Lire cet article dans:

Sevrer sans oxyde de zinc (3/3) : L'importance de l'ambiance, de l'eau et d'autres facteurs.

Avec cet article, nous terminons la série de trois articles que nous avons réalisée avec les explications d'Alberto García et de Chretien Gielen, sur les mesures à prendre en compte pour réduire la diarrhée post-sevrage sans utiliser d'oxyde de zinc. Nous ne pouvions pas terminer sans prêter attention à des aspects essentiels tels que l'ambiance, l'eau, l'utilisation de produits biologiques, etc.

L'ambiance

La diarrhée post-sevrage ne sera pas évitée si les porcelets ne disposent pas d'une ambiance adéquate.

Pour Gielen, la recette est simple : "Deux degrés de plus que dans la salle de mise bas. Dans certains élevages, les salles de mise bas sont toujours très chaudes (24°C-25°C) et dans d'autres, notamment celles qui utilisent des nids pour les porcelets, on parvient à travailler avec des températures plus basses (22°C). Par conséquent, dans la pratique, la température appropriée pour le sevrage se situera entre 26 et 30°C, en fonction de la façon dont les températures sont gérées dans le bâtiment de mise bas. Dans les pièces équipées d'un chauffage par le sol, vous pouvez réduire la température ambiante de 2 degrés. Mais le plus important est d'observer le comportement des animaux, comment ils se couchent, recroquevillés, sur le ventre ? sur le côté ? sur le flanc ? Ils vous informeront de leur confort thermique" (image 1).

Image 1. Porcelets ayant froid

Image 1. Porcelets ayant froid

García nous dit que son objectif est d'avoir 26-27ºC dans la salle. Cela peut ne pas être suffisant pour le plus petit porcelet, on peut alors le renforcer avec une lampe infrarouge, de la paille hachée ou du papier comme celui utilisé en maternité.
Il nous explique combien il est important de surveiller efficacement la température, raison pour laquelle les thermographes ont été généralisés. Certains d'entre eux fonctionnent en temps réel, diffusant en permanence des données et créant des alertes, que l'éleveur et le technicien responsable de l'élevage peuvent recevoir sur leur téléphone portable. Pour d'autres, les données sont stockées sur l'élevage et reçues sur le téléphone mobile lors de l'entrée dans celui-ci. Dans ce cas, il ne s'agit pas d'une information en temps réel, mais elle fournit des informations sur l'évolution de l'environnement au cours des derniers jours et aide donc à interpréter ce qui se passe avec les animaux.

Qualité de l'eau et acidification

Il va de soi qu'une eau contrôlée et de bonne qualité est une condition préalable au sevrage en cas de problèmes de diarrhée.

Garcia : Dans notre entreprise, nous faisons au moins 2 contrôles d'eau par an. Cela comprend une analyse microbiologique et chimique de base, pour autant que l'origine de l'eau soit à "faible risque". Lorsque l'origine de l'eau est plus mauvaise, les analyses sont plus complètes et plus fréquentes (tableau 1).

Tableau 1. Les analyses microbiologiques et chimiques de base indiquées doivent être effectuées au moins deux fois par an.

Paramètre analysé Résultat Unité
Aérobies à 22ºC 100 UFC/ml
Clostridium perfringens 0 UFC/100 ml
Coliformes totaux 1 UFC/100 ml
Entérocoques >300 UFC/100 ml
Escherichia coli 0 UFC/100 ml
Pseudomonas aeruginosa Ausencia en 250 ml
Turbidité 1 UNF
Nitrates 5 mg/l
Nitrites 0,1 mg/l
Conductivité 54,7 μS/cm
Amonniaque 0,06 mg/l
pH moyen 6,7 Uds de pH

Garcia explique également que les acides organiques dans l'eau sont couramment utilisés. Ils sont utilisés tout au long du sevrage et c'est un coût supplémentaire qui est déjà incorporé dans le coût du porcelet. L'objectif est de réduire le pH à 4,5 - 5. Il reconnaît qu'ils ont même travaillé avec des pH plus faibles (pH<4,5) mais ces conditions facilitent la prolifération de levures acidophiles dans les canalisations, qui génèrent du mucus et bouchent les canalisations. Tous ces travaux sont complétés par des contrôles de routine du pH et du chlore libre en bout de ligne.

Gielen ne considère pas qu'il soit nécessaire d'acidifier l'eau "en routine". Pour lui, il ne s'agit que d'un remède ponctuel dans des élevages très spécifiques. Nous devons veiller à ce que la conception permette une bonne qualité et une bonne consommation de l'eau. D'autre part, il explique qu'aux Pays-Bas, l'utilisation d'aliment fermenté dans les élevages présentant des problèmes récurrents a donné de très bons résultats. Il est clair qu'en fermentant les aliments, on les "acidifie" également, mais ils ont d'autres propriétés supplémentaires, comme les bactéries probiotiques, etc.

Ce type d'alimentation nécessite cependant de très bonnes conditions d'hygiène. Sinon, le résultat peut être désastreux.

Utilisation de produits biologiques

La présence d'E. coli à haut pouvoir pathogène est associée à des élevages ayant une prévalence élevée de rotavirus en maternité et même au sevrage. Il y aura toujours des élevages qui, en raison de leurs conditions pathologiques particulières, auront plus de problèmes que d'autres.
Pour García, dans ces élevages, l'utilisation de produits biologiques pour la prévention de la diarrhée colibacillaire sera un outil à prendre en compte. En fait, explique-t-il, c'est déjà le cas même avec l'utilisation de l'oxyde de zinc. C'est pourquoi il s'attend à ce que leur utilisation se généralise.
Gielen nous dit que leur utilisation n'est pas très répandue aux Pays-Bas, même s'il pense que cela est davantage dû à son prix qu'à son efficacité.

Nous terminons les trois articles par les impressions finales des auteurs.

Garcia explique : " Dans notre entreprise, nous partons du principe que 40 % des élevages s'adapteront sans trop de problèmes à une alimentation sans oxyde de zinc. Un autre 40 % devra passer en revue tous les facteurs à l'aide de la liste de contrôle en 90 points que nous avons conçue, et corriger certains aspects détectés. Et enfin, il y aura 20% des élevages qui auront de réelles difficultés en raison de problèmes plus structurels d'installations, de porcelets de mauvaise qualité, ou de problèmes sanitaires généralisés comme le SDRP".

Dans ces trois articles, nous avons abordé différents facteurs nécessaires pour minimiser les problèmes du sevrage sans oxyde de zinc. Nous avons demandé à Gielen de résumer les 3 aspects les plus importants. Il n'y a pas de doute pour lui : tout d'abord, obtenir une consommation d'aliment adéquate du porcelet en maternité ; ensuite, que le porcelet trouve une salle de sevrage préparée, c'est-à-dire propre, sèche et chaude ; et enfin, les soins aux porcelets sevrés avec tout ce que cela implique en termes de stimulation pour manger et boire, de contrôle de la température, etc. pendant les 48 heures suivant le sevrage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés