1 commentaires

Lire cet article dans:

Porcelets inadaptés dans un sevrage en soupe

Le sevrage est un point critique dans la vie du porc. Il suppose un moment de stress important qui, s'il n'est pas correctement géré, peut entraîner l'apparition de diarrhées et / ou de porcelets mal adaptés.

Au moment du sevrage, ni le système digestif ni le système immunitaire du porcelet ne sont complètement développés. Par conséquent, les aliments comme la gestion de l'alimentation doivent être soigneusement adaptés à chaque situation. Le sevrage avec des aliments liquides et sans accès libre à l'eau a ses particularités qui peuvent nuire au démarrage des porcelets s'ils ne sont pas conduits en fonction de cette situation.

Description de l'élevage

Il s'agit d'un élevage de 2 800 truies de génétique Danbred avec sevrage dans le même élevage et avec un système d'alimentation liquide en gestation, lactation et sevrage. L'élevage est situé dans une zone à forte densité et a été agrandi en 2017, passant de 2 000 à 2 800 reproductrices. La même année, la génétique du mâle final a également été changée en Pietrain.

L'élevage travaille avec des bandes hebdomadaires et les porcelets sont sevrés à l'âge de 26 jours, avec un poids approximatif de 6 kg / porcelet.

Les truies sont vaccinées contre E. coli et Clostridium avant la mise-bas, et contre la parvovirose, le rouget, et le SDRP à 8-10 jours post-partum. Les porcelets sont vaccinés contre le Circovirus et Mycoplasma 10 jours après le sevrage. L'élevage est positif en SDRP.

Pendant l'allaitement, les porcelets ont accès à l'eau et à un lacto-initiateur. Celui-ci est administré sec dans les assiettes une fois par jour, de la première semaine de vie jusqu'au moment du sevrage.

Les porcelets, une fois sevrés, sont logés dans un sevrage avec alimentation liquide, dans des enclos de 44 animaux chacun, mais avec une capacité réelle de 22 et sans accès libre à l'eau. Par conséquent, les porcelets sont en double densité au cours des deux premières semaines après le sevrage pour faciliter la gestion de l'alimentation et limiter le nettoyage des mangeoires.

Les animaux ont été sevrés avec un préstarter additionné de 10% de pastone (maïs humide fermenté). Après 8 jours, il a graduellement été changé pour un starter avec le pastone aussi. Les deux aliments ont été médicamentés avec de l'oxyde de zinc et de l'amoxicilline (tableau 1).

Tabl 1.- Programme alimentaire du sevrage.

Aliment (%) Pastone (%) Oxyde de zinc (ppm) Amoxicilline (ppm) Sulfadiazine/triméthoprim (ppm) Néomycine (ppm)
Lactoiniciateur 100 3000 300 100
Préstarter 100 10 3000 300 100
Starter 75 25 1500 500/100

Apparition du cas

En été, coïncidant avec la naissance des Pietrains, des porcelets inadaptés qui ne se rétablissaient pas ont commencé à apparaître au sevrage. Il y avait aussi de la diarrhée pendant toute la phase. La mortalité a augmenté à 5% et le poids a été réduit à la sortie du sevrage.

Diagnostic et analyses

Les porcelets sont sevrés le premier jour avec une bouillie qui est administrée manuellement dans les assiettes et dans la grande mangeoire. Dès le deuxième jour, la soupe faite avec la machine à soupe commence à tomber dans la mangeoire et on continue avec la bouillie manuelle dans l'assiette pendant 2 jours de plus. Tous avec le même prestarter.

Lors de la visite de l'élevage, il a été constaté que le principal problème était le démarrage des animaux la première semaine après le sevrage. Les animaux ne mangeaient pas la soupe qui tombait dans la mangeoire. Ils mangeaient bien la bouillie des assiettes qui avait été conservée 3 jours après le sevrage, mais ils ne commençaient pas à bien manger dans la grande mangeoire. A partir de là, un pourcentage élevé d'animaux inadaptés a dû être séparé(photos 1 et 2). La diarrhée est également apparue pendant les premières semaines après le sevrage et celle-ci a été corrigée lorsque les animaux sont passés au starter.

Le fait de ne pas disposer d'eau supplémentaire compliquait la situation, puisque les animaux qui ne mangeaient pas ne buvaient pas non plus et se déshydrataient rapidement.

Photo 1.- Nombre élevé de porcelets inadaptés et de pertes

Photo 1.- Nombre élevé de porcelets inadaptés et de pertes

Photo 2.- Il y avait des porcelets maigres et retardés

Photo 2.- Il y avait des porcelets maigres et retardés

En calculant la quantité de matière sèche (MS) ingérée par porcelet au cours des 7 premiers jours, il a été observé qu'il était très faible, 500 g / porcelet. Cela devrait être d'au moins 700 g / porcelet pour assurer un bon démarrage.

La MS théorique de la soupe selon la machine était déjà très faible pour un sevrage (22% MS) mais en réalité elle était très inférieure, dans certains cas autour de 10%. Cela est arrivé parce que, les porcelets ne mangeant pas bien, ils ont dû nettoyer les mangeoires très souvent. Ce nettoyage a été fait avec un tuyau et parfois elles restaient pleines d'eau. Quand la soupe tombait sur l'eau, la MS était très diluée.

Dans le même temps, le pastone a été analysé pour exclure la présence de mycotoxines et d'E. Coli (tableau 2).

Tabla 2.- Analyse de le pastone et l'aliment.

Résultats Méthode
Aflatoxine <2 ppb ELISA
Vomitoxine 2.606 ppb ELISA
Fumonisine <300 ppb ELISA
E. coli Negative Culture sur boîtes
Acide lactique 0,567 % Spectrophotométrie
Acide acétique 0,12 % Spectrophotométrie

Le pastone est sorti avec des niveaux élevés de vomitoxine et il a donc été décidé de se passer de lui et de passer à un mélange d'aliment complet et d'eau seulement. Même ainsi, le démarrage des porcs ne s'est pas amélioré.

Mesures prises

Les porcelets ont pris trop de temps à apprendre à manger la soupe de la mangeoire. Par conséquent, ils ne mangeaient ni ne buvaient; et avec cela ils se sont déshydratés et sont morts, ou ont généré un retard dans la croissance qu'ils ne récupéraient plus. Gagner ou non du poids dans la première semaine après le sevrage marque, dans une large mesure, le GMQ du reste des semaines jusqu'à l'abattage (Tokach et al., 1992) et il est donc important d'assurer un bon démarrage.

Au début, la formulation du prestárter a été modifiée dans le but de le rendre plus appétissant. Le pourcentage de plasma a été augmenté de 3% parmi d'autres actions. En outre, il a été décidé de sevrer les porcelets avec le même lactoinitiateur qu'ils mangeaient en maternité De cette manière, on cherchait qu'ils reconnaissent à la fois l'odeur et la saveur de l'aliment et qu'ils éliminent ainsi un facteur de stress supplémentaire au processus de sevrage (photos 3 et 4). De même, il a été proposé de donner le lactoinitiateur dans la bouillie pendant la dernière semaine de lactation dans le but de parvenir à un meilleur développement du système digestif. On sait que la consommation d'aliments solides favorise le développement enzymatique (Fraser et al., 1993) et prépare le porcelet pour une meilleure digestion de l'aliment solide.

Photo&nbsp;3.- Les porcelets sevr&eacute;s mangaient le lactoinitiateur dans l&#39;assiette rouge&nbsp;mais pas la soupe avec&nbsp;le pr&eacute;starter dans la mangeoire

&nbsp;

Photo 3.- Les porcelets sevrés mangaient le lactoinitiateur dans l'assiette rouge mais pas la soupe avec le préstarter dans la mangeoire

 

Photo 4.- Les porcelets fouillaient constamment l&#39;assiette, ce qui signifiait qu&#39;ils avaient faim et / ou soif.

Photo 4.- Les porcelets fouillaient constamment l'assiette, ce qui signifiait qu'ils avaient faim et / ou soif.

Bien qu'avec tous les changements précédents il y ait eu une certaine amélioration, les porcelets ont continué à ne pas bien manger la première semaine et les pertes pour animaux inadaptés ont continué à être de l'ordre de 4%.

Lors d'une deuxième visite, les heures de repas ont été examinées. Les porcelets mangeaient à 9 heures une bouillie qui était servie manuellement, pas avec la machine, dans la mangeoire avec une MS de 33%, et ils ne revenaient pas manger avant 21 h une soupe avec préstarter avec la machine avec un MS de 22% (tableau 3).

Tableau 3.- Pourcentages d'aliments et d'eau des différents mélanges dans la soupe et heures de distribution.

Lactoiniciateur (manuel) Prestarter (automatique) Starter (automatique)
Heures de distribution de la soupe 9 h 21 h 9 h-2h-21h
Aliment (kg) 75 57 57
Eau (kg) 150 200 200
MS réelle de la soupe (%) 33,3 22,2 22,2
MS objectif de la soupe (%) 28,0 28,0 26

Ils avaient de l'eau dans une assiette rouge mais il faut se rappeler que les porcelets étaient en double densité pendant les 2 premières semaines, donc l'eau qu'ils avaient était limitée.

Les animaux passaient trop d'heures sans manger ni boire et cela était plus grave si cela arrivait durant la première semaine après le sevrage. Nous suggérons de faire une autre distribution de soupe manuelle à midi, avec les objectifs suivants:

  1. Assurer le MS de la soupe à 33% en alimentation manuelle.
  2. Éviter les défaillances de la machine de distribution (qui, à un moment ou à un autre, fournit de l'eau à la place de l'aliment ou qui fait que la distribution entre les vannes n'était pas homogène).

De plus, la MS théorique de la soupe a finalement été augmentée à 24%. Au début, il y avait une réticence à le faire, car les opérateurs croyaient que la machine se coincerait en épaississant la soupe. Bien que l'objectif de la MS au sevrage soit de 28%, cette machine en particulier risque de rester bloquée lorsque l'on travaille à ces niveaux et c'est pourquoi nous avons choisi la MS à 24% avec l'engagement de l'augmenter petit à petit.

Evolution du cas

Après tous les changements décrits ci-dessus, les porcelets ont commencé à mieux démarrer. Le nombre d'inadaptés a considérablement diminué et 10 jours après le sevrage, les porcelets semblaient mieux (photo 5). Les diarrhées ont également disparu dans cette phase. Comme c'est un cas très récent, il est nécessaire de confirmer que ce bon départ se traduit par un bon poids final à la sortie du sevrage, mais tout semble indiquer que ce sera le cas.

Photo&nbsp;5.- Porcelets &agrave; 4 jours apr&egrave;s le sevrage

Photo 5.- Porcelets à 4 jours après le sevrage

Conclusions

La conduite des porcelets et de leur alimentation au cours de la première semaine après le sevrage est déterminante pour l'avenir de l'animal. Nous devons concentrer tous nos efforts dans cette première semaine pour essayer qu'ils mangent et ne perdent pas de poids. Le sevrage avec alimentation liquide sans accès libre à l'eau suppose dès le départ, une complication supplémentaire pour l'animal. Une option consiste à sevrer en sec la première semaine et à introduire la soupe à partir de la seconde. Mais quand l'éleveur a investi dans l'alimentation liquide, il a du mal à accepter de sevrer en sec la première semaine. Une autre option consisterait à installer des points d'eau et à permettre aux animaux d'y accéder librement.

Le fait de pouvoir sevrer ou non en liquide dépendra de nombreux facteurs, parmi les plus déterminants, la génétique de l'animal, le poids et l'âge au sevrage, l'aliment et la gestion humaine. Mais, en tout cas, il ne devrait jamais s'agir d'une exigence personnelle qui pourrait nuire au bon départ de l'animal et à son avenir productif.

Articles liés

Cas clinique du monde

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

il ne faut pas oublier les points de libre accès à l'eau quitte à les fermer quand les animaux mangent suffisament donc boivent assez .
sucette au dessus de l'auge par exemple
acidifier l'eau pour la rendre plus attractive !

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags