Lire cet article dans:

Au-delà de la viande: façonner le futur de l’élevage

La FAO montre la voie pour parvenir à des produits animaux à faible émission de carbone et contribuer à la nutrition et aux moyens d’existence ruraux.

.

Mardi 23 Janvier 2018 (il y a 9 mois 24 jours)
J'aime

«Le secteur de l'élevage est essentiel pour maintenir une certaine sécurité alimentaire et contribuer aux moyens d'existence ruraux. Les pays de la communauté internationale doivent travailler ensemble en vue d'assurer la contribution du secteur au développement durable», a déclaré aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

La FAO estime que plus de la moitié des personnes pauvres rurales à travers le monde sont des éleveurs de bétail. Les plus pauvres d'entre eux dépendent du bétail qui jouent un rôle vital en aidant à sécuriser les moyens d'existence.

«Si les produits d'origine animale contribuent fortement à la nutrition et à la lutte contre la pauvreté, ils ont également un impact désastreux sur le climat et l'environnement. S'assurer de la santé des animaux devient de plus en plus essentiel afin de garantir la santé humaine», a-t-il indiqué lors du 10ème Forum mondial pour l'alimentation et l'agriculture qui se tenait à Berlin.

Réduire l'empreinte énergétique

Alors que le secteur de l'élevage génère plus de gaz à effet de serre que d'autres sources alimentaires - environ 14,5 pour cent du total des émissions anthropiques - l'expansion du secteur représente un défi pour la biodiversité, l'accès à l'eau de manière durable et pour les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat qui consistent à limiter la hausse des températures mondiales.

«Parvenir à ce que le secteur de l'élevage n'émette que très peu de carbone est encore possible», a déclaré M. Graziano da Silva, soulignant que la FAO estimait que les émissions de méthane pouvaient rapidement être réduites de 20 à 30 pour cent à travers l'ensemble des systèmes de production grâce à l'adoption de pratiques d'élevage bien connues, telles que le pâturage régénératif, une meilleure sélection des fourrages et un meilleur recyclage des nutriments et de l'énergie provenant des déchets d'origine animale. «Une meilleure gestion des zones de pâturage et une amélioration de la capacité de stockage de carbone de leurs sols sont également essentielles pour améliorer la production animale et éviter davantage de déforestation», a-t-il ajouté.

«Avec de meilleures pratiques, par ailleurs intelligentes face au climat, nous pouvons rapidement arriver à des chaînes d'approvisionnement de l'élevage «plus écologiques» a souligné M. José Graziano da Silva. Suite au sommet sur le climat de Bonn, la COP23, qui s'est tenu l'année dernière, il a exhorté la communauté internationale à saisir l'occasion de faire de l'amélioration des systèmes de gestion de l'élevage une priorité.

Samedi, 20 janvier 2018/ FAO.
http://www.fao.org

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

09-Nov-201802-Nov-201826-Oct-201819-Oct-2018

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici