Ostéomyélite avec arthrite exsudative chronique

Présentation de l'élevage et appel de l'éleveur
Jeudi 24 Février 2005 (il y a 13 ans 2 mois 2 jours)
narran.oceane
Présentation de l'élevage et appel de l'éleveur


Présentation de l'élevage

Situation

· Elevage de 400 truies naisseur-engraisseur situé dans une zone à faible densité porcine,
· Le premier élevage se situe à 10 kms.

Organisation

· Conduite : 3 semaines, sevrage 28 jours, 7 bandes, 52 mise-bas par bande

· Reproduction : par insémination artificielle avec achat de doses à un centre; verrat Piétrain.

· Alimentation : fabriqué à la ferme

· Organigramme de l'élevage :

Q= quarantaine
G= gestantes
M= maternité

N= nurserie
PS= post-sevrage
Engr= engraissement


· Génétique : suite à de nombreux problèmes sanitaires, l’éleveur a décidé de renouveler tout son troupeau de truies en réformant toutes les bandes de truies au sevrage et en introduisant des bandes complètes de cochettes indemnes SDRP ACTINO et MYCOPLASME sans interruption de production.

· Des règles de biosécurité strictes ont été appliquées en sevrage – engraissement entre l’ancien cheptel et le nouveau.

Plan de vaccination :

Cochettes PARVO
ROUGET
SDRP
COLIBACILLOSE avec rappel en gestante
MYCOPLASMOSE
ACTINOBACILLOSE uniquement en quarantaine
Porcelets Mycoplasmose sous la mère
SDRP à 7 semaines

Résultats obtenus :

Les résultats de reproduction et de sevrage sur les premières bandes de cochettes sont satisfaisants : 90 % de fertilité et 10,1 sevrés par portée.

Appel de l'éleveur

Dès les premières bandes de porcelets, des boiteries apparaissent en sevrage quelques jours après le sevrage. Cette pathologie n’existait pas avec les porcelets issus de l’ancien troupeau. Les injections d’amoxicilline sont sans effet.

Suite à un appel téléphonique de l’éleveur une visite d’élevage est organisée.



Visite de l'élevage


Au niveau des reproducteurs :

Il ne reste plus que des cochettes, toutes les anciennes truies ont été réformées; on n’observe aucun signe de boiterie. On note aucun problème ni de reproduction ni de pathologie respiratoire.
Le seul problème en maternité est l’agressivité de quelques cochettes à la mise-bas qui tuent leurs porcelets. Par ailleurs, on ne note aucun problème de diarrhée ni de boiterie sur les porcelets. Ces derniers sont beaux au sevrage et pèsent au moins 8,5 kg de moyenne.
Les soins aux porcelets sont: épointage des dents avec une pince, injection de fer le deuxième jour et une injection d’amoxicilline en prévention des diarrhées, des arthrites. Une poudre asséchante non désinfectante est répandue dans le nid à porcelet.

En post sevrage :

Apparition de boiteries dés le lendemain du sevrage. 8 % des porcelets sont touchés.
Ces boiteries se situent essentiellement au niveau de l’épaule, mais également au niveau de la hanche. Ce sont souvent de beaux porcelets, la douleur est intense, le porcelet ne pose pas son membre au sol.
Le porcelet n’a pas de fièvre.
Les traitements antibiotiques à l’amoxicilline ne donnent aucune réponse, et l’éleveur a même le sentiment que ces injections aggravent l’état des animaux (peut être à cause des manipulations).
Dans la plus part des cas, l’éleveur finit par être obligé d’euthanasier les porcelets ce qui est à l’origine d’un taux de pertes de 5 % par bande.

On ne note aucun autre problème en sevrage, pas de diarrhée, pas de toux, pas d’éternuements. La croissance en sevrage est supérieure à 530 gr par jour et dépasse de 100 gr celle obtenue avec les porcelets de l’ancien cheptel.
La bande en question est dans un vieux post-sevrage sur caillebotis béton usé.

A ce stade deux porcelets non traités sont emmenés au laboratoire et un traitement au Ceftiofur + Lincomycine est prescrit avec un anti-inflammatoire en précisant bien à l’éleveur d’intervenir très tôt.

En l'attente des résultats de laboratoire, nous nous posons différentes questions:
  • Quelles sont les causes possibles de ces boiteries:
          - Fractures ou luxation suite au déplacement des animaux entre la maternité et le sevrage ?

  •       - Arthrite résistante à l’amoxicilline ?
          - Problème de croissance osseuse à l’origine de douleur ?

  • Pourquoi cette pathologie est apparue avec les porcelets issus de la nouvelle génétique ?




  • Résultats des analyses


    Autopsies

    Les 2 porcelets présentent une boiterie de l';épaule.

    L'articulation huméro-scapulaire présente peu de signes d';arthrite, le liquide synovial est pratiquement normal; présence d'un léger dépôt jaunâtre au niveau de l';épiphyse humérale. Un prélèvement du liquide synovial est réalisé pour une recherche bactériologique.
    L';examen comparé des deux humérus gauche et droit, met en évidence un élargissement de l';humérus avec présence d';un tissu cartilagineux autour de l';extrémité distale.

    Cela est-il un cal suite à une fracture ? Pour en avoir le cœur net une radiographie est réalisée par un confrère spécialisé en canine.

    La radio ne met pas de fractures en évidence. Par contre, la radio-opacité de l';os semble anormale au confrère qui réalise la radio, comme s'il y avait un problème de minéralisation. Pathologie connue chez le chien et à l';origine de boiterie intense.

    Bactériologie


    Isolement d'un staphylococcus aureus de l'articulation huméro-radiale sur les 2 sujets et de l'articulation tibio-tarsienne sur 1 sujet.
    La culture des moelles osseuses est stérile en examen direct.

    Antibiogramme du staphylococcus aureus

       
    INTERPRETATION
    Aminosides Gentamycine
    Résistant
    Spectinomycine
    Résistant
    Apramycine
    Sensible
    Néomycine
    Sensible
    Bêta-lactamine
    Amoxicilline
    Intermédiaire
    Céphalosporine Ceftiofur
    Sensible
    Quinolones Acide oxolinique
    Sensible
    Fluméquine
    Sensible
    Enrofloxacine
    Sensible
    Polypeptides Colistine
    Résistant
    Sulfamides et association Triméthoprime
    Sensible
    Triméthoprime sulfa T
    Sensible
    Tétracyclines Oxytétracycline
    Résistant
    Doxycycline
    Résistant

    Interprétation des résultats

    A la suite de ces résultats, nous nous posons des questions quant à leur interprétation:
  • Est-ce une arthrite? Mais alors comment expliquer le peu d';inflammation au niveau des articulations alors que les boiteries sont intenses ?

  • Comment expliquer la faible radio-opacité de l';humérus?

  • Est-ce une fracture? La radio dit le contraire, pourtant cette hypothèse permet d';expliquer l';apparition brutale suite au sevrage, l';intensité des boiteries et l';échec des traitements antibiotiques.

  • Est ce un problème métabolique dû à la croissance rapide des porcelets (un problème de minéralisation des os)?


  • Pour pouvoir répondre à ces questions, une histologie est demandée sur les humérus en cause.



    Conclusion, mesures prises et évolution du cas


    Conclusion

    La conclusion du rapport de l'examen histologique des os longs est la suivante:

    Ostéomyélite et arthrite exsudative chronique, fibrinoleucocytaire avec synovite chronique hyperplasique et séquestre osseux. La lésion est infectieuse bactérienne. Dans l'espèce considérée, plusieurs germes peuvent être en cause dans ce type d'inflammation ostéoarticulaire, en fonction en particulier de l'âge des animaux atteints: Mycoplasma sp. Haemophilus sp. Archanobacterium, Staphylococcus, Streptococcus,...
    A confronter aux résultats d'éventuels examens bactériologiques.

    Le diagnostic est donc bien une ostéomyélite avec arthrite exsudative chronique en présence de staphylococcus aureus.

    Mesures prises


    L';origine de ce problème étant probablement en maternité, tous nos efforts ont porté sur ce poste :

  • Remplacement de la pince par une meule à dents électrique.

  • Remplacement de l';injection de fer par un apport sous forme oral pendant 5 jours

  • Renforcement de la désinfection avec épandage d';un talc désinfectant sur les nids les deux premiers jours.

  • Observation attentive des porcelets en sevrage et intervention précoce en cas de boiterie avec un antibiotique à base de ceftiofur.


  • Evolution du cas

    Les mesures mises en place ont permis de réduire l';incidence des boiteries. Les traitements à base de ceftiofur ont donné de bons résultats dans la mesure où l';éleveur intervient rapidement, la surveillance et la détection rapide des animaux malades sont essentielles.
    Sur les bandes suivantes, l';éleveur a eu encore deux ou trois porcelets à problème.
    Les porcelets issus des deuxièmes portées vont maintenant arriver et on peut espérer que la mise en place de l';immunité améliore la qualité du colostrum et réduise ainsi l';incidence des boiteries.


    Commentaires

    Ce cas présente plusieurs aspects intéressants à souligner :

    Un contexte particulier :


    Ce cas est apparu dans un élevage naisseur-engraisseur de 400 truies où, suite à de nombreux problèmes sanitaires, l'éleveur a décidé de renouveler tout son troupeau de truies en réformant toutes les bandes de truies au sevrage et en introduisant des bandes complètes de cochettes indemnes SDRP actinobacillus et mycoplasme sans interruption de production.

    Un diagnostic cohérent avec la clinique et les lésions :

    Les boiteries intenses observées sur les porcelets immédiatement après le sevrage sont dues à une ostéomyélite avec arthrite exsudative chronique en présence de staphylococcus aureus. Ce qui est intéressant dans ce cas c'est la différence observée entre la clinique à l'élevage où les porcelets malades ne posent pas le pied au sol et les lésions observées au labo qui présentent très peu de lésions d'arthrites. De plus la faible réponse à l'antibiothérapie peut laisser penser à un problème de fracture. L'aspect visuel de l'humérus va bien dans ce sens et c'est le recours à la radio qui permet d'éliminer définitivement cette hypothèse. On se retrouve alors au point de départ : comment expliquer cette boiterie et ce peu de lésion. La réponse de l'examen histologique est claire et apporte un élément décisif dans le diagnostic: ostéomyélite.

    Le fil conducteur entre la clinique et le labo est découvert et ce diagnostic explique bien l'ensemble du tableau clinique:

  • apparition brutale suite aux déplacements de la maternité vers le sevrage,

  • boiterie intense,

  • mauvaise réponse à l'antibiothérapie (amoxicilline intermédiaire et lésions difficiles à atteindre),

  • image radiologique anormale et croissance osseuse modifiée suite à l'inflammation de l'os.


  • Une absence de contamination des cochettes au microbisme de l'élevage:

    En fait pour ne pas contaminer les cochettes avec le virus du SDRP, l'éleveur a maintenu les cochettes à l'écart des truies aussi bien en quarantaine qu'en gestante grâce à des mesures de biosécurité strictes: local de quarantaine à l'écart de l'élevage, aucun contact ni avec les truies ni avec les verrats, pas de contaminations avec des excréments ou des délivres ou autre.
    L'éleveur a utilisé une tenue spécifique pour soigner les cochettes : combinaison, bottes et gants, pédiluve. Le premier travail de l'éleveur le matin était les soins aux cochettes avant tout autre travail dans l'élevage. Le matériel d'injection était réservé exclusivement aux cochettes.
    On peut penser que ce manque de contact entre l'ancien cheptel et le nouveau est à l'origine de ce problème par manque d'immunisation des cochettes.
    Ce genre de difficulté nous semble faire partie des risques à prendre quand on décide d'assainir un élevage et ne doit pas remettre en cause cette décision.

    L'aide précieuse du labo d'analyse

    Ce cas met en évidence également l'intérêt des analyses bien conduites. Dans ce cas c'est le recours à l'histologie qui a permis d'apporter un éclairage décisif sur le diagnostic. Le traitement efficace d'un problème commence par une bonne compréhension et le recours au laboratoire d'analyse s'inscrit dans ce cadre.

    Cas cliniques

    Commentaires de l'article

    Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

    Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

    Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
    recherche,...C'est gratuit et rapide
    Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici