négociations sur l’avenir de la PAC, les plus modestes, qui sont les plus nombreux, risquent de gagner moins qu’un Smic. A terme, la France paierait très cher la ruine de son agriculture programmée dans certains cénacles.
Outre que s’éteindraient à tout jamais les feux de notre mémoire, et que sonneraient les glas définitifs de notre ambition nationale, nous serions en état précaire de survie dans une jachère innommable. Les paysans savent cela, ça accroît leur amertume. Ils connaissent l’énormité des enjeux, ils ont le sentiment d’être les jouets d’une farce sinistre. Personne ne les défend, car ils sont désormais électoralement négligeables, leur solitude tourne au désarroi, parfois au désespoir. Puissent nos “élites” prendre conscience de leur rôle, il est majeur, il peut être salvateur ! Puissent les écolos chercher ailleurs de quoi rémunérer leurs fantasmes !
 pierre

11 08-Mar-2010 10:29 (il y a 12 ans 8 mois 25 jours)

Plaidoyer pour un monde qui disparait
ne jamais oublier de citer l'auteur d'un article.
ici Denis Tillinac
 bob

12 08-Mar-2010 11:30 (il y a 12 ans 8 mois 25 jours)

de la part de Marianne (et donc de JF Kahn), je suis scié !!
enfin un journaliste que voit clair
 Visiteur

13 08-Mar-2010 11:36 (il y a 12 ans 8 mois 25 jours)

un article de Sylvie Brunel dans le monde

à lire ici:
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/02/09/pour-sauver-la-planete-sauvons-les-paysans-par-sylvie-brunel_1303244_3232.html
 Amont

14 08-Mar-2010 13:40 (il y a 12 ans 8 mois 25 jours)

c'était déjà là... :http://www.3trois3.com/forum/index.php?ver=11215
sans rancune ;)
 Algues vertes

15 10-Mar-2010 23:44 (il y a 12 ans 8 mois 23 jours)

Des scientifiques dédouanent les agriculteurs dans la prolifération des algues vertes. Voilà de quoi communiquer pour Terres de Bretagne ...

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum