Lire cet article dans:

La grippe enzootique, un équilibre entre sous-populations et anticorps maternels

Comment un virus provoquant une infection aiguë chez un animal peut-il se maintenir dans un élevage au fil du temps?

La grippe est une infection fréquente dans les élevages porcins. Le pourcentage élevé d'exploitations séropositives, même à plus d'un sous-type du virus de l'influenza A, en est la preuve. D'un point de vue épidémiologique, on trouve deux formes de cette maladie, l'épizootique et l'enzootique.

La forme épizootique survient généralement dans les élevages qui comptent une forte proportion d'animaux sensibles et se caractérise par une morbidité élevée, une dissémination très rapide et une faible mortalité. D'un point de vue clinique, l'impact se produira chez les animaux de tous les âges, particulièrement lorsqu'il s'agit de truies gestantes, car elles peuvent subir des retours et des avortements dus à la fièvre.

D'autre part, la forme enzootique est établie lorsqu'il existe un certain niveau d'immunité dans la population et se caractérise par une faible incidence de l'infection. D'un point de vue clinique, cette forme peut être apparemment subclinique, bien qu'apparaisse généralement la grippe récurrente, un tableau respiratoire qui apparaît de manière répétée dans chaque lot productif au cours de la phase de post-sevrage. Normalement, dans la grippe enzootique, la/les même/s souche/s du virus sont conservées au fil du temps, de telle sorte que le/les virus puisse être considéré comme devenant des "résidents" dans l'élevage. L'impact de cette forme peut devenir important dans les post-sevrages puisqu'elle augmente la mortalité et les infections secondaires avec le temps.

Une question qui est généralement posée dans la grippe enzootique est: comment est-il possible qu'un virus causant une infection aiguë chez un animal puisse se maintenir dans un élevage au fil du temps?

D'une part, les truies de remplacement constituent une population sensible à l'infection si les mesures de vaccination ne sont pas prises et il a été observé que les portées de ces truies présentent un risque relatif plus important d'être positives que des portées de truies multipares. Cela serait compatible avec un niveau de protection suboptimal chez ces truies plus jeunes. Compte tenu du fait que dans les systèmes de production porcine actuels, le remplacement peut atteindre près de 50%, les remplacements pourraient jouer un rôle important dans le maintien de cette infection.

D'autre part, les anticorps maternels dérivés du colostrum (AMDC) semblent générer un certain degré de protection, mais nous savons que les animaux en présence d'AMDC peuvent être infectés. Que savons-nous avec certitude du rôle des AMDC dans l’infection du virus de la grippe ? Dans une étude longitudinale menée en Espagne, il a été observé que la phase présentant l’incidence la plus élevée d’infection était la phase de maternité. Il y avait plusieurs aspects surprenants; 1) environ la moitié des animaux infectés avaient des AMDC, 2) seulement une petite proportion (moins de 10%) ont séroconverti dans les 3-4 semaines après l'infection et 3) au moins trois animaux sur un total de 40 infectés dans la phase de maternité ont été réinfectés à 7 semaines de vie. Tout cela serait compatible avec d’autres études dans lesquelles il est démontré que l’immunité passive ne stérilise pas et que ces animaux infectés en présence d'AMDC ne développent pas d’immunité contre la souche d’épreuve, qu’elle soit homologue ou hétérologue, ce qui permet les animaux soient ré-infectés plus tard. En ce qui concerne le rôle des AMDC dans la transmission de la maladie, plusieurs études ont été menées en Amérique du Nord et en Europe. D'une part, nous savons que le taux de base de reproduction de la maladie (R0) est nettement réduit lorsque la protection passive est homologue, atteignant même des niveaux pouvant dans certains cas arrêter la transmission et, éventuellement, au fil du temps. éliminer l'infection de l'élevage. Cependant, lorsque la protection est hétérologue, l’effet est bien moindre, voire négligeable. Il convient de garder à l’esprit qu’il n’est pas rare que, dans les élevages de porcs, plus d’une souche de grippe circule, de sorte que le scénario de l’infection par une souche hétérologue n’est pas exclu. Pour tous ces aspects, il est considéré que les porcelets en présence d'AMDC pourraient constituer le réservoir d'influenza dans un élevage porcin.

Enfin, les élevages sont généralement organisés en bandes de production, de sorte que régulièrement (généralement toutes les deux ou trois semaines) sont sevrés des animaux qui, après un court laps de temps, ils complètement les AMDC. À ce moment-là, les porcs sont sensible à l'infection et ne sont pas protégés de la maladie; on observe alors la grippe ou une grippe récurrente. Logiquement, sur un plan temporel, dans l’exploitation, le virus trouvera toujours des animaux susceptibles d’être infectés, ce qui est particulièrement important dans les élevages naisseur-engraisseurs ou dans les élevages de truies avec sevrage, où le virus peut "sauter" entre lots productifs en maintenant la grippe enzootique dans l'élevage.

En résumé (voir figure 1), les différentes sous-populations d’un élevage de porcs permettent le maintien du virus de la grippe dans une exploitation. Les AMDC ont un rôle qui, au minimum, peut être considéré comme controversé. D'une part, ils peuvent être utiles lorsque l'infection est homologue, bien qu'un titre sous-optimal (jeunes truies) puisse être insuffisant pour contrôler l'infection. D'autre part, ils pourraient jouer un rôle dans le maintien de l'infection en maternité et lorsque les animaux perdent leur immunité, un tableau respiratoire récurrent se produit pendant le post-sevrage. Pouvons-nous améliorer les protocoles de vaccination afin de réduire la transmission et l'impact de cette maladie? Peut-on réduire le risque de transmission par des mesures de biosécurité ? Ce sont des questions qui doivent être étudiées pour connaître plus en détail tous ces aspects, ce qui est essentiel pour améliorer le contrôle de cette infection.

Figure 1: La transmission est plus réduite chez les animaux bénéficiant d'une protection de qualité supérieure (porcelets de multipares) par rapport aux porcelets de primipares. Au stade du post-sevrage, les animaux infectés en présence d'un certain niveau d'anticorps maternels ne développent pas activement l'immunité, de sorte que le virus peut infecter et provoquer une grippe récurrente. Enfin, la présence au même moment de différents lots d'animaux d'âges différents facilite la transmission du virus entre lots productifs, perpétuant ainsi l'infection.

Figure 1: La transmission est plus réduite chez les animaux bénéficiant d'une protection de qualité supérieure (porcelets de multipares) par rapport aux porcelets de primipares. Au stade du post-sevrage, les animaux infectés en présence d'un certain niveau d'anticorps maternels ne développent pas activement l'immunité, de sorte que le virus peut infecter et provoquer une grippe récurrente. Enfin, la présence au même moment de différents lots d'animaux d'âges différents facilite la transmission du virus entre lots productifs, perpétuant ainsi l'infection.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags