Lire cet article dans:

Supplément lacté en maternité : une stratégie alternative chez les truies hyperprolifiques ?

Un pourcentage beaucoup plus élevé de porcelets préfèrent un supplément lacté au creep feed. Voici les résultats des dernières études sur le sujet.

Un paramètre clé pour évaluer la productivité des truies est le nombre de porcelets sevrés par truie et par an. En raison de la limitation physiologique de l'augmentation du nombre de mises bas par an, le progrès génétique de la dernière décennie a été orienté vers l'augmentation de la taille des portées par la sélection de lignées femelles considérées comme "hyperprolifiques". Cependant, l'augmentation de la prolificité a généré de nouveaux défis dans la gestion de la truie et de sa portée. Dans ce contexte, la définition du compromis optimal entre la taille et la robustesse de la portée reste une question clé pour assurer la survie des porcelets et par conséquent augmenter le nombre de porcelets sevrés par truie et par an.

Il est connu que, à la naissance, les portées de truies hyperprolifiques sont caractérisées par un poids moyen à la naissance plus faible et une grande variabilité des poids au sein de la portée. Cela entraîne un développement physiologique non homogène entre les frères et sœurs pendant la phase de lactation, ce qui rend complexe la gestion après le sevrage. Ocepek et al. (2017) ont observé que les porcelets issus de grandes portées passent plus de temps à la stimulation de la mamelle, ce qui entraîne une dépense énergétique excessive qui peut compromettre de manière significative la vitalité du nouveau-né et sa capacité à survivre en lactation. Ce comportement est associé à une diminution du ratio tétine fonctionnelle/porcelet, ce qui accroît la concurrence pour l'accès aux tétines, provoquant une frustration qui est un facteur de risque pour la santé des porcelets, en particulier pour les porcelets non dominants. L'état de frustration n'est pas seulement associé au risque de malnutrition ; en effet, le stress social peut augmenter la sécrétion d'hormones glucocorticoïdes avec un impact négatif sur le développement physiologique et immunologique des porcelets, contribuant à réduire la robustesse avant et après le sevrage.

Pour réduire le risque de malnutrition ainsi que la concurrence, des stratégies telles que la fourniture d'aliment solide pendant la lactation (creep feed) ont été mises en œuvre ; la formulation des aliments pré-starter, les caractéristiques physiques et la conception des mangeoires ont fait l'objet d'une grande attention (Van Hees et al., 2019 ; Wattanakula et al., 2005 ; Middelkoop et al., 2019 ; Van den Brand et al., 2014). Cependant, l'énorme variabilité de la consommation d'aliments solides représente toujours la principale limite de cette stratégie d'alimentation, surtout si elle vise à gérer le problème de la concurrence pour l'accès aux tétines des porcelets surnuméraires (Bruininx et al., 2002).

Une stratégie alternative qui gagne en popularité dans les élevages intensifs est l'utilisation de suppléments lactés (SL) en plus du lait maternel. En effet, comme l'ont observé Huting et al. (2021), au cours des deux premières semaines de lactation, près de 51% de la portée commence à ingérer le SL contre 5% qui s'approchent de l'alimentation solide. Des données récentes suggèrent l'effet positif de SL sur le poids vif et le GMQ au sevrage (Novotni-Dankó et al., 2015 ; Middelkoop et al., 2002) ainsi que l'amélioration de la croissance des porcelets en sous-poids (Douglas et al., 2014). Cependant, une étude récente présentée à la conférence ASPA 2021 par Trevisi et al. n'a trouvé aucune différence dans les performances avant ou après le sevrage, bien qu'elle décrive un effet favorable de la SL distribuée avec un système automatique pendant au moins 12 heures par jour à partir de 5 jours d'âge et pendant deux semaines sur la mortalité des porcelets en pré-sevrage par rapport au même lait donné deux fois par jour dans des récipients fixés au sol de la case ou au lait maternel seul.

Bien qu'avec des formulations de SL différentes, Novotni-Dankó et al. (2015) ont décrit une réduction de la mortalité avant sevrage en utilisant la SL à partir du 10ème jour de vie jusqu'au sevrage. Les auteurs supposent que l'accès constant à la SL peut améliorer le statut nutritionnel du porcelet, favorisant sa vitalité et réduisant le risque d'écrasement pendant les 15 premiers jours de vie. Il existe de nombreuses différences entre les différentes études ; comme le décrit le tableau 1, les SL peuvent différer de manière significative dans leur profil nutritionnel et leur formulation ; en fait, les produits disponibles sur le marché peuvent être subdivisés en deux catégories :

  1. Lait en poudre
  2. Aliment complémentaire à base de poudre de lait.
Composición (%) Lait en poudre Aliment complémentaire à base de poudre de lait. Lait de truie*
3 j 7 j

12 j -

15 j

27 j -

29 j

Protéine brute 18,00 20,90 24,57 24 22,8 24,22
Lipides bruts 18,00 10,50 36,66 33,82 31,8 31,99
Cendres 5,10 9,50 2,98 3,60 3,87 3,65
Fibre brute 0,00 0,10
Lactose 40,00 17,88 23,14 22,36 25,59

*Les pourcentages des composants du lait de truie sont exprimés en pourcentage des solides totaux, ce qui équivaut à celui des suppléments de lait dont les solides totaux sont de 86 %.

À la lumière des données disponibles dans la littérature scientifique, l'effet de la voie et du moment d'administration ainsi que de la disponibilité quotidienne de la SL doit être étudié plus avant, bien qu'il semble que l'effet soit meilleur lorsque le lait est offert de la première semaine de vie jusqu'au sevrage, car la disponibilité continue de SL fraiche permettrait un meilleur statut nutritionnel du porcelet.

En revanche, il n'existe pratiquement aucune donnée sur l'effet de la SL sur la santé intestinale du porcelet. Récemment, Trevisi et al. (2021) ont observé la capacité d'une poudre de lait reconstituée à maintenir une plus grande diversité microbienne intestinale par rapport à un aliment complémentaire à base de lait pendant la phase de lactation. Cette situation est considérée comme favorable à l'amélioration de la résistance des porcelets à la colonisation par des bactéries pathogènes pendant le post-sevrage. Enfin, la gestion de la SL et des équipements utilisés pour sa préparation et son approvisionnement est essentielle pour contenir le risque de prolifération de bactéries pathogènes dans un substrat riche en protéines et souvent riche en lactose. À cet égard, aucune donnée scientifique n'est disponible, mais l'expérience a montré que ce risque est lié à la biosécurité au sein des élevages.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags