Lire cet article dans:

Sangliers (1/2) - risques sanitaires et situation actuelle

Le contact avec les sangliers est plus probable dans les productions en plein air, mais certains agents pathogènes, tels que la maladie d'Aujeszky ou le virus de la peste porcine classique, peuvent conduire à atteindre des porcs logés dans des batiments.

Le contact avec les sangliers est plus probable dans les productions en plein air, mais certains agents pathogènes, tels que la maladie d'Aujeszky ou le virus de la peste porcine classique, peuvent conduire à atteindre des porcs logés dans des batiments.

Cet article décrit les principales maladies que les sangliers peuvent transmettre au porc domestique, leur prévalence et voies de contagion. Il analyse également l'augmentation de la population de sangliers dans toute l'Europe.

1) Quelles sont les principales maladies que les sangliers peuvent transmettre au porc domestique?

Les sangliers et les porcs sont la même espèce, puisque le sanglier est l'ancêtre de notre porc domestique. En conséquence, tous les agents pathogènes du sanglier sont transmissibles au porc, et vice versa. Les principaux problèmes? Cela dépend de la région dont nous parlons. En Europe centrale et orientale, la maladie commune qui a causé le plus de problèmes ces dernières décennies est probablement la peste porcine classique (PPC), dont l'émergence chez les sangliers rend obligatoire le lancement de campagnes de vaccination orale. Heureusement, ces interventions sont couronnées de succès. Mais il y a maintenant deux problèmes encore plus pressants: la peste porcine africaine (PPA) et la tuberculose (TB). La première se développe à travers les pays baltes, la Pologne, la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine. Plus récemment, elle a sauté en Roumanie et en République tchèque et continuera probablement de susciter des inquiétudes dans d'autres pays du continent. La tuberculose apparaît chez les sangliers et les porcs dans de nombreux pays européens, du Royaume-Uni, de la péninsule ibérique, de la Pologne et de la France jusqu'à la Grèce. Mais il est important d'insister sur le fait que, malheureusement, les porcs et les sangliers partagent toutes leurs maladies.

La fourniture de nourriture aux sangliers, que ce soit avec des restes de chasse ou pour éviter les dégâts, nécessite un débat et une réglementation.

La fourniture de nourriture aux sangliers, que ce soit avec des restes de chasse ou pour éviter les dégâts, nécessite un débat et une réglementation.

2) Quelle est la prévalence de ces maladies chez les sangliers?

La prévalence dépend de la biologie de l'agent pathogène (virus, bactérie ou parasite) responsable de la maladie et de la situation épidémiologique. En tout cas, elle n'est pas stable, mais fluctue dans l'espace et le temps en fonction des populations de sangliers et de facteurs environnementaux tels que les caractéristiques de l'habitat et la disponibilité et la distribution de l'eau et des aliments. Prenons, par exemple, la peste porcine africaine, la tuberculose et la trichinellose. La PPA survient généralement à de faibles prévalences, inférieures à 3%, et il est donc nécessaire de prélever un grand nombre de sangliers pour la détecter ou pour écarter sa présence avec sécurité. Par conséquent, une attention particulière est accordée à l'analyse des sangliers trouvés morts ou mourants, où la probabilité de détection du virus est beaucoup plus élevée. Il en va de même pour la trichinellose, où les prévalences sont très faibles. Même ainsi, chaque année il y a des cas et, puisque leur cycle est seulement coupé en éliminant les cadavres infectés, il est fondamental de diagnostiquer chaque carcassse et d'éliminer correctement celles qui sont parasitées. Le cas de la tuberculose est différent. Dans les zones endémiques du sud-ouest de la péninsule ibérique, des prévalences très élevées peuvent être atteintes, supérieures à 60%, qui se produisent même avec de la mortalité des sangliers après le développement de lésions généralisées.

3) Quelles sont les principales voies de contagion? Y a-t-il seulement un risque significatif de contagion chez les porcs qui vivent en extensif?

Encore une fois, cela dépend de la maladie. Chez les sangliers, comme chez les porcs, la contagion peut se produire par contact direct, y compris la consommation de charognes et de restes de chasse, ou indirectement. La transmission du sanglier au porc est généralement indirecte, par exemple en partageant des points d'eau ou des mangeoires. Dans les situations de production en extérieur ou de faible biosécurité, les sangliers peuvent être attirés vers l'élevage par la présence de truies en chaleur ou la disponibilité de nourriture facile. En l'absence de mesures de biosécurité, des cas sporadiques de transmission vénérienne peuvent survenir, par exemple de Brucella suis ou du virus de la maladie d'Aujeszky (AD). Même s'il existe des barrières qui empêchent efficacement le contact direct entre les porcs et les sangliers, la transmission peut toujours se faire par voie aérienne (par exemple, les virus de l'AD ou de la PPC) ou en introduisant dans l'élevage des aliments ou des vecteurs passifs contaminés (avec des bacilles de la tuberculose ou le virus de la PPA par exemple).

Tous les agents pathogènes du sanglier sont transmissibles au porc, et vice versa
Tous les agents pathogènes du sanglier sont transmissibles au porc, et vice versa

4) Y a-t-il une augmentation de toutes les populations de sangliers d'Europe? Pourquoi et qu'est que cela implique ?

C'est la réalité, et c'est une mauvaise nouvelle pour la santé animale, pour l'environnement, pour la sécurité de la circulation routière, pour l'agriculture et même pour la santé publique. Une étude sur le sujet, étudiant des données de plus de trois décennies dans une vingtaine de pays européens, a conclu que, dans tous les cas, il y a une croissance continue des populations de sangliers. En Espagne, les données recueillies patiemment Jose Luis Garrido, de la Fédération de chasse, indiquent que l'abondance des sangliers a été multiplié par dix depuis les années 1980 à nos jours. Au cours de la dernière saison de chasse 2016-2017, plus de 300 000 sangliers ont été capturés, ce qui indiquerait une population totale d'environ un million de ces animaux. Et nous n'avons pas encore atteint la stabilité ce qui fait qu'avec la croissance actuelle on peut prévoir que la population doublera d'ici 2025. La seule exception récente est l'Estonie, où les effets combinés de la mortalité par PPA et de l'intensification la chasse en tant que mesure de contrôle de la PPA ont réussi à inverser temporairement cette tendance. Les causes de ce phénomène sont multiples, y compris les changements dans l'utilisation des terres, avec une grande superficie boisée et plus de cultures irriguées, et une réduction progressive de la population de chasseurs, tant en Espagne qu'en Europe dans son ensemble.

5) Existe-t-il des plans pour contrôler la population de sangliers et surveiller leur état de santé?

Pour contrôler la population de sangliers le rôle de la chasse est crucial: en Europe, c'est le principal mécanisme de régulation. Cependant, les populations continuent de croître, indiquant que l'effort de chasse devrait augmenter pour au moins ralentir cette croissance. Le Dr. Oliver Keuling, expert des sangliers à l'Université de Hanovre, estime que chaque année devrait être retiré 65% des sangliers pour maintenir la stabilité.

En ce qui concerne la surveillance, elle ne se fait pas encore de manière coordonnée et homogène, bien que ce soit quelque chose dont le besoin est démontré, et qui finira par arriver. En ce qui concerne le porc domestique, nous connaissons l'emplacement et la taille des exploitations, et nous surveillons leur état sanitaire. Chez le sanglier, il devrait en être de même, en surveillant à la fois leur abondance et leur santé. Cependant, alors que la santé commence à être surveillée, au moins pour certaines maladies clés telles que les pestes, la surveillance de la population se limite, au mieux, à suivre les résultats de la chasse.

Sangliers dans une bauge. Le nombre et la répartition dans l'espace des sangliers sont déterminés par la disponibilité de l'eau et de la nourriture.

Sangliers dans une bauge. Le nombre et la répartition dans l'espace des sangliers sont déterminés par la disponibilité de l'eau et de la nourriture.

6) Y a-t-il d'autres animaux sauvages ou domestiques qui présentent un plus grand risque?

Pour les porcs, il n'y a pas de plus grand danger que les autres porcs, y compris les sangliers. Cependant, il est évident que certains pathogènes peuvent également être partagés avec d'autres espèces de leur environnement, y compris les carnivores domestiques et sauvages, les oiseaux et, bien sûr, les ruminants, domestiques et sauvages.

Articles liés

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags