Commentaire 01-avr-2009

L'espoir se confirme En février, on notait que soit l'Europe nous suivait dans la course à la hausse, soit le prix espagnol ne pourrait pas poursuivre une telle hausse par rappo...
Mercredi 1 Avril 2009 (il y a 9 ans 7 mois 15 jours)
J'aime

L'espoir se confirme

En février, on notait que soit l'Europe nous suivait dans la course à la hausse, soit le prix espagnol ne pourrait pas poursuivre une telle hausse par rapport à nos voisins. Un mois plus tard, on a constaté que l'élan espagnol s'est ralenti (les deux derniers marchés le confirment), mais - et c'est très important - l'Europe s'oriente timidement à la hausse en suivant le sillage de l’Espagne

Après 8 séances qui se répétaient, l'Allemagne a augmenté de 0,4 centimes d'euros par kilo, sur trois séances, rapprochant son prix du notre.
Le Danemark - marché toujours très modéré et pondéré – s'est orienté à la hausse : 4,40 centimes d'euros par kilo sur les deux dernières semaines.

Sur notre marché la situation est, inévitablement, tendue : les augmentations conséquentes et importantes n'ont pas pu être répercutées sur la viande et les abattoirs ont vu leur marge d'exploitation devenir négatives. Les pertes importantes sur l'activité hebdomadaire sont une forte stimulation pour réduire l'activité d'abattage ; la situation est devenue si difficile que pratiquement la totalité des abattoirs et de découpe ont clairement diminué leur activité. C'est certain, cela est constaté et nous semble logique. Malgré cela, le prix espagnol résiste : bon signe.

À partir de maintenant l'horizon se dégage : le printemps entraîne de nombreux barbecues en Allemagne, l'offre de porcs n'est pas débordante dans aucun des pays leaders, le jambon « réagit » en abandonnant la lourdeur des derniers mois (il ne faut pas oublier que le jambon représente plus de 20% du poids de la carcasse) et l'approche de l'été permet la fluidité aux ventes de longe (pièce maîtresse de la carcasse). Tout semble indiquer que le prix est en train de se consolider au niveau actuel pour reprendre un net élan plus tard.

Les incertitudes économiques issues de la crise et de la restriction évidente de l'accès au crédit ont conduit, jusqu'à il y a peu de semaines, les opérateurs à donner la priorité aux ventes avant toute autre considération (il ne faut ainsi financer aucun stock)
La diminution des abattages fait que les "derniers" camions de viande (= toujours les moins bien vendus) n'existent tout simplement pas, produisant un début d'impression de « désapprovisionnement » du marché; cela favorise la prédisposition aux augmentations de prix. Le « bouillon de culture » existe, mais il faut vérifier que l'objectif se réalise et que les prix de la viande augmentent parallèlement aux augmentations du porc.

Avril dictera son verdict. La Semaine Sainte n'aidera pas au soutien du marché (beaucoup de dates sont fériées) mais si le marché arrive jusqu’à la séance du 16 avril sans reculer - chose très probable – il y aura alors un seul scénario : des augmentations soutenues dont on connaîtra la limite en été.

Je pense ne pas confondre, pour rien, les désirs de la production avec la réalité

L'optimiste gagne quelque chose, le pessimiste échoue

Guillem Burset

Pôle Économie IFIP

Articles

Commentaire 21-avr-200921-Avr-2009 il y a 9 ans 6 mois 26 jours
Commentaire 20-mar-200920-Mar-2009 il y a 9 ans 7 mois 27 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags