Commentaire 15-mar-2007

Evolution très contrastée depuis 1 mois. La France et l'Espagne en hausse de 4 et 5 centimes, l'Allemagne, la Belgique et l'Italie en baisse de 5 et 6 centimes. Ainsi l'Espagne est très large...
Jeudi 15 Mars 2007 (il y a 11 ans 7 mois 4 jours)
J'aime

Evolution très contrastée depuis 1 mois.

La France et l'Espagne en hausse de 4 et 5 centimes, l'Allemagne, la Belgique et l'Italie en baisse de 5 et 6 centimes. Ainsi l'Espagne est très largement en tête avec plus de 10 centimes de mieux que tous les autres pays européens. La France se rapproche de l'ensemble des autres pays qui se tiennent dans un mouchoir.

L'inquiétude est de mise sur le marché directeur allemand en fin de semaine dernière. Espérons que la pression des abatteurs consécutive à celle de leurs homologues français n'est que passagère, car la situation actuelle des producteurs est doublement troublée.

Selon la génétique, le type de débouchés (porcs standards, lourds ou labels) et la possibilité de tri des animaux, l'effet négatif sur le classement TMP et sur le nouveau mode de paiement est encore mal connu.
3 mois de recul sont insuffisants pour se faire une idée précise, il faut passer toutes les saisons et mesurer l'importance des adaptations apportées dans les élevages. Le différentiel de prix de base cadran de 3,3 centimes absorbé dès les premiers cadrans en fin d'année reviendra-t-il en intégralité à la faveur de baisses de production ? Pour l'instant ce n'est pas le cas, l'éconoporc montre que sur les 10 premières semaines de 2007, l'écart avec la moyenne des principaux pays européens s'est creusé de 3,2 centimes en vif par rapport à 2006 (8 centimes au lieu de 4,8).

Le deuxième point qui perturbe la visibilité de l'évolution de la marge des producteurs, c'est le coût de revient alimentaire. En effet, le coût de l'aliment peut varier considérablement selon le taux de couverture des fabricants d'aliment ou des éleveurs fabricants.

Depuis le début de l'été dernier jusqu'à ce jour la hausse de l'alimentation a pu varier selon le cas de 15 à 35 centimes, soit une augmentation de prix de revient du kilo vif de 5 à 10 centimes. Un éleveur qui cumulerait la baisse relative du prix de vente des ses animaux et la hausse maximale de l'aliment verrait son point d'équilibre remonté de plus de 15 centimes au kilo de carcasse. C'est dire à quel point la situation des éleveurs s'est détériorée en ce début d'année.

Souhaitons que les principaux acteurs responsables de la formation du prix du marché soient conscients du problème et de la tension qui règne au sein de la production.

Nous assistons aujourd'hui davantage à une crise structurelle que conjoncturelle.


Hilaire Herbert


Vous pouvez réagir à ce commentaire et aux comparaisons des prix payés à l'éleveur sur le forum de discussion

Articles

Commentaire 30-mar-200730-Mar-2007 il y a 11 ans 6 mois 19 jours
Commentaire 28-fév-200728-Fév-2007 il y a 11 ans 7 mois 21 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags