Sélection de porcs « sociables », nouvelle forme de progrès génétique

Voici une excellente nouvelle pour nos clients : DanBred vient tout juste de terminer une étude de sélection à grande échelle axée sur la sélection de porcs « sociables » et ses effets sur la réduction de l’agressivité, du chevauchement et des morsures de queue. Les résultats de cette étude sans précédent permettront d’établir des objectifs de sélection encore plus équilibrés, visant à améliorer simultanément la productivité et le bien-être. À l’avenir, les objectifs de sélection DanBred intègreront un nouveau caractère « sociabilité » qui apportera une amélioration de 5 à 10 % de GMQ, et contribuera simultanément à l’amélioration du bien-être des animaux. Un porc au caractère doux et sociable aura des comportements plus positifs envers ses congénères.

Mardi 18 Juin 2019 (il y a 5 mois 2 jours)
J'aime

danbred france 1Une étude pionnière menée conjointement avec le Centre de recherche porcine danois (Danish Pig Research Centre, DPRC) et l’Université d’Aarhus confirme que la sociabilité des porcs est un caractère pertinent à inclure dans les objectifs de sélection. Ce nouveau caractère fera encore progresser le GMQ, permettant à DanBred de rester à l’avant-garde de la génétique porcine.

Les comportements positifs entre les porcs permettent aux animaux partageant une même case de mieux se développer, et ce caractère peut se transmettre de génération en génération. En d’autres termes, il est héritable. Notre étude indique que les porcs DanBred dotés d’un profil génétique social positif (les « porcs sociables ») exercent un effet positif sur le GMQ de leurs compagnons de case. Si l’on tient compte des effets directs des gènes du porc concerné et des effets sur les autres animaux, le GMQ peut être amélioré de 5 à 10 %.

L’étude a consigné le GMQ pour un total de 32 212 porcs Landrace DanBred mâles et 48 252 femelles.
L’étude a permis d’estimer la variabilité génétique et l’héritabilité des effets génétiques directs (les effets des gènes d’un porc sur sa propre croissance) et des effets génétiques indirects (les effets des gènes d’un porc sur la croissance de ses compagnons de case). Les résultats ont mis en évidence une variabilité génétique significative pour les effets génétiques indirects sur le GMQ tant chez les porcs mâles que femelles, ce qui indique qu’il est possible de sélectionner les porcs pour leur sociabilité et les retombées de celle-ci sur la croissance.

L’héritabilité du potentiel génétique propre des porcs était de 22 % pour les porcs mâles et de 24 % pour les femelles, tandis que l’héritabilité totale1 était de 32 % pour les mâles et de 27 % pour les femelles.

Il en résulte que l’héritabilité augmente de 45 % chez les porcs mâles et de 13 % chez les femelles en prenant en compte le contexte génétique des interactions sociales, ce qui indique l’existence d’un potentiel de sélection inexploité pour favoriser la croissance. Ce potentiel peut être utilisé afin d’obtenir un progrès génétique ultérieur en termes de GMQ pour les populations DanBred.

Prédire le potentiel social

danbred france 2Afin de pouvoir conclure que la sélection génétique de caractères sociaux se traduira par un progrès génétique, il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble de la variabilité génétique. Pour traiter cette question très complexe, nous avons cherché à savoir s’il était possible de prédire le potentiel génétique pour les interactions sociales en se fondant purement sur les données issues d’animaux apparentés. À la différence des études antérieures, cette étude montre très clairement que cela est possible. En effet, les résultats indiquent que la capacité à prédire les retombées en termes de croissance était améliorée d’environ 7 % lorsque l’on prenait en compte le potentiel génétique lié aux interactions sociales en plus du potentiel génétique de l’animal lié à sa propre croissance. Cette « capacité prédictive » permet d’assurer la précision de la sélection, en indiquant le degré de gain génétique qui peut être obtenu, au bénéfice des clients DanBred.

Les études antérieures ayant observé des différences de comportement selon le sexe, la présente étude a également posé l’hypothèse que les résultats des tests pourraient distinguer les charcutiers mâles et femelles. On aurait pu s’attendre à ce que les mâles fassent preuve d’un comportement plus agressif que les femelles. Mais la question est plus complexe. Les résultats de l’étude montrent qu’il existe une concurrence entre les femelles, mais non entre les mâles, comme l’explique Birgitte Ask du Centre de recherche porcine danois :

« Cette étude montre que les porcs Landrace DanBred femelles qui possèdent un potentiel génétique fort pour leur propre croissance, tendent à inhiber la croissance de leurs congénères de case, ce qui n’est pas le cas entre les porcs mâles. On peut en conclure que si le potentiel génétique favorable aux interactions sociales n’est pas pris en compte, la croissance réalisée par les porcs femelles sera plus faible que celle attendue sur la base de leur potentiel génétique favorable à leur propre croissance. Cette information est très importante afin de maximiser le gain génétique pour le GMQ, notamment lorsque l’on estime le potentiel génétique de croissance chez des candidats à la sélection au sein de noyaux de sélection. »

1 L’association du potentiel génétique direct et indirect

Juin 2019 - Danbred France

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags