TwitterLinkedinWhatsAppTelegramTelegram
0
Lire cet article dans:

Conception des installations porcines. Points stratégiques pour l'avenir (1/2) : bien-être animal et génétique.

Les paramètres de conception des élevages ont changé. Le bien-être des animaux est devenu encore plus important et l'évolution génétique a entraîné une variation de la production entre les lignées.

8 Novembre 2023
TwitterLinkedinWhatsAppTelegramTelegram
0

Ces dernières années, de nombreux paramètres de construction ont changé. Le bien-être des animaux est devenu encore plus important dans la conception des installations et le développement de nouvelles technologies. En outre, le progrès génétique a entraîné une grande variabilité des performances de reproduction et de croissance entre les différents groupes génétiques, ce qui doit être pris en compte lors de la conception des installations. Les besoins nutritionnels de la génétique hautement productive conduiront à de nouveaux développements dans les systèmes d'alimentation qui pourraient affiner la ration pour ces animaux. Récemment, la demande et la pénurie de main-d'œuvre ont conduit à une automatisation accrue de certaines tâches, telles que le nettoyage, qui pourraient dans une certaine mesure être prises en charge par des robots. Voici quelques-uns des principaux changements qui affectent la conception des installations d'élevage de porcs.

Bien-être animal

De 2003 à 2013, la législation européenne concernant le logement des truies gestantes a conduit à un développement intensif de nouvelles méthodes de logement. L'essentiel du développement a eu lieu dans les pays de l'UE, tandis que l'Amérique du Nord, dépourvue de législation, suit lentement leurs traces. L'Asie et l'Amérique du Sud sont encore des débutants en matière de logement des truies en groupe, mais les institutions financières telles que la Banque mondiale commencent à exiger que les truies soient logées en groupe pour leur accorder un financement.

Plusieurs pays européens sont allés au-delà des exigences générales de l'UE. Ainsi, dans certains pays d'Europe du Nord, les truies doivent être maintenues en liberté ou en groupe pendant toute la période allant du sevrage à la mise bas suivante, seuls quelques jours de confinement étant autorisés. En outre, l'Allemagne exige déjà que les truies soient libres pendant la lactation dans les nouvelles installations et, dans plusieurs pays, les nouveaux élevages intègrent déjà ce système. L'année dernière, le groupe d'experts sur la santé et le bien-être des animaux de l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a publié un rapport sur le bien-être des porcs dans les élevages de l'UE, dans lequel il suggère que les truies soient dorénavant élevées en liberté. Si la Commission européenne suit ces recommandations, on peut s'attendre à de nombreux changements dans la législation future sur le logement et la conduite des porcs.

Logement en groupe en saillie-insémination

L'augmentation de la durée de logement des truies en groupe pour inclure l'ensemble de la période allant du sevrage à la mise bas a des implications importantes pour la conception des installations et, comme toujours, il est essentiel de veiller à ce que les besoins biologiques soient satisfaits :

  • Surveiller la consommation individuelle d'aliments, car elle déterminera la taille de la portée et l'état corporel.
  • Prévenir autant que possible les agressions entre les truies afin de réduire le risque d'avortement et de perte de foetus.
    • Les truies doivent disposer d'un espace pour s'échapper et il faut un espace pour protéger la truie pendant qu'elle mange.
    • Les solutions pour protéger la truie pendant la période sensible autour de la saillie peuvent inclure des enclos individuels qui permettent à la truie de se retourner ou des stalles en libre accès. En théorie, les cases conventionnelles peuvent également être utilisées si la législation permet de confiner les truies pendant trois jours, mais cette solution doit être associée à un système d'alimentation permettant de contrôler la consommation individuelle d'aliments, tel qu'un système d'alimentation électronique.
  • Concevoir les cases en fonction de la taille du troupeau et, si possible, séparer les cochettes des autres truies.

Truies allaitantes en cases de mise-bas liberté

De nombreuses études ont été réalisées sur les truies en lactation dans des cases de mise-bas liberté, mais il n'y a toujours pas de consensus sur les exigences de conception basées sur ces études. En Allemagne, les législateurs ont imposé diverses exigences qui déterminent désormais la conception des installations également dans d'autres pays comme le Danemark ou les Pays-Bas, qui exportent des millions de porcs vers les élevages d'engraissement allemands. D'autre part, les exigences allemandes sont en constante évolution et les demandes finales ne sont pas claires à l'heure actuelle.

Figure 1. Cases de mise-bas en Allemagne
Figure 1. Cases de mise-bas en Allemagne

Auparavant, les exigences de l'Allemagne se présentaient comme indiqué dans la figure 2. Pour l'instant, la législation allemande autorise une cage qui peut être ouverte quelques jours après la mise bas pour permettre à la truie de se déplacer librement. Étant donné que 80 % de la mortalité des porcelets peut être attribuée aux premiers jours suivant la mise bas et que la recherche montre que le logement de la truie pendant la mise bas réduit la mortalité des porcelets, on peut s'attendre à ce que cette option soit autorisée dans la législation future.

Figure 2. Auparavant, les exigences allemandes prévoyaient un espace de 6,5 m2 ou plus, ce qui impliquait que la truie puisse s'allonger sur le côté sans toucher la paroi de l'enclos avec ses pattes tendues. Par conséquent, les enclos allemands de la première génération mesurent généralement 3,00 m de long et 2,30 m de large. L'enclos comprend une cage située à 40 cm de la paroi de l'enclos pour permettre à la truie de s'allonger sans la toucher.

Figure 2. Auparavant, les exigences allemandes prévoyaient un espace de 6,5 m2 ou plus, ce qui impliquait que la truie puisse s'allonger sur le côté sans toucher la paroi de l'enclos avec ses pattes tendues. Par conséquent, les enclos allemands de la première génération mesurent généralement 3,00 m de long et 2,30 m de large. L'enclos comprend une cage située à 40 cm de la paroi de l'enclos pour permettre à la truie de s'allonger sans la toucher.

Il convient de noter que les cases de mise bas libres comprennent des murs de 1 m de haut dans la zone des truies et un nid couvert d'une superficie d'environ 1 m2. Bien entendu, il est important que la truie ne puisse pas s'échapper de l'enclos et la protection des travailleurs est également importante lors de la conception. L'EFSA suggère un espace minimum pour les truies de 6,6 m2, ce qui équivaut à un espace de 7,8 m2 dans l'enclos. Il est encore trop tôt pour savoir à quoi ressembleront les futures normes, mais il est probable que la Commission Européenne suivra la recommandation de l'EFSA.

Figure 3. Cases de mise-bas en Allemagne

Figure 3. Cases de mise-bas en Allemagne

Au Danemark, les enclos carrés sont devenus populaires (figure 4). Des enclos rectangulaires similaires aux enclos allemands sont également installés.

Figure 4 : Au Danemark, les premières cases étaient de 2,4 x 2,4 m, tandis que les plus récentes mesurent 2,55 x 2,55 m, ce qui offre plus d'espace pour les grandes portées et permet à la truie de se déplacer plus facilement.

Figure 4 : Au Danemark, les premières cases étaient de 2,4 x 2,4 m, tandis que les plus récentes mesurent 2,55 x 2,55 m, ce qui offre plus d'espace pour les grandes portées et permet à la truie de se déplacer plus facilement.

Les nouvelles installations comprennent des sols entièrement en caillebotis et, dans certains cas, une partie solide ou drainante au centre, où l'animal est moins susceptible de déféquer. De nombreuses cases de mise bas existantes mesurent entre 2,6 et 2,7 m de long et entre 1,6 et 1,8 m de large. À moins que le sol ne soit entièrement recouvert de caillebotis, la conversion peut s'avérer difficile, car le sol plein existant peut constituer un obstacle au maintien d'une bonne hygiène dans la case de mise bas.

Figure 5 : Case de mise bas carrée danoise (novembre 2022)
Figure 5 : Case de mise bas carrée danoise (novembre 2022)

Une autre contrainte est la demande environnementale de réduction des émissions de méthane et d'ammoniac. Comme la case de mise bas en liberté est plus grande, la surface de la fosse l'est aussi par rapport à une case de mise bas conventionnelle. C'est pourquoi la recherche danoise a étudié comment inclure des sols partiellement caillebotis et différents types de fosses pour réduire les émissions de gaz. Étant donné qu'il faut également fournir des matériaux pour la construction du nid, les systèmes de raclage redeviennent populaires, car ils réduisent considérablement le taux d'émission (jusqu'à 90 %) et gèrent l'excédent de paille.

Génétiques prolifiques

Depuis la fin des années 1990, l'organisation des producteurs de génétique porcine au Danemark a commencé à se concentrer sur l'augmentation de la taille des portées et d'autres entreprises de génétique ont suivi. La production de porcs nés totaux et nés vivants a énormément augmenté depuis lors et aujourd'hui, 18-20 nés vivants est devenu la norme pour les lignées danoises les plus prolifiques, tandis que d'autres en sont encore à 12-13. Cette évolution doit être prise en compte dans la stratégie de l'élevage. Si l'objectif est la production d'un certain nombre de porcs, il faut tenir compte du fait que si une lignée prolifique produit plus de 10 porcelets sevrés par truie et par an par rapport à une génétique moins prolifique, il faudra environ 30 % de truies en moins et les besoins alimentaires des mères seront comparativement plus faibles.

Si l'objectif est un nombre déterminé de truies, les installations de mise bas, de sevrage et d'engraissement doivent être conçues en fonction de la production attendue. Si l'on considère uniquement l'unité de truies, la conception pour une génétique très prolifique nécessite davantage de cases de mise bas, généralement jusqu'à 20 % de plus que ce qui est nécessaire pour le seul lot de truies. Comme les truies peuvent généralement élever jusqu'à 14 porcelets, les porcelets excédentaires doivent être placés avec des truies nourrices qui sont amenées d'une salle de mise bas où elles ont mis bas une semaine plus tôt. En outre, de l'espace est nécessaire pour les porcelets sevrés par les truies nourrices. Par conséquent, dans une exploitation où il n'y a que des truies sans sevrage, il est nécessaire d'inclure une zone de transition pour ces porcelets. Normalement, trois zones sont nécessaires et la conception doit prévoir un environnement chaud et confortable, car les porcelets issus des truies nourrices sont généralement très jeunes et petits. Par conséquent, la gestion d'une génétique très prolifique exige également un personnel hautement qualifié, qui doit être considéré comme faisant partie de la stratégie globale de l'élevage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Produits liés dans la boutique

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

Articles liés