Lire cet article dans:

Effet de l'alimentation avec des DDGS de maïs sur la qualité de la graisse du porc

Nourrir les porcs charcutiers avec des régimes qui comprennent des DDGS de maïs peut réduire le coût de l'alimentation et maintenir la croissance, mais cela réduit la fermeté de la graisse dans la carcasse. Comment le résoudre?

L'industrie américaine de l'éthanol produit annuellement environ 38 millions de tonnes métriques de coproduits de maïs, dont environ 8 millions de tonnes métriques de drêches de distillerie séchées avec des solubles (Dried Distillers Grains with Solubles, DDGS) qui sont utilisées dans les aliments porcins aux États-Unis.11 millions de tonnes supplémentaires de DDGS sont exportés vers 50 pays où une forte proportion est utilisée dans les aliments pour porcs. La plus grande partie de l'utilisation de DDGS dans les aliments pour porcs est pendant la phase de croissance-finition, et sa popularité est le résultat de son coût généralement faible en remplacement partiel du maïs et du tourteau de soja. En raison des économies importantes que les DDGS permettent souvent dans les régimes alimentaires des porcs, les nutritionnistes s'efforcent de maximiser leurs taux d'inclusion tout en maintenant les performances de croissance et la qualité de la carcasse. Cependant, l'un des obstacles potentiels à l'utilisation de forts apports de DDGS (>20%) dans les régimes de croissance-finition est l'effet sur la réduction de la fermeté de la graisse de la carcasse et de la poitrine, ce qui peut réduire l'acceptation des transformateurs et des consommateurs sur certains marchés.

Le DDGS de maïs est unique par rapport aux autres ingrédients alimentaires couramment utilisés, car il contient entre 4 et 12% d'huile de maïs. L'huile de maïs contient des concentrations élevées d'acides gras insaturés, en particulier l'acide linoléique (C18: 2). Par conséquent, lorsque les porcs en croissance-engraissement reçoivent des régimes riches en DDGS, avec une teneur élevée en matières grasses, la fermeté de la graisse et la qualité du bacon sont réduites (Figure 1, à droite) par rapport aux régimes maïs-soja (Figure 1, gauche) . Ces effets sont plus marqués chez les femelles (par rapport aux mâles castrés) et chez les porcs de lignées génétiques très maigres comparés aux porcs ayant plus de graisse de carcasse. Il est important de noter que cet effet peut également être observé en donnant de grandes quantités de diverses huiles, telles que l'huile de soja, qui contiennent une forte proportion d'acides gras insaturés.

Figure 1. Poitrine de porc nourri avec un régime de farine de maïs et soja (à gauche) et un régime contenant 30% de DDGS avec une teneur élevée en huile (à droite).

Figure 1. Poitrine de porc nourri avec un régime de farine de maïs et soja (à gauche) et un régime contenant 30% de DDGS avec une teneur élevée en huile (à droite).

La graisse de porc molle est préoccupante car elle a un aspect «gras» ou huileux à température ambiante et la teneur accrue en acides gras polyinsaturés peut réduire la durée de vie des produits de porc frais conservés pendant de longues périodes pour les viandes vendues au détail. En outre, les poitrines excessivement molles peuvent entraîner des difficultés de transformation et réduire les rendements de tranchage lors du traitement de la poitrine au moment de la transformation en bacon. En conséquence, de nombreuses recherches ont été menées pour trouver des moyens d'optimiser les taux d'inclusion alimentaire des DDGS afin de réduire le coût de l'alimentation, tout en produisant des carcasses de porc avec une qualité de graisse acceptable.

Bien qu'il n'y ait pas de normes officielles sur la qualité de la graisse de porc aux États-Unis, la plupart des transformateurs considèrent que la qualité de la graisse de porc est acceptable si elle a un indice d'iode (IV) inférieur à 74. L'indice d'iode est un rapport entre les acides gras insaturés et saturés contenus dans un lipide. L'indice d'iode est généralement calculé à partir des concentrations en acides gras déterminées par l'analyse chimique des lipides, mais il peut également être directement déterminé en utilisant une procédure d'analyse de laboratoire spécifique. Les porcs en croissance-engraissement recevant un régime alimentaire commun maïs-soja ont souvent un IV du gras dorsal inférieur à 60, tandis que ceux recevant des régimes alimentaires contenant 30% de DDGS avec un haut niveau d'huile (> 10% de matières grasses brutes) peuvent souvent avoir un IV supérieure à 74.

Plusieurs stratégies de formulation et d'alimentation ont été élaborées pour gérer la qualité de la graisse de la carcasse et de la poitrine lors de l'alimentation des porcs en croissance-finition avec des rations contenant des DDGS.

1. Utiliser des sources de DDGS qui contiennent moins d'huile (matières grasses brutes) pour permettre des taux d'inclusion plus élevés de DDGS dans le régime alimentaire tout en minimisant la teneur totale en acides gras insaturés du régime alimentaire.

2. Formuler des régimes en utilisant des contraintes pour limiter la quantité totale d'acides gras polyinsaturés consommés par les porcs en croissance-finition. Cependant, il est important de réaliser que les différents dépôts de graisse de la carcasse (gras dorsal, graisse de la joue et graisse de la poitrine) réagissent différemment à la composition et à la quantité d'acides gras dans le régime alimentaire. Wu et al. (2016) ont comparé l'exactitude (erreur de prédiction) et la précision (biais) de l'utilisation de diverses contraintes de formulation du régime alimentaire pour obtenir l' IV de gras dorsal de la carcasse désiré (tableau 1). L'utilisation d'équations de prédiction basées sur le % de DDGS dans l'alimentation ou la concentration d'acide linoléique dans le régime entraîne généralement moins d'exactitude et de précision, alors que les équations de prédiction basées sur l'indice d'iode du produit ou IVP sont plus exactes ou plus précises. Cependant, pour obtenir la plus grande exactitude et prédiction d'IV de la graisse de la carcasse, une équation de prédiction plus complexe est nécessaire (Paulk et al., 2015).

Tableau 1. Comparaison des équations de prédiction pour estimer l'indice d'iode (IV) du gras dorsal, de la graisse de la jour, de la graisse de la poitrine et de l'IV moyen des 3 dépôts de graisse de la carcasse (adapté de Wu et al., 2016).

Dépôt de grasisse Equation R2 Erreur de prédiction1 Biais Référence
Gras dorsal
47,1 + 0,14 × IVP3 ingéré/jour 0,86 6,43 -4,95 Madsen et al., 1992
52,4 + 0,315 × IVP ration - 4,60 -2,15 Boyd et al., 1997
51,946 + 0,2715 × IVP ration 0,16 6,45 -5,05 Benz et al., 2011
35,458 + 14,324 × % C18:2 ration 0,73 8,36 -1,08 Benz et al., 2011
64,5 + 0,432 ×% DDGS dans la ration 0,92 8,26 7,10 Cromwell et al., 2011
60,13 + 0.27 × IVP ration 0,81 5,04 3,05 Estrada Restrepo, 2013
70,06 + 0,29 × % DDGS dans la ration 0,81 9,19 8,00 Estrada Restrepo, 2013
84,83 + (6,87 × IAGE) – (3,90 × FAGE) – (0,12 × Id) – (1,30 × Fd) – (0,11 × IAGE × Fd) + (0,048 × FAGE × Id) + (0,12 × FAGE × Fd) – (0,006 × FNE) + (0,0005 × FNE × Fd) – (0,26 × BF) 0,95 4,01 -0,84 Paulk et al., 20154
Graisse de la joue
56,479 + 0,247 × IVP ration 0,32 4,92 -3,69 Benz et al., 2011
47,469 + 10,111 × %C18:2 dans la ration 0,90 5,57 -1,37 Benz et al., 2011
64,54 + 0,27 × IVP ration 0,81 6,55 5,66 Estrada Restrepo, 2013
72,99 + 0,24 × % DDGS dans la ration 0,81 8,33 7,38 Estrada Restrepo, 2013
85,50 + (1,08 × IAGE) + (0,87 × FAGE) – (0,014 × Id) – (0,05 × Fd) + (0,038 × IAGE × Id) + (0,054 × FAGE × Fd) – (0,00066 × ENI) + (0,071 × PVI) – (2,19 × CAD) – (0,29 × GD) 0,93 4,73 -3,37 Paulk et al., 20154
Poitrine
58,32 + 0,25 × IVP dans la ration 0,74 3,43 1,41 Estrada Restrepo, 2013
67,35 + 0,26 × % DDGS dans la ration 0,75 6,66 5,53 Estrada Restrepo, 2013
106,16 + (6,21 × IAGE) – (1,50 × Fd) – (0,11 × IAGE × Fd) – (0,012 × ENI) + (0,00069 × ENI × Fd) – (0,18 × PCC) – (0,25 × GD) 0,94 3,27 1,73 Paulk et al., 20154
Moyenne des 3 dépôts de graisse
58,103 + 0,2149 × IVP ration 0,93 3,93 -2,23 Kellner, 2014
58,566 + 0,1393 × C18:2 ingéré/jour 0,94 6,17 -4,90 Kellner, 2014

1 Erreur de prédiction (plus la valeur est petite, plus grande est la précision de l'équation)
2 Biais de prédiction (une valeur absolue plus petite indique une plus grande précision de l'équation, une valeur négative indique une sous-estimation et une valeur positive une surestimation)
3 IVP = indice d'iode du produit = IV du régime ×% lipides dans la ration × 0,10 (Madsen et al., 1992)
4 Les abréviations dans les équations sont: I = régime initial, F = régime final, d = jours de régime , EFA = acides gras essentiels (C18: 2 et C18: 3,%), NE = énergie nette (kcal / kg), BW = poids corporel (kg), ADFI = ingéré moyen quotidien (kg), HCW = poids de la carcasse chaude (kg), BF = profondeur de la graisse dorsale (mm)

3. Retirer les DDGS de l'alimentation 3 à 5 semaines avant l'abattage pour permettre à la graisse de la carcasse de devenir plus ferme.

4. Utiliser le blé et l'orge comme sources primaires de grains dans les régimes avec DDGS plutôt que dans le maïs pour minimiser l'augmentation de l' IV de la graisse des carcasses.

5. Il est bien documenté que l'ajout de graisses animales saturées aux régimes DDGS n'améliore pas la qualité de la graisse de porc.

6. Les additifs alimentaires efficaces et approuvés comme GRAS (Generally Recognized As Safe) par la FDA qui sont utilisés pour obtenir la graisse de porc et la fermeté de poitrine désirées sur le marché américain se sont avérés efficaces pour l'alimentation avec des régimes contenant des taux d'inclusion élevés de DDGS.

Conclusions

Donner des aliments à base de DDGS de maïs à des porcs en croissance-finition peut réduire considérablement le coût d'alimentation tout en maintenant la performance de croissance, mais cela réduit la fermeté de la graisse de porc de la carcasse. La graisse de porc molle est préoccupante sur certains marchés en raison de ses effets négatifs potentiels sur l'acceptation par les consommateurs, la réduction de la durée de conservation des produits de porc frais, la réduction des rendements de tranchage et l'augmentation des problèmes de manutention. Cependant, une qualité de graisse de porc acceptable peut être obtenue en limitant la quantité et la durée de la période d'administration des DDGS en utilisant des équations de prédiction de l'IV de la graisse de la carcasse lors de la formulation de aliments porcs en croissance-finition.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags