Augmentation de l’offre

Les impitoyables lois de marché qui régissent le commerce international pénalisent fortement la filière belge, non sans conséquence sur les autres filières européennes.

Le prix en Allemagne a affiché la semaine dernière une stabilité de façade puisque de grands abattoirs, tels Tonnïes et Vion Allemagne ont payé 4 cents sous le prix recommandé par les éleveurs. Le secteur de l’abattage a vu son activité réduite à 4 jours en raison de la fête nationale du mercredi 3 octobre. Sur le marché de la viande, le commerce se durcit avec des concurrences agressives de viandes espagnoles mais aussi, à présent, de la viande belge, écoulée à des prix ultra-compétitifs alors même qu’aucun porc d’élevage n’a été touché par l’épidémie de fièvre porcine. Mais les impitoyables lois de marché qui régissent le commerce international pénalisent fortement la filière belge, non sans conséquence sur les autres filières européennes. Les opérateurs allemands s’attendent toutefois, à moyen terme, à une relance de la demande en fin de mois dans la perspective des achats de fin d’année.

Aux Pays-Bas, Vion a, dès le début de semaine, revu son prix à la baisse de 4 cents, le prix d’acompte danois résiste cette semaine, le marché belge fait face à de gros problèmes de commercialisation et le prix autrichien est reconduit à la suite de son voisin allemand mais dans un contexte de grande nervosité tandis que les offres saisonnières augmentent un peu partout de même que la réticence à congeler de grandes quantités de viande, tant la crainte de la propagation de l’épidémie est présente dans les esprits.

Dans le sud de l’Europe, la baisse des prix a été plus générale : le prix du kilo vif en Espagne se replie de 2 centimes sur fond d’augmentation de l’offre saisonnière. Les poids carcasse sont en hausse, mais restent pour la deuxième semaine consécutive, inférieurs de 1,2 kg aux poids de la même semaine de l’an passé. Les sorties d’élevage sont parfaitement contrôlées par les éleveurs et ce, malgré la hausse de production, puisque sur les 7 premiers mois de l’année, la production espagnole enregistre une croissance de 7,2 % en tonnage, soit 180 000 tonnes de viande supplémentaires à commercialiser de plus en plus sur les marchés extérieurs puisque la consommation intérieure donne, ici aussi, des signes de repli. Pour conserver son attractivité, le prix espagnol va poursuivre sa baisse d’autant plus que la semaine qui débute verra l’activité réduite en raison de la fête nationale, le vendredi 12 octobre.

Le marché italien est également à la baisse de l’ordre de 2 cents. Selon les commentaires italiens, le mois d’octobre est traditionnellement peu favorable aux éleveurs. Le spectre de la FPA plane également sur le commerce malgré l’éloignement des zones contaminées. Pour soutenir le marché de la viande, les abattoirs poursuivent leur politique d’abattage sur 4 jours uniquement.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags