Lire cet article dans:

Le système immunitaire et l’immunité chez le porc : caractéristiques générales

Cet article nous introduit dans le monde complexe de l’immunologie porcine

Les animaux ont la capacité de répondre et de résister à l'invasion de micro-organismes (immunité) grâce à un système très complexe et spécialisé (système immunitaire) d'organes, de tissus et de cellules dédiées à la surveillance, la détection, la réaction défensive et l'élimination des agents étrangers, et donc potentiellement pathogènes.

Pour contrer cette attaque, il s’établit une réaction de défense (réponse immunitaire), après la reconnaissance et la liaison entre les cellules et les molécules du système immunitaire et l'agent pathogène; cette réponse immunitaire vise à éliminer le pathogène de l'organisme (élimination et protection immunologique) et de renforcer la mise en place de la «mémoire immunologique» basée sur la survie de cellules capables d'activer une réponse immunitaire spécifique etplus efficace (cellules de mémoire) lorsque elles rencontrent à nouveau le même agent pathogène (figure 1).

Figure 1. Phase d’apparition, d’activation et de progression de l'immunité innée et spécifique contre un agent pathogène.  
Figure 1. Phase d’apparition, d’activation et de progression de l'immunité innée et spécifique contre un agent pathogène.  

Le système immunitaire est organisé dans les organes et les tissus lymphoïdes. Ils sont classés comme organes lymphoïdes primaires ou secondaires selon leur fonction, s’ils sont sur le site de production et de différenciation des lymphocytes ou s’ils sont impliqués dans la capture des antigènes et l'activation immunitaire.

L'immunité peut être innée (ou naturelle) ou acquise (ou spécifique). Ce sont différents types de réponses, mais ils sont étroitement coonectés et corrélés.

L'immunité innée est la première ligne de la reconnaissance et de défense contre les agents pathogènes et elle est essentielle à la fois pour l'activation efficace de l'immunité spécifique et pour sa réponse effective. La réponse immunitaire innée est basée sur une activation rapide et à court terme de cellules situées dans les tissus (cellules épithéliales et cellules résidentes des tissus), sur une production précoce de cytokines pro-inflammatoires et sur le recrutement et l'activation des cellules du système immunitaire inné (macrophages, cellules NK – natural killer-, cellules dendritiques, etc.).


Vidéo 1 : Immunité innée

L’immunité acquise ou spécifique, divisée en immunité humorale et en immunité à médiation cellulaire (CMI), se caractérise par une réponse spécifique contre un antigène bien défini. Elle est capable de reconnaître ceux qui sont des composants "propres" de l’organisme et, par conséquent, tolérés, et ceux qui sont des éléments «non-propres» (agents étrangers) qui doivent donc être arrêtés et éliminés. Cette réponse prend du temps pour sélectionner et activer les cellules immunitaires qui reconnaissent spécifiquement un agent pathogène et se développe donc plus lentement que l'immunité innée. Cependant, elle est plus efficace et plus durable. En fait, les cellules qui ont "mémorisé" le premier contact (activation immunitaire primaire) sont libérées et persistent dans le sang et sont prêtes à répondre plus efficacement et rapidement (activation immunitaire secondaire) à des expositions ultérieures au même antigène.


Vidéo 2 : Immunité acquise ou spécifique

Une différence classique entre l'immunité innée et l’immunité spécifique est la capacité de cette dernière à établir une mémoire à long terme après la rencontre et l'activation contre un antigène / pathogène particulier. Les immunologistes étudient actuellement si le système de reconnaissance naturelle peut également être impliqué dans une forme de «mémoire immunitaire innée».

Dans le même temps, les chercheurs tentent de comprendre pourquoi et comment, dans certains cas, l'activation immunitaire peut causer des maladies.L’hyperactivité ou le manque de contrôle peuvent provoquer des phénomènes allergiques (hypersensibilité) et des lésions tissulaires (inflammation aiguë ou chronique). Le manque de tolérance contre les propres composants de l'organisme peut déterminer la présence de maladies auto-immunes (figure 2).

Une autre question intéressante est la connexion et l'interaction entre l’immunité et la réponse neuro-endocrinienne (réseau neuro-immunitaire). Au cours d'une infection, l'activation précoce de la réponse neuro-endocrinienne peut aider l'immunité innée et est également impliquée dans le contrôle tardif de la réponse immunitaire et l'inflammation. En outre, la persistance d’une infection peut affecter négativement la régulation neuro-endocrinienne, provoquant une augmentation du catabolisme et en réduisant les niveaux de croissance. La réponse neuro-endocrinienne peut influencer négativement l'efficacité de la réponse immunitaire une fois que l'organisme est exposé aux facteurs de stress.

Figure 2a. Interaction entre immunité et réponse neuroendocrinienne : réponse inflammatoire et immunitaire équilibrée et contrôlée qui conduit à la protection clinique et immunologique.

Figure 2a. Interaction entre immunité et réponse neuroendocrinienne : réponse inflammatoire et immunitaire équilibrée et contrôlée qui conduit à la protection clinique et immunologique.

Figure 2b. Interaction entre immunité et réponse neuroendocrinienne dans l’évolution non contrôlée de l’immunité / inflammation : l’inflammation chronique ou l’infection persistante sont associées à des troubles métaboliques.

Figure 2b. Interaction entre immunité et réponse neuroendocrinienne dans l’évolution non contrôlée de l’immunité / inflammation : l’inflammation chronique ou l’infection persistante sont associées à des troubles métaboliques.

Un concept important, en particulier pour la vaccinologie est le «système immunitaire commun de la muqueuse." Ceci est basé sur le fait que l'exposition à un antigène qui se produit sur une surface spécifique de la muqueuse entraîne également une réponse effectrice dans d’autres surfaces muqueuses éloignées des. Cela dépend des lymphocytes B et T de mémoire qui peuvent migrer des vaisseaux lymphatiques vers le sang et arriver vers d'autres surfaces. Par conséquent, l'activation primaire se produit sur une surface muqueuse spécifique (par exemple, l'intestin) et la réponse secondaire peut également avoir lieu dans une région muqueuse éloignée (par exemple, les poumons, la glande mammaire, le système urogénital).

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés