Lire cet article dans:

Relation entre le poids vif à la naissance et la mortalité avant sevrage

Un faible poids à la naissance augmente la mortalité pendant la lactation et conditionne la vie productive des porcelets jusqu'à l'abattage. L'article tente de déterminer quel est le seuil de poids à la naissance qui déclenche la mortalité avant sevrage.

Article commenté

Feldpausch JA, Jourquin J, Bergstrom JR, Bargen JL, Bokenkroger CD, Davis DL, Gonzalez JM, Nelssen JL, Puls CL, Trout WE, Ritter MJ. Birth weight threshold for identifying piglets at risk for preweaning mortality. Translational Animal Science. 2019; 3(2): 633-640. doi: 10.1093/tas/txz076

Lire le résumé de l'article

Commmentaire

Un total de 394 portées a été utilisé ; des données partiellement américaines (A ; 216 portées et 2 205 porcelets) et partiellement espagnoles (E ; 178 portées et 1 865 porcelets). La taille moyenne des portées était de 13,18 porcelets nés totaux (12,22 A et 14,34 E) et la mortalité moyenne avant sevrage était de 12,2% (9,6% A et 15,2% E). La génétique était presque exclusivement composée de truies LDxLW et de semence Hampshire en A et de mères LWxLD et de mères Pietrain en E. La durée de lactation variait entre 22 et 28 jours en A et entre 21 et 29 jours en E. La procédure statistique utilisée est basée sur des modèles de régression logistique et est détaillée dans le résumé.

Le résultat montre que le seuil moyen de poids vif à la naissance est de 1,11 kg (1,09 pour E et 1,13 pour A). Dans l'ensemble, 15,2 % des porcelets avaient un poids vif moyen, mesuré pendant les 24 premières heures de vie, égal ou inférieur à 1,11 kg et présentaient une mortalité avant sevrage de 34,4 %, alors que les porcelets plus lourds n'avaient qu'une mortalité de 8,2 %. Les porcelets de moins de 1,1 kg ont presque six fois plus de risques de mourir pendant la lactation que les porcelets plus lourds. Les auteurs montrent d'autres essais réalisés ces dernières années où le poids seuil varie entre 1,0 et 1,2 kg à la naissance.

Figure 1. Effet du poids à la naissance des porcelets sur la mortalité avant sevrage selon diverses études. Les valeurs de Feldpausch et al. (2019) sont basées sur les valeurs de mortalité avant sevrage prévue dans le travail actuel. Les valeurs de Zeng et al. (2018) sont dérivées d'une équation de prédiction publiée par les auteurs. Source : Feldpausch et al., 2019.

Figure 1. Effet du poids à la naissance des porcelets sur la mortalité avant sevrage selon diverses études. Les valeurs de Feldpausch et al. (2019) sont basées sur les valeurs de mortalité avant sevrage prévue dans le travail actuel. Les valeurs de Zeng et al. (2018) sont dérivées d'une équation de prédiction publiée par les auteurs. Source : Feldpausch et al., 2019.

Les résultats suggèrent que le poids vif seuil à la naissance n'est pas constant et dépend, entre autres facteurs, de la prolificité et de la mortalité de base pendant la lactation ; plus la prolificité et la mortalité avant sevrage sont élevées, plus le poids seuil est élevé. Un autre aspect intéressant est le pourcentage de porcelets dont le poids est inférieur au seuil, qui tend à être d'autant plus élevé que la prolificité est importante. D'autre part, on sait qu'il existe trois types de porcelets de faible poids à la naissance : a) les porcelets présentant un retard de croissance intra-utérin (RCIU) dont l'avenir productif est fortement compromis et qui se distinguent des autres par leur tête de "dauphin" et d'autres caractéristiques morphologiques, b) les petits porcelets qui, dans les phases ultérieures, souffriront d'un retard de croissance évident et seront laissés pour compte et c) les petits porcelets qui, dans les phases ultérieures, auront des performances satisfaisantes et pourront même rattraper les autres individus plus lourds à la naissance.

En pratique, en fonction de la prolificité et de la mortalité de base due aux conditions de logement, d'hygiène et de conduite, il n'est peut-être pas aussi important de disposer d'un poids à la naissance seuil directement lié à la mortalité avant sevrage que de pouvoir différencier les trois types de porcelets dits "petits" afin de les engraisser après le sevrage dans des systèmes ou lignes de production différents. En outre, outre la prolificité, il existe au moins deux autres facteurs de conduite décisifs pour obtenir un poids à la naissance plus élevé : 1) s'assurer que la gestation est menée à terme ; la durée de gestation des truies hyperprolifiques dépasse 115 jours et connaître sa durée réelle permet d'optimiser le poids des porcelets à la naissance et 2) obtenir une bonne implantation des embryons et assurer une placentation correcte pendant les deux premiers mois de gestation favorise le développement ultérieur du fœtus. Il est intéressant de noter que l'utilisation incorrecte des techniques développées lors de la saillie (par exemple, l'insémination) et de la mise bas (par exemple, la programmation) augmentera la proportion de porcelets de type "a" et "b", qui sont les plus vulnérables.

Résumé de l'article commenté

Feldpausch JA, Jourquin J, Bergstrom JR, Bargen JL, Bokenkroger CD, Davis DL, Gonzalez JM, Nelssen JL, Puls CL, Trout WE, Ritter MJ. Birth weight threshold for identifying piglets at risk for preweaning mortality. Translational Animal Science. 2019; 3(2): 633-640. doi: 10.1093/tas/txz076

Méthodes : Plusieurs études ont suggéré qu'il existe une relation critique entre le poids des porcelets à la naissance et la mortalité avant sevrage. Par conséquent, l'objectif du présent travail était d'identifier une valeur seuil du poids à la naissance pour la mortalité avant sevrage. Les données sur le poids à la naissance et la survie provenant de deux études portant sur un total de 4 068 porcelets issus de 394 portées dans quatre élevages commerciaux (trois européens et un américain) ont été recueillies pour une analyse groupée de plusieurs études. La mortalité avant sevrage combinant les différentes études était de 12,2%. Les variables clés utilisées dans l'analyse étaient le poids des porcelets à la naissance (mesuré dans les premières 24 heures après la naissance) et la survie correspondante (mort ou vivant) au sevrage, à l'âge de 3-4 semaines. Un modèle de régression logistique à effets mixtes a été ajusté pour estimer la relation entre la mortalité avant sevrage et le poids à la naissance. Un effet aléatoire de l'étude a été inclus pour tenir compte des différences globales de mortalité entre les deux études. Un prédicteur linéaire segmenté a été choisi pour mieux représenter la diminution drastique de la mortalité avant sevrage lorsque le poids à la naissance augmente dans la fourchette de 0,5 à 1,0 kg et le changement moins extrême au-dessus de 1,0 kg. Le point d'inflexion de la relation entre le poids à la naissance et la mortalité avant sevrage a été déterminé en comparant l'ajustement du modèle se basant sur la maximisation des probabilités dans la plage de 0,5 à 2,3 kg de poids à la naissance.

Résultats : Les résultats montrent une relation curviligne entre le poids à la naissance et la mortalité avant sevrage, où le poids seuil était de 1,11 kg. Dans l'ensemble des données combinées, 15,2 % des porcelets avaient un poids à la naissance ≤1,11 kg. Cette sous-population de porcs avait une mortalité avant sevrage de 34,4 % et représentait 43 % de la mortalité totale avant sevrage.

Conclusion : Ces résultats impliquent que les interventions visant à réduire l'incidence des porcelets ayant un poids à la naissance ≤1,11 kg ont le potentiel d'améliorer la survie des porcelets. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour valider le seuil de 1,11 kg comme seuil de risque accru de mortalité avant sevrage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags