SDRP : stabilisation d’un élevage instable actif

L’élevage est contaminé par le SDRP depuis au moins 1996. Depuis cette date, le troupeau de naissage n’a jamais présenté de signes pathologiques « explosifs » attribuables au virus mais connaît des « vagues » de mise-bas précoces, mortinatalité, momifications, mortalités pré-sevrage.


1. Présentation de l’élevage et de son historique sanitaire :

L’élevage concerné est un élevage de 350 truies naisseur engraisseur conduit à la semaine avec sevrage 21 jours sur un site.
L’élevage fabrique tout son aliment sauf le 1er âge.
Le renouvellement est effectué à partir de cochettes certifiées indemnes de la maladie et la semence est produite à la ferme à partir de 3 verrats
Le plan de l’élevage est présenté ci dessous et est assez classique d’un élevage s’étant agrandi avec le temps et où les différents secteurs de l’élevage sont relativement imbriqués.
L’élevage est contaminé par le SDRP depuis au moins 1996. Depuis cette date, le troupeau de naissage n’a jamais présenté de signes pathologiques « explosifs » attribuables au virus mais connaît des « vagues » de mise-bas précoces, mortinatalité, momifications, mortalités pré-sevrage.
En outre, le troupeau possède un statut sanitaire assez conventionnel (positif gale, mycoplasme, strepto suis 2, App B1S9).
En PS-Engraissement, la dominante pathologique est clairement la streptococcie qui sévit sur les porcs de 15 à 60 kg en épisodes de fréquence et d’intensité variables.
En tout état de cause, les résultats de l’élevage dans sa partie naissage restent satisfaisants comme c’est souvent le cas dans des élevages conduits avec rigueur et sérieux.

PLAN DE MASSE DE L'ELEVAGE


2. Le diagnostic de stabilité avant la mise en place de la méthode :

En février 2005, nous avons réalisé des prélèvements sanguins sur des porcelets sous la mère à raison d’un porcelet par portée sur une bande prête à sevrer et une bande à sevrer la semaine suivante.
Une PCR SDRP par pool de 3 a été réalisée sur les prélèvements et 4 échantillons sur 10 étaient positifs.

En engraissement, un profil sérologique a été réalisé sur 20 animaux de différents âges et les résultats étaient les suivants :

Age
Résultats (sérologie kit IDEXX)
11 semaines
Négatif
11 semaines
Négatif
11 semaines
Positif
11 semaines
Positif
11 semaines
Positif
11 semaines
Positif
11 semaines
Positif
11 semaines
Négatif
11 semaines
Négatif
11 semaines
Négatif
17 semaines
Négatif
17 semaines
Négatif
17 semaines
Négatif
17 semaines
Négatif
17 semaines
Négatif
25 semaines
Positif
25 semaines
Positif
25 semaines
Positif
25 semaines
Positif
25 semaines
Positif


Conclusion :
En février 2005 (semaine 6), l’élevage était particulièrement instable et la circulation était active en PS-E.

3. La mise en place de la méthode :

Vaccination de masse

En mai 2005, une vaccination de masse au vaccin vivant modifié est mise en place sur les reproducteurs et tous les porcs en croissance à J0 et à J28. Une partie des engraissements n’a pas été vaccinée compte tenu du plan de masse des bâtiments et ont été gérés à part dans les mesures de biosécurité interne.
A partir de J28, tous les porcelets sevrés, à chaque bande, sont vaccinés à 6 et 10 semaines d’âge.
L’introduction de cochettes est stoppée dans les semaines suivant la mise en place de la vaccination et la fourniture de semence est contrôlée SDRP négative.

Marche en avant

Une marche en avant stricte des hommes et des animaux est mise en place à partir de J0.
La circulation des hommes et des animaux respecte un circuit établi et tenant compte du niveau de circulation virale au sein de chaque secteur. Ces secteurs au fur et à mesure de l’avancée des travaux ont bien sûr été réévalués avec le temps.

4. Le contrôle de la réussite de la méthode :

Contrôle de stabilité du naissage

3 mois après le démarrage du protocole, une étude de stabilité (cf articles précédents) est à nouveau réalisée.
Les 3 étapes successives du contrôle se révèlent parfaitement négatives : le naissage est considéré comme stabilisé conformément aux règles de classification des élevages.

Contrôle de la circulation virale en PS-Engraissement

5 mois après le démarrage du protocole (soit de fin 2005 à mi 2006), nous avons suivi 3 bandes de porcelets non vaccinés et nous les avons prélevés pour sérologie tous les mois depuis l’entrée en engraissement jusqu’au départ pour l’abattoir.

Les résultats sont compilés dans le tableau ci dessous :

Contrôle PS-E
Résultats d’analyse
10 sérologies bande 7 à 11 semaines d’âge 2+/10
10 sérologies bande 7 à 15 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 11 à 11 semaines d’âge 2+/10
10 sérologies bande 7 à 19 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 11 à 15 semaines d’âge 1+/10
10 sérologies bande 15 à 11 semaines d’âge 2+/10
10 sérologies bande 7 à 23 semaines d’âge 6+/10, 2 pools PCR +/3
10 sérologies bande 11 à 19 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 15 à 15 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 7 à 27 semaines d’âge Non réalisé
10 sérologies bande 11 à 23 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 15 à 19 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 11 à 27 semaines d’âge Négatif
10 sérologies bande 15 à 23 semaines d’âge 3+/10 et 2 pools PCR+
10 sérologies bande 15 à 27 semaines d’âge Non réalisé


Sur les bandes 7 et 15, à partir des pools PCR+, l’ARN du virus a été séquencé (séquençage sur ORF7) et s’est révélé, respectivement pour les bandes 7 et 15, homologue à 99,5% et 100% au virus vaccinal.
Depuis la fin de ce suivi sérologique, des prélèvements sanguins ont de nouveau été réalisés et les plus récents en juin 2007 se sont révélés entièrement négatifs sur 30 issues de 25 à 100 kg.


5. Les indicateurs cliniques et technico-économiques

Nous ne les reprendrons pas dans cet article. L’évolution technico-économique de l’élevage a été préalablement présentée dans le chapitre 3 de cette rubrique sur ce site internet (exemple concret n°2) (cliquez ici).

Conclusion :

Cet exemple a pour but d’illustrer, sur la base de l’utilisation des outils actuellement disponibles, la faisabilité d’une stabilisation durable d’un élevage chroniquement infecté par le SDRP. En aucun cas, il n’est transposable en l’état à toute situation. Chaque cas est individuel et devra être étudié avec soin. Le protocole de stabilisation doit être adapté à ses caractéristiques particulières.
Il faut enfin retenir, pour illustrer de manière théorique ce qui a été écrit dans les précédents chapitres, l’importance des règles d’échantillonnage et du choix de la technique d’analyse.
Afin d’arriver à un bilan sanitaire complet, la quasi-totalité des techniques disponibles a été utilisée ce qui a permis d’une part de bien étudier la dynamique de l’immunité maternelle et d’autre part le type de virus circulant sur les animaux positifs en engraissement.

Est-il possible d'éliminer la circulation du SDRP en PS-Engraissement d'un élevage stable actif sans vaccination des issus :
Oui dans toutes les situations
Non
Oui dans certaines conditions
Vous pouvez faire part de votre expérience sur le forum de discussion
Le prochain chapitre vous apportera des éléments sur cette question

Auteurs :

Philippe LE COZ, Françoise DAVID, Patrick PUPIN, Nathalie PEREZ et Guillaume FRIOCOURT, Selvet-Conseil, 22 - Loudéac
Florian VOISIN, Valérie NORMAND et Arnaud LEBRET, Cabinet Consultant en Elevage Porcin, 56 - Pontivy

Articles

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags