Lire cet article dans:

Croissance de la consommation alimentaire mondiale et modification des préférences des consommateurs

La croissance des revenus et les modifications des préférences des consommateurs ont entraîné une augmentation de la consommation de produits de plus grande valeur (comme la viande et les produits laitiers) dans les économies émergentes.

Mercredi 25 Septembre 2019 (il y a 2 mois 20 jours)
1 J'aime

En raison de deux évolutions majeures survenues au cours des deux dernières décennies au niveau mondial - la croissance des revenus et l’évolution des préférences des consommateurs -, la consommation alimentaire a augmenté plus rapidement que la population mondiale. Ces évolutions ont entraîné une augmentation de la consommation de produits de plus grande valeur (comme la viande et les produits laitiers) dans les économies émergentes. Parallèlement, les préoccupations sociales et environnementales grandissantes dans les économies développées ont influencé les préférences des consommateurs, entraînant par exemple une baisse de la consommation de viande rouge. C’est l’une des principales conclusions du rapport de marché ‘Offre et demande mondiales de denrées alimentaires, tendances de consommation et défis commerciaux’, publié aujourd’hui par la Commission.

L'UE est de loin le plus gros consommateur de viande de porc, en tant que viande préférée, avec une consommation supérieure à 40 kg par habitant. L'Amérique du Nord suit avec moins de 30 kg par habitant. Le porc est également la viande de prédilection en Asie, où il devrait atteindre 15 kg par habitant d'ici 2020. En Afrique, par contre, le porc n'est pas consommé de façon traditionnelle.

Moins de 8% de la production mondiale est commercialisée, plus de 80% des exportations provenant d'Amérique du Nord et de l'UE. La consommation des deux régions a légèrement diminué, de même que la production a augmenté, ce qui a entraîné une augmentation des excédents. Ces derniers ont atteint 30% d'utilisation en Amérique du Nord et 12% dans l'UE.

En Amérique du Sud, son excédent est tombé à moins de 10% au cours de la présente décennie, principalement en raison de la hausse de la consommation nationale. Grâce à une augmentation significative de la production ces dernières années, le déficit de la Mer Noire (et plus particulièrement de la Russie) a diminué. L'effet de la peste porcine africaine (PPA) n'est pas pris en compte dans les perspectives OCDE-FAO publiées en 2019. L'épidémie de peste porcine africaine en Asie a entraîné une baisse importante de la production (et de la consommation), ainsi qu'une augmentation des importations dans la région et en particulier en Chine. Cependant, même sans ces circonstances, la tendance à long terme indiquait un déficit croissant. La mise à niveau des systèmes de production (de l’élevage traditionnel de basse-cour à la production à plus grande échelle) n’a pas eu lieu assez rapidement pour répondre à la demande. La PPA va probablement accélérer cette adaptation.

En ce qui concerne le blé, l’UE est le deuxième utilisateur mondial avec environ 250 kg par habitant, après la région de la Mer Noire. La consommation de l'UE a augmenté régulièrement au fil du temps, principalement grâce au développement du secteur de l'élevage en raison de l'utilisation du blé dans l'alimentation du bétail. Quatre régions fournissent du blé au monde : l’UE, la région de la Mer Noire, l’Amérique du Nord et l’Océanie. L’UE est un grand exportateur de blé, représentant 20% de son utilisation.

L'Amérique du Nord est de loin le plus gros utilisateur de maïs, atteignant près de 900 kg par habitant, ce qui est nettement supérieur à son utilisation en Amérique du Sud (240 kg par habitant) et dans l'UE, à 140 kg par habitant. L'augmentation mondiale substantielle du maïs est liée à l'expansion de la production animale et, plus récemment, à la production d'éthanol à base de maïs. Avec près de 15% de la production mondiale de maïs commercialisée, les principaux fournisseurs sont l'Amérique du Sud et du Nord, suivie de la région de la Mer Noire. En revanche, l'UE est le plus gros importateur de maïs, avec près de 25 millions de tonnes de maïs importé en 2018/2019.

En ce qui concerne le soja, il s'agit d'une culture principalement produite et commercialisée par les Amériques. Elles représentent 82% de la production. Au niveau mondial, les deux tiers de la disponibilité sont transformés en tourteaux destinés à l'alimentation humaine. L'UE est le principal marché de destination des tourteaux de soja, représentant 30% du commerce mondial. Cependant, les besoins d'importation de l'UE diminuent, du fait de l’utilisation de sources alternatives telles que les céréales et plus récemment les légumineuses.

Mardi 10 septembre 2019/ DG Agri/ Union Européenne.
https://ec.europa.eu/

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

13-Déc-201906-Déc-201929-Nov-201922-Nov-2019

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici