Lire cet article dans:

Progrès concernant l'insémination artificielle chez les truies nullipares

Les différences morphologiques dans la paroi et le canal du col de l'utérus entre truies multipares et nullipares nécessitent des dispositifs d'IA profonde adaptés aux caractéristiques des nullipares.

Au cours des dernières décennies, l'insémination artificielle (IA) chez le porc a pris un virage radical avec l'introduction de nouvelles méthodologies telles que l'IA post-cervicale. En bref, ce type d'IA consiste en le dépôt du sperme dans le corps de l'utérus avec une canule interne de petit diamètre traversant l'intérieur d'un cathéter d'insémination traditionnel (cervical). Bien que cette technique ait montré une efficacité de plus de 95% chez les truies multipares (Watson et Behan, 2002, Bennemann et al., 2004), elle présente certaines limites, notamment chez les jeunes truies. En fait, son application réussie est plus faible chez les truies primipares (~ 86%, Sbardella et al., 2014) et très réduite chez les truies nullipares (~ 20%, Hernández-Caravaca et al., 2017). Tout cela suggère que la limite dans l'application de l'IA post-cervicale chez les jeunes truies (en particulier chez les nullipares) est due à des raisons morphologiques et, par conséquent, associées au développement, bien qu'aucune preuve n'ait été apportée à ce jour.

C’est la raison pour laquelle nous avons entrepris une étude comparative du système reproducteur entre les truies nullipares et multipares, en portant une attention particulière au col de l’utérus, car c’est là que réside le principal problème de l’application de l’IA post-cervicale, c’est-à-dire de la difficulté à traverser la partie la plus crânienne de cet organe à travers la canule interne du dispositif d’insémination. Grâce à cette étude, nous avons pu vérifier différents aspects significatifs qui confirment l'existence de différences morphologiques. Premièrement, comme on pouvait s'y attendre, la longueur de l'ensemble vaginal-vagin-col est plus grande chez les truies multipares que chez les truies nullipares. En outre, l'épaisseur de la paroi cervicale dans la partie la plus crânienne du col de l'utérus (partie proximale du corps de l'utérus) est plus élevée chez les truies multipares, mais similaire à celle des nullipares dans la partie la plus proche du vagin. De la même manière, la composition du tissu est différente entre les deux types de truies: le tissu musculaire des truies nullipares est proportionnellement plus grand que celui des multipares, ce qui suggère un tonus musculaire plus faible de cette zone chez les truies multipares, ce qui faciliterait la progression de la canule interne au cours de l'IA post-cervicale. Enfin, les moules en silicone obtenus à partir du canal cervical fournissent une information visuelle très révélatrice.

Figure 1. Col utérin de truies nullipares et multipares.

Figure 1. Col utérin de truies nullipares et multipares.

Comme nous pouvons le voir dans la Figure 1, les différences trouvées dans la morphologie du canal cervical sont significatives, car chez les truies multipares, son calibre plus grand que chez les truies nullipares est évident , en particulier dans la partie la plus crânienne. Des reconstructions numériques du canal cervical ont été réalisées à partir de ces moules (Figure 2).

Figure 2. Représentation 3D numérique du col utérin (coupe longitudinale médiane) de truies nullipares et multipares obtenues après numérisation (scanner NextEngine Desktop 3D, modèle 2020i) des moules endoluminaux.

Figure 2. Représentation 3D numérique du col utérin (coupe longitudinale médiane) de truies nullipares et multipares obtenues après numérisation (scanner NextEngine Desktop 3D, modèle 2020i) des moules endoluminaux.

Avec tout cela, il ne fait aucun doute que les différences morphologiques dans la paroi et le canal du col de l'utérus entre ces deux types de truies montrent des preuves évidentes qui résolvent l'incertitude de la faible applicabilité actuelle de l'IA post-cervicale chez les truies nullipares. Par conséquent, chez ce type de truies, la conception des dispositifs d'IA profonde (au-delà de l'IA cervicale traditionnelle) doit prendre en compte les aspects morphologiques mentionnés. C'est pourquoi nous avons testé un nouveau dispositif d'IA adapté et redimensionné aux caractéristiques anatomiques particulières de ce type de truies. Un dépôt séminal cervical profond est réalisé (Figure 4) en raison de la difficulté à traverser tout le col de l'utérus pour atteindre le corps de l'utérus, comme nous l'avons vu dans l'étude anatomique.

Figure 3. Dimensions du nouveau dispositif d'IA conçu pour l'insémination intracervicale profonde chez les femelles nullipares.

Figure 3. Dimensions du nouveau dispositif d'IA conçu pour l'insémination intracervicale profonde chez les femelles nullipares.

Figure 4. Représentation de la disposition du cathéter IA dans l'appareil génital femelle pendant l'IA. Les dimensions ont été mesurées à partir d'inséminations et des voies génitales de truies nullipares à l'abattoir.

Figure 4. Représentation de la disposition du cathéter IA dans l'appareil génital femelle pendant l'IA. Les dimensions ont été mesurées à partir d'inséminations et des voies génitales de truies nullipares à l'abattoir.

Avec ce nouveau dispositif, un test sur le terrain a été réalisé sur plus de 1 000 truies nullipares (avec 1 ou 2 chaleurs précédemment détectées, 142,31 ± 8,27 kg de poids vif) où une application réussie a été réalisée dans 89% des inséminations. Par la suite, nous avons comparé les données de reproduction obtenues après l’IA (taux de gestation et de mise-bas, nombre de porcelets nés) avec une IA cervicale, mais en utilisant un nombre inférieur de spermatozoïdes (cervicale profonde: 1,5 × 109/45 ml par rapport à cervicale: 2 , 5 × 109/85 ml), ne montrant aucune différence significative dans les deux groupes, ce qui démontre l'efficacité de la nouvelle technique.

Avec ces nouvelles études, nous entendons approfondir nos connaissances sur la physiologie et l'anatomie de la femelle porcine et ainsi pouvoir progresser dans l'amélioration de l'IA et d'autres aspects de cette espèce d'élevage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags