Des marchés prudents !

Le mois de mai vient de s’achever ainsi que sa série de fériés rapprochés souvent préjudiciable à la fluidité et à la remontée des cours.

La dernière semaine du mois n’a pas fait exception en particulier dans les pays où l’activité a pu être partiellement entravée par un dernier jour férié (jeudi 31 mai). C’est le cas en Allemagne, où l’offre saisonnière en réduction fait face à une demande plus calme de porcs vivants pour cause de férié (dans certaines régions) mais aussi à une plus faible demande de viande ne laissant aucune place à de nouvelles hausses de cours. A noter tout de même que les 2 grands abattoirs qui n’avaient pas suivi la hausse officielle la semaine dernière ont à présent rejoint les rangs. Dans le commerce de la viande, les récentes hausses du prix du porc peinent à être répercutées sur les prix des pièces à l’exemple du jambon dont une moindre demande pèse sur le prix. La présence des fériés a également réduit les flux vers les destinations courantes telles que la Pologne encombrant ainsi un peu plus le marché de la viande.

Cette même ambiance maussade du commerce est rapportée de Belgique où malgré de bonnes conditions météo propices à la consommation, les volumes n’ont pas atteint les niveaux traditionnels escomptés. Le cours du kilo vif est, ici aussi, reconduit tout comme au Danemark, où depuis 10 semaines, le cours reste figé. En Autriche, où le cours est resté stable, le marché est équilibré à la sortie de cette période de 4 fériés. L’offre de porcs y est plus élevée pour alimenter cette nouvelle semaine d’activité complète et fournir une demande de produits de saison.

Dans les pays au sud de l’Europe, l’ouverture de la saison touristique anime les marchés intérieurs et influence positivement l’orientation des cours. En Italie, la remontée saisonnière des prix connaît 15 jours d’avance sur les années antérieures car la demande est bonne et le climat très favorable à la consommation. En Espagne, le prix du kilo vif augmente de 1,4 cent dans un contexte de demande soutenue et d’offres inférieures aux besoins. Toutefois, la prudence reste de mise car le marché de la viande peine, ici aussi, à répercuter les hausses du vif sur les prix des pièces. La hausse de production et la hausse des poids conduisent à plus de volume de viande qu’il faut négocier à des tarifs inférieurs à ceux pratiqués un an plus tôt en particulier sur les marchés tels que la Chine où la récupération rapide de la production et la chute des prix intérieurs exacerbent la compétitivité entre les grands exportateurs.

MPB : stabilité confirmée

La cotation du dernier marché de mai a été reconduite une nouvelle fois pour un prix moyen à 1,187 euro, identique à la moyenne mensuelle. C’est dire que le cours a peu évolué durant ces 8 séances de vente du mois de mai entre un prix minimum à 1,185 euro en début de mois et un maximum atteignant 1,189 euro. Le déroulement de ces séances de vente n’a pas varié tout au long du mois, chaque outil reproduisant séance après séance, sa stratégie d’achat. La série des 4 fériés a laissé en fin de mois suffisamment de porcs pour une demande en demi-teinte pour ce début du mois de juin. L’activité d’abattage retrouve son rythme de semaine complète avec 382 457 porcs abattus et des poids qui se sont stabilisés à 95,59 kg (-82 g). L’activité d’abattage dans la zone Uniporc Ouest sur la période cumulée des 22 premières semaines de l’année affiche une croissance de 1,8 % pour des poids en moyenne 600 g plus lourds que l’an passé.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags