Lire cet article dans:

La Biosécurité à l’intérieur de l’élevage

Souvent, la maladie d’élevage s’installe parce que nous la cultivons.

Vendredi 28 Septembre 2018 (il y a 1 ans 2 mois 9 jours)
J'aime

La Biosécurité est une notion à la mode. Vétérinaire en production porcine depuis plus de 25 ans j’ai pourtant l’impression qu’elle a toujours été au cœur de ma pratique quotidienne. On pourrait lui donner tout un tas d’autres noms plus ou moins savants : épidémiologie ou simple bon sens.

Les éleveurs sont de plus en plus conscients de l’importance de protéger leur élevage de l’introduction de nouveaux contaminants. Notre arsenal de vaccins s’élargit régulièrement. Mais c’est souvent à l’intérieur même de l’élevage, sur les gestes de tous les jours, que nous devons redoubler de vigilance. Souvent, la maladie d’élevage s’installe parce que nous la cultivons.

L’organisation des bâtiments et la marche en avant :

En tant que vétérinaire, nous ne sommes pas toujours consultés lors de la construction de nouveaux bâtiments sur un élevage. C’est pourtant souvent la que tout commence.

Lors de son augmentation de cheptel et dans le cadre du passage des truies en groupe, le premier plan de bâtiment proposé à un éleveur prévoyait de garder le bâtiment existant avec Gestante, Maternités, Post-sevrage et Engraissement et de créer un deuxième bâtiment avec Maternité, Post-sevrage et Engraissement. Une discussion précoce a permis de réorienter le projet : Gestante, Maternités et Nurseries dans l’ancien bâtiment et Engraissements dans le nouveau bâtiment.

L’hygiène au quotidien :

Il est assez facile de se faire une idée du niveau d’hygiène dans un élevage : un vestiaire propre, une pharmacie bien rangée, des couloirs dégagés… mais le diable se cache souvent dans les détails.

Il m’est arrivé d’intervenir dans un élevage où les résultats étaient très bons mais qui était régulièrement perturbé par des épisodes de diarrhée en maternité, des écoulements vaginaux en verraterie, des arthrites sur les porcelets, des mortalités brutales en post-sevrage. L’élevage était récent, le sas d’entrée avec vestiaire, salle de pause, bureau et toilettes bien entretenu. Pour aller dans les maternités et la verraterie, un grand couloir clair et dégagé d’une cinquantaine de mètres avec au fond un couloir perpendiculaire : à droite la verraterie, à gauche les maternités. Pendant que nous cheminions dans ce couloir, je remarque une trace humide sur le mur du fond à environ un mètre de hauteur. Machinalement je note qu’aucun tuyau d’eau ou de soupe ne passe dans les environs. Nous poursuivons la visite et je remarque également qu’il n’y a pas de lavabo dans ce secteur de l’élevage. Intriguée par cette trace d’humidité, je questionne l’éleveur en sortant des maternités : il l’avait pas remarqué et n’a pas d’explication sur son origine. En sortant de la verraterie où nous n’avions trouvé aucune logique sur les cas d’écoulement vaginaux, j’insiste et fini par suggérer que, peut-être, les salariés de l’élevage se serviraient du mur comme urinoir… ce qui, en l’absence de lavabo à proximité dénoterait d’un rapport douteux à l’hygiène. 2 semaines plus tard l’éleveur me rappelait pour organiser une formation sur l’hygiène de base avec son personnel.

Le lavage et la désinfection :

Là aussi, il faut garder un œil critique ; lors des visites d’élevage, il y a souvent des salles en cours de lavage, ou qui viennent d’être lavées, et on aurait tort de ne pas en profiter pour une petite vérification. On découvre alors avec surprise, que les augettes à porcelets ne sont jamais sorties des maternités avant le lavage, que les lampes restent dans la salle, que les tapis ne sont pas soulevés, que la désinfection est terminée mais la fosse pas encore vidée, que les fentes entre le mur et le caillebotis sont colmatées de matières fécales durcies… Sans parler bien sûr de la dose de désinfectant qui n’a pas été vérifiée depuis plusieurs années.

Le lavage des salles est un travail ingrat et pénible, souvent peu valorisé ; il y a beaucoup à gagner en discutant, avec ceux qui en ont la charge, de leur méthode de travail et de l’importance de cette tache dans le bon fonctionnement de l’élevage. J’ai même connu un éleveur qui refusait de déléguer ce travail car il avait compris son importance pour son élevage.

Les injections et les soins :

L’injection est un geste courant en élevage : vaccinations, gestion de la mise bas, traitements individuels… Là aussi il faut réfléchir avant d’agir.

Est que vous imaginez un seul instant que l’infirmière qui va vous faire une injection à l’hôpital vient de piquer votre voisin de chambre avec la même aiguille ? Et bien c’est une pratique courante dans de nombreux élevages. Cette même aiguille servant également à ponctionner le flacon d’antibiotique ou d’antiinflammatoire.

Lors des séances de vaccination, il est souvent intéressant de s’interroger sur le nombre d’animaux vaccinés avec une aiguille à « Usage Unique ».

La conduite en bande et les mélanges :

Chaque fois qu’une nouvelle maladie apparaît (ça a été le cas du SDRP puis du Circovirus) nous redécouvrons les bienfaits de la conduite en bande stricte et de la limitation des mélanges d’animaux, entre les bandes, entre les rangs de portée, entre les portées. Et chaque fois que la situation s’améliore, que les vaccins deviennent disponible, on oublie !

Aujourd’hui encore, avec l’augmentation de la prolificité au-delà des capacités d’allaitement des truies, nos élevages se préparent, pour certains, des lendemains difficiles en oubliant, dans l’euphorie des résultats, ces éléments de base de la conduite sanitaire. Il y aura encore du travail pour les vétérinaires !

Articles

La préparation des cochettes : l'adaptation sanitaire05-Oct-2018 il y a 1 ans 2 mois 2 jours
Immunonutrition chez le porc21-Sep-2018 il y a 1 ans 2 mois 16 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags