De la difficulté du diagnostic d'une pathologie respiratoire sur des porcelets en post-sevrage.

Présentation de l'élevage et appel de l'éleveur
Jeudi 28 Février 2008 (il y a 10 ans 6 mois 26 jours)
J'aime
Présentation de l'élevage et appel de l'éleveur


Ce cas clinique fait suite à celui intitulé "Sentinelles et diagnostic de Circovirose dans un syndrome "mortalité " en engraissement" publié en Février 2007 .

Présentation de l'élevage

Il s'agit d'un élevage de 800 truies, naisseur-engraisseur, situé dans une région de faible densité porcine


L'élevage est constitué de deux parties distinctes : Bloc naissage et Bloc PS-Engraissement. Les deux parties ne sont distantes que de quelques dizaines de mètres mais la conduite des 2 blocs est séparée avec deux équipes différentes.

Les règles de marche en avant sont appliquées
* Conduite en 20 bandes avec sevrage à 3 semaines.
* Renouvellement en cochettes F1 toutes les 6 semaines dans une quarantaine séparée des autres bâtiments.
*Alimentation en soupe avec fabrication de l'aliment à la ferme.

Appel de l'éleveur

L'élevage fonctionne depuis plusieurs années avec de très bons résultats de productivité en porcelets sevrés : 27 à 28 sevrés par truie présente.
La conduite de l'engraissement est maintenant bien maîtrisée en particulier depuis la mise en place de la vaccination contre le circovirus (Circovac®) sur les truies.

Le taux de pertes en engraissement est de 2%.

Graphique n°1 : Mortalités par semaine en engraissement
Objectif de moins de 10 morts par semaine


Depuis plusieurs semaines, l'éleveur constate un passage de toux important sur les porcelets, environ 15 jours après le sevrage. Assez peu de mortalité mais beaucoup de traitements individuels (injections antibiotiques) pour tenter de limiter les pneumonies.

A noter également le résultat du dernier contrôle des poumons à l'abattoir :

  75 poumons contrôlés
- % poumons indemnes : 89,33
- % poumons avec des lésions étendues (> 5/28) : 1,33
- Note globale : 0,32/28
- % pleurésies : 0
- % abcès : 1,33



Première visite d'élevage


Plusieurs salles de pouponnière (période sevrage à sevrage + 3 semaines) sont touchées avec :
- toux fortes et nombreuses : 60 toux en 2 minutes sur une salle de 200 porcelets,
toux quinteuses,
- nombreux "coups de flanc",
- sous-consommation alimentaire.

Programme médicamenteux en place :
­ Traitement "préventif" pendant les 10 premiers jours de pouponnière avec de la doxycycline en pompe doseuse mais sans résultat sur l'apparition des toux.
­ Traitement "curatif" pendant 5 à 7 jours avec de la tilmicosine en pompe doseuse avec une amélioration sensible au bout de 3 à 4 jours de traitement.

Une semaine avant la visite suite à une autopsie, le poumon d'un porcelet malade mais traité avait été envoyé par l'éleveur au laboratoire pour une histologie et une recherche de virus grippal :
- Poumon avec hépatisation rouge (note 12/28) et un œdème interlobulaire,
- Résultat en immunohistochimie grippe: négatif,
- Compte-rendu histologique :
- pneumonie catarrhale avec absence de lésion caractéristique de pneumonie enzootique,
- absence de bronchiolite nécrosante évocatrice de la grippe.

Il est alors décidé avec l'éleveur de refaire des prélèvements : 1 animal de 42 jours d'âge présentant un coup de flanc et de la toux.

Lors de la visite, nous avons pu avec l'éleveur, vérifier le caractère très localisé des symptômes respiratoires en pouponnière avec seulement quelques cas isolés en post-sevrage correspondant à des porcelets qui toussaient encore en entrant. En engraissement, on constate très peu de toux. Enfin, sur le cheptel reproducteur, absence totale de toux ou d'hyperthermies inexpliquées.
D'autre part, lors de la visite, l'ambiance des salles était normale mais néanmoins, il a été décidé de faire un contrôle complet du système de chauffage et de ventilation.

En attendant les résultats, il a été décidé de maintenir le plan suivant :

Vaccination mycoplasme (monodose) vers 28 jours d'âge,
Traitement doxycyline en pompe doseuse à 10 mg/kg PV pendant 10 jours au sevrage,
Traitement tilmicosine en pompe doseuse à 20 mg/kg PV pendant 7 jours à partir du début des symptômes.


Premiers résultats d'analyses


Résultats des analyses sur le porcelet envoyé au laboratoire :

Autopsie : poumon atteint de pneumonie et de pleurésie (15/28)

Bactériologie sur les lésions :


- Streptococcus suis 7 au niveau poumons, bronches et plèvres,
- Haemophilus parasuis au niveau des poumons et bronches.

Antibiogrammes :

  Haemophilus parasuis Streptococcus suis 7
Aminosides
Gentamycine (10 UI)
Sensible
Sensible
Spectinomycine
Sensible
Sensible
Bêta-lactamines Aminopénicillines
Amoxicilline
Sensible
Sensible
Bêta-lactamines de 3ème génération
Ceftiofur
Sensible
Sensible
Divers
Tiamuline
Sensible
Sensible
Fluoro Quinolones
Marbofloxacine
Sensible
Sensible
Enrofloxacine
Sensible
Sensible
Macrolides
Tylosine
Sensible
Résistant
Spiramycine
Intermédiaire
Résistant
Tilmicosine
Sensible
Résistant
Macrolides Lincosamides
Lincomycine
Sensible
Résistant
Phénicoles
Florfénicol
Sensible
Sensible
Quinolones de 1ère génération
Fluméquine
Sensible
Résistant
Sulfamides et association
Triméthoprime + sulfamides
Intermédiaire
Sensible
Tétracyclines
Doxycycline
Sensible
Résistant
Tétracycline
Sensible
Résistant

Recherches complémentaires

- Mycoplasma hyopneumoniae par PCR sur poumons et lavage trachéo-bronchique (LTB) : Négatif
- Virus de grippe par PCR sur poumon et lavage trachéo-bronchique (LTB) : Négatif
- Histologie : pneumonie purulente multifocale mais absence de lésion évocatrice de PCV2, mycoplasme ou grippe.

Les résultats ne nous permettent pas de confirmer une hypothèse virale mais confirment la présence de deux bactéries déjà isolées lors du cas clinique "Sentinelles et diagnostic de circovirose dans un syndrome "mortalité" en engraissement".

Devant ce constat et pour avancer vers une solution, il a été décidé de mettre en place une vaccination des truies avec un autovaccin Haemophilus parasuis identifié SV2, 4, 5, 6, 7,12 et 14 en sérotypage "Kielstein".
Le programme de vaccination suivant a été mis en place : vaccination des truies 6 et 3 semaines avant mise-bas en primo-vaccination après vérification des éventuelles réactions locales et générales sur un échantillon de 20 truies.



Trois mois après, nouveau point avec l'éleveur


La pathologie respiratoire est toujours là, même si parfois l'éleveur a constaté une rémission pendant plusieurs semaines.

Graphique n°2 : Mortalités et injections sur la phase sevrage à sevrage + 3 semaines
Objectif de moins de 5 morts par semaine = 1,2%
Objectif de moins de 30 à 40 injections par semaine

Graphique n°2 : Mortalités et injections sur la phase sevrage à sevrage + 3 semaines
Objectif de moins de 5 morts par semaine = 1,2%
Objectif de moins de 30 à 40 injections par semaine

A noter par rapport à ce graphique:

Semaine 27: 1ère visite et analyse d'un porcelet pour troubles respiratoires.
Semaine 44: Visite d'évaluation de la situation sanitaire.

On remarque trois périodes :
Période 1 : elle correspond à un passage d'épidermite avec une augmentation de la mortalité.
Périodes 2 et 3 : 2 passages de troubles respiratoires sur plusieurs semaines successives.

Nouvelle visite d'élevage

Dans la pouponnière n°3 (sevrage + 3 semaines), nous avons constaté de la toux importante et ceci depuis plusieurs jours d'après l'éleveur. Le traitement tilmicosine en place depuis 3 jours semble commencer à améliorer la situation.
Dans le post-sevrage n°6 (sevrage + 4 semaines), également une toux importante qui a démarré depuis 4 à 5 jours. Il s'agit d'une salle non vaccinée mycoplasme dans le cadre d'un essai comparatif avec ou sans vaccination.

Toutes les ventilations ont été vérifiées ainsi que le chauffage sans anomalie notable relevée lors des contrôles.

Il est alors décidé de pratiquer de nouveaux prélèvements et ceci malgré le traitement tilmicosine en cours :
==> PS n°6 : 2 porcelets présentant des symptômes pour des recherches bactériologiques et virologiques. Les 2 porcelets présentaient de l'hyperthermie (41°C), de la dyspnée et de la toux.
Dans la même salle, 10 prises de sang pour une cinétique d'anticorps : Mycoplasme (non vacciné) et grippe.
==> Fin d'engraissement : 10 prises de sang sur des porcs non vaccinés (essai de porcs sentinelles vis-à-vis du mycoplasme) pour des sérologies Mycoplasma hyopneumoniae.

Lors de la visite, le point est fait sur les lots de porcelets issus de truies vaccinées Haemophilus parasuis.
Malgré la vaccination, les porcelets toussent toujours. A noter un élément un peu surprenant : les porcelets sevrés précocement (14 jours) qui sont logés dans des salles spéciales (nursery) eux ne toussent pas une fois arrivés au même âge que les porcelets de la même bande présents en pouponnière.


Nouveaux résultats d'analyses


Autopsies

Porcelet n° 1 (10 kg) Porcelet n° 2 (10 kg)
Nez : légère érosion des volutes inférieures – Note 2/18
Poumon : forte pneumonie - 15/28
Nez : RAS
Poumon : forte pneumonie - 13/28
Péritoine : forte inflammation

Bactériologie

Haemophilus parasuis
: n°1 et n°2 (poumon, nez, péritoine)
Streptococcus suis 1-2 : n°1 et n°2 (nez)

Antibiogrammes :

  Haemophilus parasuis
Aminosides
Gentamycine (10 UI)  
Spectinomycine
Sensible
Bêta-lactamines Aminopénicillines
Amoxicilline
Sensible
Bêta-lactamines de 3ème génération
Ceftiofur
Sensible
Divers
Tiamuline
Sensible
Tulathromycine
Sensible
Fluoro Quinolones
Marbofloxacine
Sensible
Enrofloxacine
Sensible
Macrolides
Tylosine
Sensible
Spiramycine
Résistant
Tilmicosine
Sensible
Macrolides Lincosamides
Lincomycine
Sensible
Phénicoles  
Florfénicol
Sensible
Quinolones de 1ère génération
Fluméquine
Sensible
Sulfamides et association
Triméthoprime + sulfamides
Résistant
Tétracyclines
Doxycycline
Sensible
Tétracycline
Sensible

En conclusion des résultats contradictoires et décevants !

On constate toujours la présence d'Haemophilus parasuis sur les lésions qui sont, elles, histologiquement d'allure virale.
Visuellement, les lésions ressemblent à celles de la pneumonie enzootique mais sans présence confirmée de mycoplasme.

Enfin, si un virus grippal est présent, il est très certainement très fugace car on ne le retrouve pas quelques jours après le début de la toux.



Enfin un début de confirmation et un diagnostic


De nouveaux prélèvements sont décidés avec certaines précautions.

==> 5 écouvillons nasaux sur 5 porcelets de pouponnière dans les 72 heures qui suivent le démarrage de la toux (porcelets fiévreux) avec l'objectif de vérifier encore une fois la présence ou l'absence d'un virus grippal (influenza) par PCR.
==> 10 nouvelles prises de sang sur la même bande que celle déjà prélevée (PS n°6) avec l'objectif de mettre en évidence une éventuelle séroconversion en grippe (Elisa) et en mycoplasme (Elisa).

En attendant les résultats, les dispositions suivantes ont été prises :
* Privilégier la lutte contre l'hyperthermie en partant d'une hypothèse virale et en utilisant un traitement en pompe doseuse à base de paracétamol pendant 1 semaine.
* Le traitement tilmicosine étant retardé à la fin du traitement paracétamol.

Résultats des analyses

Mise en évidence du génome d'un virus grippal sur les écouvillons.
En sérologie un début de séroconversion en grippe (ELISA) avec 4/10 positifs.
Pour le mycoplasme, absence de séroconversion avec 10/10 négatifs.

Diagnostic


Nous sommes dans un cas de pathologie respiratoire précoce du porcelet associant un virus grippal et un Haemophilus parasuis.

Conseils et évolution du cas

Actuellement, il est encore trop tôt pour juger de l'effet des mesures mises en place. Nous avons choisi avec l'éleveur, de privilégier "une rupture" dans la transmission du virus grippal et le maintien de l'autovaccin Haemophilus sur les truies.

Les mesures suivantes sont en place :

1) Marche en avant stricte entre les bandes "touchées" et les bandes encore "indemnes" avec changement de tenues, pédiluves, …
2) Désinfection des couloirs et au niveau des entrées d'air des salles.
3) Contamination des cochettes de renouvellement dans la quarantaine pour démarrer une immunité spécifique sur les reproducteurs. Le typage du virus n'a pu encore être réalisé à ce jour.
4) Enfin, étude de l'intérêt économique de la mise en place d'un vaccin commercial (H1N1 H3N2) sur le cheptel reproducteur.


Commentaires

Ce cas décrit une pathologie respiratoire précoce du porcelet associant un virus grippal et un Haemophilus parasuis.

Ce cas clinique présente la difficulté d'aboutir à un diagnostic précis en pathologie respiratoire. Après beaucoup d'efforts, on a pu mettre en évidence un virus grippal sur les porcelets.

Même si le type de virus n'est pas encore déterminé (H1N2 ou H1N1), le diagnostic est suffisant pour conclure à un cas d'association : virus grippal et Haemophilus parasuis en post-sevrage avec une circulation bande par bande, d'où cette évolution chronique sans extension aux autres stades physiologiques de l'élevage.

Cette pathologie grippale de post-sevrage (précoce) est souvent sous-estimée par manque de confirmation au laboratoire. Il est surprenant d'avoir aussi peu de confirmation sérologique (4 positifs/10) plus de 6 semaines après le début des symptômes et malgré une prévalence (clinique) qui semble très élevée.

Sur ce point, la sérologie ELISA semble plus intéressante que l'IHA car vraisemblablement plus précoce. En effet, en IHA, il n'est pas rare de "passer à côté" ou bien de n'avoir la confirmation que très longtemps après la clinique (10-12 semaines).


Dr Philippe LE COZ
Vétérinaire
22 - LOUDEAC

Articles liés

Cas cliniques

Cas de M.A.P.11-Avr-2008 il y a 10 ans 5 mois 12 jours
Association Pasteurelle + Mycoplasme29-Nov-2007 il y a 10 ans 9 mois 25 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici