Lire cet article dans:

Le rôle de votre élevage dans le potentiel de reproduction des truies (1/2)

Cela vaut-il la peine d’acquérir des truies hyperprolifiques pour mon élevage ?

Les éleveurs hésitent aujourd'hui à savoir si cela vaut la peine d'acheter des truies hyperprolifiques pour leurs élevages. Dans de nombreux cas, ce sont les raisons économiques qui font pencher la balance dans un sens ou dans l'autre. Mais, la réponse peut être dans notre propre exploitation.

Une étude récente intitulée "Les élevages à hautes performances exploitent mieux le potentiel de reproduction des truies à forte et à faible prolificité que les élevages à faibles performances" semble avoir la réponse.

L'équipe formée par Satomi Tani, Carlos Piñeiro et Yuzo Koketsu a mené une étude visant à déterminer la relation entre le potentiel des truies hyperprolifiques et le type d'exploitation dans lequel elles sont logées. Pour cela, ils ont compilé les données de 98 élevages espagnols, où 419 290 inséminations ont été analysées au cours de la vie productive de 85 096 truies entre 2008 et 2013.

Les données ont été classées en fonction de la productivité de la truie et du type d'élevage, de sorte que:

Les truies sont classées en 3 groupes en fonction de leur résultat à la première mise-bas:

  1. Forte prolificité ou hyperprolifique, sont celles qui correspondent aux 10% meilleurs des truies étudiées, avec une moyenne supérieure ou égale à 15 nés-vivants (NV)
  2. Prolificité intermédiaire avec NV entre 8 et 14
  3. Faible prolificité ou hypoprolifiques avec des valeurs de NV inférieures ou égales à 7

Alors que les élevages sont classés en 3 groupes en fonction de leur production:

  1. Production élevée, ceux qui dépassent 24,7 porcelets sevrés / truie / an
  2. Production intermédiaire entre 24.7 et 21,2 porcelets sevrés / truie et par an
  3. Faible production, ceux dont la valeur de sevrés / truie / an est inférieure à 21,2 sevrés / truie / an

Le premier résultat obtenu concerne la distribution des truies hyper et hypoprolifiques. Quel que soit le rang de mise-bas, la distribution du type de truie reste pratiquement constante dans chaque type d'élevage (figure 1).

Figure 1. Répartition des types de truies, dans les mises-bas 1 et 6, classées par types d'élevage.

Figure 1. Répartition des types de truies, dans les mises-bas 1 et 6, classées par types d'élevage.

Par contre, si on compare le comportement des truies précédemment classées précédemment, en fonction du type d'élevage dans lequel elles se trouvent, on observe ce qui suit (tableau 2):

Tableau 2. Classement des résultats relatifs aux NV, classés par rang de mise-pas, type de truie et élevage.

MB1 MB2 MB3 MB4 MB5 MB6
Truies hyperprolifiques Elevage à production élevée 15,8 13,1 13,7 13,8 13,6 13,3
Elevage à production faible 15,6 12,3 12,7 12,8 12,5 12,3
Truies hypoprolifiques Elevage à production élevée 5,0 11,8 12,5 12,8 12,9 12,7
Elevage à production faible 5,1 10,3 11,1 11,1 11,2 11,3

Au début, les truies hyper-prolifiques se comportent de la même manière lors de la première mise-bas, qu’elles soient dans des exploitations à production élevée ou faible. Bien que, dans le cas des multipares, la différence de comportement de ce type de truies soit plus grande, selon le type d'élevage. Précisément, de la mise-bas 2 à la 6, les truies hyperprolifiques logées dans des élevages à haute production ont entre 0,8 et 1,1 porcelets nés vivants de plus que le même type de truies hébergées dans des élevages à faible production.

En ce qui concerne le comportement des truies multipares et hypoprolifiques, des différences sont également observées en fonction du type d'élevage. En d’autres termes, les multipares hypoprolifiques logées dans des élevages à haute production produisent entre 1,4 et 1,7 porcelets nés vivants de plus que le même type de truies logées dans des élevages à faible production.

D'une manière générale, les multipares hyper et hypoprolifiques logées dans des élevages à haute production ont toujours obtenu de meilleurs résultats en nombre de porcelets nés vivants que celles logées dans des élevages à faible production.

En ce qui concerne les performances au sevrage, pour toutes les mises-bas, les truies logées dans des élevages à haute production sèvrent plus de porcelets que celles dans des élevages à faible production (tableau 3).

Tableau 3. Classement des résultats concernant les porcelets sevrés, classés par rang de mise-bas, type de truie et élevage.

MB1 MB2 MB3 MB4 MB5 MB6
Truies hyperprolifiques Elevage à production élevée 11,2 11,3 11,2 11,1 10,9 10,9
Elevage à production faible 10,2 9,9 9,9 9,8 9,8 9,3
Truies hypoprolifiques Elevage à production élevée 10,4 11,1 11,1 11,2 11,1 11,0
Elevage à production faible 8,1 9,7 9,7 9,8 9,7 9,5

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags