Lire cet article dans:

Avortements de jeunes truies

L'avortement se produisait sur 90 % des truies en première mise-bas et sur 10 % des truies en deuxième mise-bas.

Vendredi 23 Décembre 2011 (il y a 6 ans 10 mois 26 jours)
J'aime

Description de l'élevage

L'élevage se situe dans le centre du Portugal. Il a 200 truies pour une production de porcelets à 18 kilos.
Le cas a lieu en 2008, après la crise du prix de la céréale de 2006. Un changement de fournisseur de génétique a lieu au mois de mars 2008 pour une génétique locale qui offre de meilleurs prix. L'élevage ayant perdu de l'argent pendant trop de temps et devant essayer de réduire les dépenses, après avoir repoussé quelques paiements, décide aussi de changer de génétique.

L'élevage présente un état sanitaire conventionnel, il est positif SDRP, M. hyopneumoniae, S. suis, gale et rhinite atrophique. L'élevage a son propre centre insémination artificielle.

Concernant le plan de vaccination :

  • Quarantaine :
    • Parvovirose + rouget
    • Maladie d’Aujeszky,
    • Rhinite atrophique,
    • SDRP vivant
    • Grippe.
  • Gestation :
    • Rhinite atrophique+ colibacillose,
    • Maladie d’Aujeszky toutes les 3 semaines,
    • SDRP vivant, en couche en octobre et novembre
  • Lactation
    • Parvovirose + rouget

Appel de l'éleveur

L'appel téléphonique a lieu le 6 juin 2008, un vendredi à 20h (comme arrive généralement ce type d'appel qui vous "amuse" en fin de la semaine).

Lors de cet appel l'éleveur était très soucieux et révéla qu'il avait un très grave problème d'avortements. Après avoir essayé de tranquilliser l'éleveur nous nous sommes rendus compte de la grandeur de la tragédie. Nous lui demandons, en premier lieu, quelles étaient les truies qui avortaient et il nous a dit que c'était essentiellement celles en première mise-bas (nous devons rappeler que nous étions face à une rentrée de primipares d'une origine différente), même s'il nous a dit que les truies de seconde mise-bas avaient aussi avorté. Après lui avoir demandé le pourcentage de truies avortées, la donnée nous a alarmé un peu plus, l'avortement se produisait sur 90 % des truies en première mise-bas (c'est-à-dire presque toutes) et sur 10 % des truies en deuxième mise-bas. Puisque 90% des truies en première mise-bas avortaient nous nous sommes dit que les avortements avaient lieu sur un très vaste intervalle entre 30 et 109 jours ; nous lui avons cependant demandé l’intervalle d'âges et il nous a confirmé cette suspicion. De ce fait, il nous a envoyé par mobile les photos suivantes.

Abortos a mitad de gestación

Avortements à la mi-gestation

Parque con cerdas con abortos

Case avec truies avortées

Les photos ont confirmé la réalité du cas. A ce moment, nous décidons de visiter l'élevage.

Visite de l'élevage

Pour des raisons de planning on n'a pas pu faire la visite de l'élevage avant le 30 juin. Au moment de la visite nous comptabilisons 80 avortements. De fait nous avons pu prendre des photos de ce que nous avons vu le même jour in situ, quelques avortements et des écoulements vaginaux.

Abortos a principios de gestación (40 días)

Avortements en début de gestation (40 jours)

Cerda con descarga vaginales

Truie avec écoulement vaginal

Pendant la visite nous avons pu voir que les autres stades n'étaient pas atteints ; on n'a pas non plus observé d'autres signes cliniques. L'éleveur a constaté que quelques truies seulement avaient arrêté de manger, elles n’avaient pas non plus une fièvre importante, seulement 20% avaient eu de la fièvre, le reste n'avait eu aucun épisode fébrile.

Nous tentons de voir s'il y avait une quelconque condition environnementale qui pouvait expliquer l'apparition des avortements et nous ne l'avons trouvé nulle part, la température d'ambiance n’avait pas été particulièrement élevée, nous n'avons pas rencontré de courants d'air excessivement forts et il n'y avait pas d'emplacement précis où les avortements se produisaient. Nous avons vu que les avortements ne se produisaient pas seulement en gestation mais aussi en maternité. Nous avons aussi constaté qu'en dehors des avortements, il n'y avait pas d'autres problèmes de reproduction, les mort-nés n'avaient pas augmenté ni les problèmes de fertilité (on s'était maintenu entre 80 et 85%). Seulement, comme nous l'avons déjà souligné, nous avons noté des écoulements vaginaux.

Devant cette situation, nous décidons de faire des sérologies, d'envoyer des fœtus tout en contrôlant la qualité de l'aliment

Analyses de laboratoire et mesures prises

Au laboratoire, nous n'avons rien trouvé d'important au niveau pathologique ; à l'analyse de l'aliment, nous trouvons seulement la présence de mycotoxines mais à des niveaux tolérables, pas excessivement élevés. C'est alors que nous décidons d'entreprendre l'utilisation d'absorbants dans l'aliment.

Analyses demandées : Etude immunologique
Echantilloins reçus : 44 sérums
Espèce animale: Porc

SDRP IgG SDRP IgM INFLUENZA-A ROUGET PARVO
1 536 - 43 132 5531
2 629 - 2 64 3058
3 318 - 3 121 4001
4 409 - 8 60 6301
5 452 - 12 94 4785
6 <100 - 2 143 4526
7 270 - 1 119 1593
8 1118 - 4 128 3351
9 <100 - 11 128 4516
10 295 - 9 116 4986
11 547 - <1 36 4209
12 393 - 9 113 5889
13 265 - 3 86 5531
14 <100 - 7 37 3174
15 <100 - 4 75 4587
16 307 - <1 123 5170
17 <100 - 22 82 6672
18 <100 - <1 122 5439
19 636 - 10 20 3555
20 <100 - 5 60 4213
21 <100 - 5 53 5071
22 <100 - <1 56 3977
23 <100 - 25 106 4792
24 442 - <1 66 4860
25 749 - 28 101 4955
26 275 - 85 18 3405
27 508 - 62 72 2840
28 422 - 75 66 2649
29 <100 - 85 78 4260
30 <100 - 79 81 4533
31 <100 - 3 71 2271
32 386 - 31 55 2799
33 879 - 82 26 2335
34 <100 - 71 90 2594
35 <100 - 82 72 3875
36 394 - 17 126 3937
37 403 - 33 135 4761
38 <100 - 6 133 3446
39 <100 - 6 137 2669
40 <100 - <1 132 2421
41 <100 - 38 15 2581
42 <100 - 66 78 4597
43 592 - <1 118 5684
44 <100 - 79 125 5422

Analyses demandées : Etube bactériologique du syndrome abortif
Espèce animale : Porc

Etude bactériologique - Technique : culture
Screening para Demandée Résultats / Lieu d'identification
Erysipelothrix rhusiopathiae Oui Négatif
Brucella spp. Oui Négatif
Salmonella spp. Oui Négatif
Listeria monocitógenes Oui Négatif
Champignons Oui Négatif
Détection d'antigènes
Recherche Technique Demandées Résultats / Lieu d'identification
Virus Aujeszky PCR gE Non -
PCR gB Non -
FA Non -
SDRP RT-PCR EU/USA Non -
Virus influenza A PCR Non -
Leptospira LIPL-32 PCR Non -
Chlamydia FA Non -
ELISA Oui Négatif
Parvovirus FA Non -
ELISA Non -
PCR Non -

Nouvelles analyses et diagnostic

Malheureusement, les avortements ont continué et en décembre de la même année, nous effectuons une autre visite pendant laquelle rien de nouveau ne fût détecté. A ce moment-là, nous décidons de réaliser un nouveau contrôle sérologique et des fœtus mais cette fois nous ajoutons à ce contrôle un bilan hématologique d'environ 18 truies.

Paramètre Unité. Truie Normal
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Erythrocytes 106/μl 7,33 7,13 6,67 5,86 6,58 6,32 6,55 6,34 7,61 5,1 – 8,0
Hémoglobine g/dL 13,0 14,6 13,1 11,5 13,1 12,8 13,5 12,1 13,5 10 - 17
Hématocrite % 39,2 42,3 37,8 33,9 39,0 38,3 40,9 36,6 40,3 29 - 46
Vol. Glob. moy. fL 53,5 59,3 56,7 57,8 59,3 60,5 62,5 57,6 53,0 52 - 63
Hgb. Glob. moy. pg 17,7 20,5 19,6 19,5 19,9 20,2 20,6 19,0 17,7 18 - 22
C. Hgb. Glob. moy. g/dL 33,1 34,6 34,6 33,8 33,6 33,3 32,9 33,0 33,4 34 - 38
Leucocytes 103/μL 20,03 25,74 15,24 16,75 18,81 16,71 15,10 13,75 17,75 10,6 - 24
Neutrophiles segmentés % 29 53 37 37 42 39 47 40 30 10,2-38,8
Eosinophiles % 7 4 17 4 9 9 3 3 1 0 - 6.2
Basophiles % 1 0 0 1 0 0 1 1 0
Lymphocytes % 56 30 38 48 41 45 43 51 60 49,4-85,4
Monocytes % 7 10 6 8 5 7 6 5 9 0 - 4.8
Urée (BUN) mg/dl 20 20 22 26 19 26 18 26 23 21 - 85
Creatinine mg/dl 1,68 1,23 1,68 2,01 1,67 1,67 1,43 1,63 1,83 1,1 - 2,6
SGOT (AST) UI/L 58 48 25 42 28 28 36 27 33 36 - 272
SGPT (ALT) UI/L 77 70 56 71 53 62 50 60 55 19 - 76

Paramètre Unité Truie Normal
10 11 12 13 14 15 16 17 18
Erythrocytes 106/μl 7,19 5,67 6,63 6,06 7,62 5,66 5,1 – 8,0
Hémoglobine g/dL 12,3 10,5 12,6 11,5 13,4 10,6 10 - 17
Hématocrite % 36,6 32,1 37,6 33,7 41,3 31,7 29 - 46
Vol. Glob. moy. fL 50,9 56.7 56,8 55,6 54,2 56,1 52 - 63
Hgb. Glob. moy. pg 17,1 18,5 19,0 19,0 17,6 18.8 18 - 22
C. Hgb. Glob. moy. g/dL 33,5 32,7 33,4 34,2 32,4 33,5 34 - 38
Leucocytes 103/μL 14,47 15,01 17,74 22,39 15,91 18,64 10,6 - 24
Neutrophiles segmentés % 13 57 43 39 36 59 10,2-38,8
Eosinophiles % 10 3 6 9 2 3 0 - 6,2
Basophiles % 0 0 0 0 0 0
Lymphocytes % 63 32 44 46 58 32 49,4-85,4
Monocytes % 14 8 7 6 4 6 0 - 4,8
Urée (BUN) mg/dl 39 27 29 19 35 18 29 81 26 21 - 85
Creatinine mg/dl 1,88 1,80 1,21 1,07 1,82 1,66 1,53 4,48 1,56 1,1 - 2,6
SGOT (AST) UI/L 47 31 30 50 36 21 37 34 34 36 - 272
SGPT (ALT) UI/L 64 81 72 51 45 42 48 71 51 19 - 76

Une fois de plus, nous n'avons pas détecté de pathologie importante dans les sérologies ni sur les fœtus qui pourrait entraîner les avortements mais à cette occasion le bilan hématologique a montré quelque chose d'intéressant qui nous a poussé à faire de nouveau des analyses sérologiques mais dans un laboratoire différent.

Sur le bilan hématologique, nous voyons que, si la quantité leucocytaire était normale, nous ne pouvons pas dire la même chose de la formule leucocytaire.
Nous nous apercevons qu'il existait une légère augmentation d'éosinophiles et une augmentation beaucoup plus grande de monocytes. Ce qui nous suggère que nous avions effectivement une infection devenue chronique dans l'exploitation que nous n'avions pas encore identifiée. Une autre information intéressante que nous avons obtenue est que la nouvelle origine génétique avait été en contact avec des porcs ibériques plein-air.

Comme nous l'avons déjà précisé, nous décidons alors d'envoyer des échantillons dans un laboratoire différent. Les résultats obtenus en janvier 2009 ont montré que, sur un test au rose de Bengale (TRB), 21 des 24 truies ont été positives à la brucellose et on a été détecté brucella sur 4 des 6 fœtus envoyés.

Conclusion

Puisque Brucella suis est à déclaration obligatoire, nous avons ensuite fait la déclaration officielle de foyer et la fin est connu de tous : on a abattu la totalité des animaux. Le problème avec la brucellose, à la différence de ce qui se passe avec la PPC, la PPA ou la fièvre aphteuse, est que dans ce cas on ne touche aucune indemnisation.

Cas cliniques

Un cas de SDRP16-Jan-2012 il y a 6 ans 10 mois 2 jours
Pneumonie avec mortalité élevée en engraissement01-Déc-2011 il y a 6 ans 11 mois 17 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags