Lire cet article dans:

Nouveaux variants de PCV2 (PCV2 mutants): les vaccins actuels fonctionnent-ils ?

En 2012 aux USA sont apparus des variants ou mutants de PCV (mPCV2) souvent associés à des troubles cliniques. Le manque possible de protection croisée des vaccins commerciaux contre le PCV2 est maintenant une des principales préoccupations.

Lundi 28 Avril 2014 (il y a 5 ans 2 mois 24 jours)
J'aime

Le circovirus porcin de type 2 (PCV2) est un petit virus, avec une simple chaîne circulaire d'ADN, associé à plusieurs manifestations pathologiques chez les porcs qui sont collectivement connues comme maladies associées au PCV2 (PCVAD). Les principales protéines du PCV2 comprennent celles associées à la réplication, codées par le fragment de lecture ouverte 1 (ORF1) et la protéine de la capside codée par ORF2. Sur la base de l'homologie des séquences de l'ORF2, le PCV2 peut se subdiviser en plusieurs génotypes différents. Ces génotypes ont été consécutivement désignés au moment de la première identification avec des lettres minuscules (a, b, c, d et e ; Fig. 1). Le PCV2a a été, pendant longtemps, la souche dominante dans le cheptel porcin mondial et à partir de celle-ci, on a développé la plupart des vaccins commerciaux contre le PCV2. Entre 2000 et 2005, un changement s'est produit vers le génotype PCV2b. A ce jour, le PCV2b est la souche la plus fréquemment identifiée chez les porcs.

Relation entre les principaux génotypes du PCV2 sur la base de la comparaison des séquences ORF2.

Fig. 1. Relation entre les principaux génotypes du PCV2 sur la base de la comparaison des séquences ORF2.

En 2012 des variants ou mutants du PCV2 (mPCV2) sont apparues aux USA à l'intérieur du cluster du PCV2d qui étaient souvent associées au PCVAD. La principale caractéristique de ces nouvelles souches était un aminoacide additionnel dans l'ORF2 par rapport aux souches traditionnelles du PCVa et du PCVb (234 aminoacides au lieu de 233). Cependant, il y a beaucoup d'autres différences d'aminoacides tout au long de l'ORF2 entre les mPCV2, PCV2a et PCV2b dont on ne connaît pas encore l'importance. Bien que le mPCV2b ait été identifié récemment (2012) en Amérique du Nord, il y avait des virus semblables en Asie et en Europe depuis de nombreuses années, ce qui indique que ce génotype de PCV2 n'est pas nouveau. Curieusement, dans des zones géographiques où le séquençage du PCV2 est fait de façon régulière, il semble que la prévalence des souches de mPCV2 continue d'augmenter sur les dernières années indiquant, peut-être, un certain avantage sélectif pour ce groupe.

La protection croisée entre le PCV2a et le PCV2b est bien documentée et corroborée sur le terrain avec les preuves d'un excellent contrôle du PCVAD dans des élevages qui utilisent des vaccins commerciaux. Avec l'apparition de mPCV, les producteurs et les vétérinaires rapportent toujours plus et commencent à faire des recherches sur ce qu’ils croient pouvant être des "échecs vaccinaux", et qui se manifestent comme une réapparition de PCVAD dans les élevages vaccinés. Les "échecs vaccinaux" peuvent être dus à diverses causes telles que la mauvaise observation des recommandations du fabricant pendant la vaccination, le stockage ou le maniement inadapté, l'utilisation de doses réduites, etc. La possible perte de protection croisée des vaccins basés sur le PCV2a contre le mPCV2 est maintenant une des principales préoccupations. Pour aborder ces préoccupations on a mené à bien un petit essai pilote qui a évalué l'efficacité d'un vaccin commercial à base de PCV2a et d’un vaccin expérimental à base de mPCV2 contre un challenge avec le mPCV2. On a utilisé des porcelets extraits par césarienne et qui n'avaient pas pris de colostrum, on les a vaccinés deux fois à intervalle de deux semaines et ils ont été mis en contact avec du tissu contenant du mPCV2 et du SDRP deux semaines après la vaccination. Un groupe de porcs a été laissé sans être vacciné et a servi de témoin positif. Les porcs vaccinés et non vaccinés ont été mélangés et sont restés dans les mêmes cases. Après le challenge, on a identifié le mPCV2 en petites quantités dans le groupe des vaccinés avec le vaccin commercial mais on ne l'a identifié sur aucun de ceux qui ont reçu le vaccin contre le mPCV2. Cependant, tous les porcs témoins non vaccinés ont développé des niveaux élevés de virémie PCV2 et une manifestation clinique postérieure de PCvAD. Les résultats de cette petite étude pilote et ceux d’une autre étude réalisée sur des porcs normaux, avec des résultats similaires, indiquerait que les vaccins commerciaux sont capables de protéger contre le mPCV2 et sont encourageants pour l'industrie porcine en démontrant que les outils actuels pour combattre le PCVAD sont efficaces.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags