Lire cet article dans:

Celles par qui le scandale arrive

Le changement d'origine du renouvellement est toujours une décision difficile. La surveillance par analyses avant l'introduction n'est pas suffisante.

Il s'agit d'un élevage de 2000 truies reproductrices avec un système de production en trois phases. Le renouvellement vient d'un multiplicateur propre et ils disposent d'élevages externes pour la croissance des futurs reproductrices de 20 à 100 kg, après quoi elles sont introduites dans l'élevage. Dans ces élevages, nous effectuons une grande partie du programme sanitaire et de surveillance avant qu'elles entrent dans l'élevage de production. L'élevage de production de porcelets à 6 kg est positif et stable en SDRP, et négatif en dysenterie, gale et rhinite.

Le programme de sélection est basé sur les points suivants:

  1. Programme de sélection des nullipares
    • Toutes celles qui pèsent moins de 1 kg à la naissance sont éliminées en tant que futures reproductrices.
    • Avant de les envoyer dans les élevages à20 kg, une autre sélection est faite, en évaluant l'intégrité des aplombs, la ligne mammaire et l'évolution générale.
    • Dans les élevages, et avant d'entrer dans l'exploitation, les aplombs, les mammelles et le développement génital sont vérifiés.
  2. Programme sanitaire du renouvellement.
    • Au sevrage, les hybrides sont vaccinés, de même que les jeunes mâles, avec contre le PCV2 et les mycoplasmes.
    • Dans la période d'élevage qui couvre la période 20 à 100 kg, les vaccins suivants sont appliqués:
      • Vaccination aux 10 semaines environ et revaccination aux 4 semaines d'intervalle:
        1. Aujeszky et grippe.
        2. Vaccin vivant contre le SDRP.
        3. Circovirus et Mycoplasme. Ce vaccin est important parce que, depuis que la vaccination massive contre le PCV2 a été effectuée, l'excrétion du virus a été significativement réduite et de nombreuses nullipares négativess à ce virus entrent en fin de période d'élevage. Avant la vaccination chez les porcelets, tous les animaux à la fin de la période d'engraissement étaient positifs pour le circovirus.
      • À l'âge de 27 semaines: vaccin inactivé contre le SDRP.
      • A 29 semaines et revaccination après 4 semaines: vaccin parvovirus et rouget.

L'idée est de terminer le programme de vaccination à 36-38 semaines de vie, un mois avant d'entrer dans la zone d'insémination. Pour différentes raisons sanitaires , il a été décidé d'arrêter l'entrée de cette origine et donc nous sommes sans nullipares à inséminer (figure 1). Les conséquences de cet événement ont été:

  • Chute du nombre d'inséminations hebdomadaires en raison de l'absence de nullipares.
  • La réforme a été réduite pour essayer de maintenir l'objectif d'inséminations: des truies qui en d'autres occasions auraient été éliminées ont été maintenues
  • L'augmentation des truies de plus de 7 mises-bas a augmenté la variabilité de la prolificité et de la qualité des porcelets (les truies ont une production plus faible et des coûts alimentaires plus élevés).

Graphique 1 : Evolution des inséminations dans l'élevage

Graphique 1 : Evolution des inséminations dans l'élevage

Pour atteindre l'objectif d'inséminations, il a été décidé d'acheter des nullipares à partir d'une source externe. Les nullipares ont été introduites à 100 kg, avec un statut sanitaire supérieur à celui de l'élevage et de meilleurs indicateurs techniques de prolificité.

Ces cochettes sont entrées dans une zone éloignée, et le programme d'adaptation a été lancé, qui était essentiellement celui qui avait été appliqué de façon routinière aux nullipares du multiplicateur propre , mais, pour réduire le temps d'adaptation, on a combiné les vaccinations avec trois semaines d'intervalle entre la vaccination et la revaccination.

Efficience des nullipares externes

L'efficience reproductive du lot fut bonne. Moins de 2% des nullipares entrées ont été éliminées et les retours ont été inférieurs à 6%. Dans les mise-bas il y a eu un plus grand nombre de porcelets nés totaux (augmentation de 1,2 porcelet). Comme il est normal et déjà prévu, le poids à la naissance des porcelets était plus faible et la variabilité des poids a augmenté.


Début du processus pathologique dans l'élevage

Dans les mises-bas des cochettes, dans les premiers jours après la naissance, il y a eu un processus de diarrhée chez les porcelets qui a causé une perte importante de l'état corporel (photo 1). Les traitements antibiotiques n'ont pas corrigé les symptômes, bien qu'ils aient réduit la sévérité du processus et la mortalité des porcelets. C'est-à-dire qu'il y a eu une augmentation du nombre de porcelets ayant subi une perte de poids et ayant fini par mourir ou générant une augmentation significative du nombre de porcelets retardés.

Photo 1: Primipare avec une forte diarrhée chez les porcelets dans les premiers jours de la vie.

Photo 1: Primipare avec une forte diarrhée chez les porcelets dans les premiers jours de la vie.

La diarrhée et le retard ont causé une perte du développement mammaire des truies, en raison d'une vidange partielle du lait de la glande mammaire (photo 2).

Photo 2: Involution mammaire dans les premiers moments de la phase de lactation.

Photo 2: Involution mammaire dans les premiers moments de la phase de lactation.

La perte de qualité des porcelets s'est reflétée en post-sevrage en raison de la mauvaise qualité des porcelets au sevrage.

Approche diagnostique

Les conditions d'ambiance et de logement ont été évaluées et la conduite des animaux a été révisée par la suite.

Nous utilisons une liste de contrôles de base, qui nous informe des causes possibles de la diarrhée qui ont une origine dans la gestion de la mise bas (tableau 1)

Tableau 1: liste de contrôles en maternité

Conditions à risque Effet Conditions optimales Effet
Ambiance Température de la salle >28ºC <14ºC • ↓ consommation d'aliment et production de lait
• Altération du bien-être
• Thermoneutralité de la truie (18-22ºC) sans courants d'air • ↑ consommation aliment et lactation
• ↑ lait
Température de la plaque Froide • Ecrasements • Papier buvard
• Plaque chaude
• 36-38ºC
• Lampe supplémentaire
• Séchage rapide
• Repos sous la plaque
• ↓écrasés
Alimentation reproductrice Abreuvoirs truie Débits inférieurs à 2 L/m • ↓ production de lait
• ↓Qualité physicochimique et microbiologique eau
• >2 L/m
• Eau propre et fraîche
• Abreuvoirs à niveau
• Supplémentation
• ↑ consommation aliment lactation
• ↑ lait
Mangeoires truie Sales
Restes
fermentations
• Nettoyage
• Accessibilité
Courbe alimentation Alimentation inadaptée en deuxième moitié de la gestation Possible oedème mammaire Revoir les niveaux gestation et lactation ↑ production de colostrum et de lait en début de lactation
Aliment Types et consommations
Vide sanitaire, nettoyage et désinfection Vide sanitaire <3 jours de vide
Humidité
• ↑ pression d'infection
• Présence de diarrhées
• Séchage
• >3 jours
• ↓ de la pression d'infection
Nettoyage et désinfection Absence de nettoyage et désinfection • Détergent
• Nettoyage des fosses
• Rotation des désinfectants

Des échantillons ont été envoyés au laboratoire, des écouvillons rectaux et du contenu intestinal (tableau 2) de porcelets non traités. Une PCR a été demandée pour les coronavirus, les rotavirus et les facteurs de virulence de E. coli. Si dans cette première approche des données concluantes n'ont pas été obtenues, l'histopathologie allait être effectuée.

Tableau 2: Résultats des échantillons de contenu intestinal

Identification échantillon Nutri pool fèces
Rotavirus A +
Gastroentérite Transmissible (TGEV) -
Diarrhée Epidémique Porcine (PEDV) -

Dans les prélèvements rectaux (tabla 3) est apparu un E. coli sans facteurs de virulence, qui complique très probablement, le tableau clinique des porcelets et provoque une mortalité plus élevée.

Tableau 3: Résultats des échantillons des écouvillons

Souche Adhésines Toxines
F4 (K88) F5 (K99) F41 F6 (987P) F18 LTI ST-Ia ST-II Stx2
E. coli spp - - - - - - - - -
E. coli spp - - - - - - - - -
E. coli spp - - - - - - - - -

Au cours des autopsies, on n'a vu que des intestins translucides , ce qui laissait suspecter une perte importante des villosités intestinales. Le rotavirus provoque la destruction des entérocytes matures, leur lieu de réplication. La prolifération d'entérocytes immatures provoque une diarrhée due à leur activité sécrétrice. Chez certains animaux, une certaine congestion de l'intestin et une diarrhée jaunâtre ont également été observées.

L'utilisation d'antibiotiques pour le traitement de ces diarrhées dans lesquelles l'agent initiateur est un virus puis qui sont compliquées par des bactéries provoque des variations importantes du microbiote du porcelet et de son intégrité intestinale, ce qui empêche son bon développement (photo 3). ).

Photo 3: Porcelets se r&eacute;tablissant du processus ent&eacute;rique caus&eacute; par le rotavirus et les complications bact&eacute;riennes, apr&egrave;s un traitement antibiotique.

Photo 3: Porcelets se rétablissant du processus entérique causé par le rotavirus et les complications bactériennes, après un traitement antibiotique.


Approche thérapeutique

Tout d'abord, la rétroalimentation avec des fèces d'animaux atteints peut être utilisée en les donnant à des nullipares gestantes un mois avant la mise-bas. Cette mesure apporte généralement de bons résultats, bien qu'elle présente certains inconvénients et présente un risque sanitaire très important. Les inconvénients rencontrés en appliquant cette méthode sont:

  • Il est essentiel d'inactiver le chlore de l'eau dans laquelle on met les fèces avec du lait ou du thiosulfate;
  • Parfois, il n'y a pas assez de diarrhée pour la récolte avec une chiffonnette et des contenus intestinaux sont ajoutés. Dans les élevages positifs en SDRP, c'est un risque important (bien qu'ils soient stables, il y a toujours un % d'animaux qui peuvent être virémiques)
  • Le matériel provenant de porcelets de plus de 5 jours ne doit pas être utilisé. Après cette période, nous pouvons immuniser contre le rotavirus, car il est très omniprésent et une faible dose infectieuse est nécessaire, mais la transmission d'autres pathologies présentes dans l'élevage est possible.

Pour tous ces inconvénients, nous sommes d'avis de ne pas utiliser ou de recommander la rétroalimentation fécale.

Dans notre cas, les actions pour résoudre ce problème ont été:

  1. Comme nous disposions d'un vaccin contre la colibacillose et la toxine et Clostridium perfringens de type C (contenant le rotavirus A vivant atténué ), nous effectuons la vaccination des cochettes gestantes à 60 et 90 jours de gestation. L'objectif était d'obtenir une forte concentration d'anticorps dans le colostrum. Le colostrum est toujours un reflet de l'histoire immunitaire de la truie.

    La vaccination, dans ces cas, est l'alternative thérapeutique la plus sûre et la plus efficace, bien qu'une immunité passive des porcelets via le colostrum doive être assurée.
  2. Suivi de la prise de colostrum des porcelets, en vérifiant que les animaux de moindre poids et ceux qui avaient souffert de stress thermique ou de stress à la mise-bas prenaient du colostrum dans les premières heures après la naissance. La chaleur supplémentaire et le papier pour que les porcelets sèchent rapidement, sont des alternatives utiles pour augmenter la vitalité des porcelets.
  3. Le suivi de l'hygiène et de l'alimentation de la truie durant la période de transition entre les derniers jours de gestation et les premiers jours de lactation est fondamental pour éviter un œdème mammaire et une hypogalaxie (photo 4). Dans ces deux cas, il existe un processus clinique dû à des déficiences dans la production de colostrum. Des précautions particulières doivent être prises avec l'augmentation de la quantité d'aliment dans le dernier tiers de la gestation et la période de péripartum: non seulement des troubles peuvent se produire dans la production de colostrum, mais cela peut également conduire à des troubles de production de lait de la truie après la mise-bas.

    Photo 4: &OElig;d&egrave;me mammaire dans le p&eacute;ripartum

    Photo 4: Œdème mammaire dans le péripartum

  4. Comme cela est logique, des mesures d'hygiène strictes ont été maintenues en maternité pour réduire la pression d'infection. Le nettoyage de la maternité avec de la mousse, afin de limiter la charge virale sur les côtés du caillebotis des porcelets, est essentiel. L'utilisation de mousse permet au désinfectant d'atteindre facilement tous les coins du caillebotis. Le nettoyage doit être effectué en profondeur, en essayant de nettoyer les fosses à lisier et en baignant les truies à leur entrée en maternité. Les truies et le sol doivent être laissés sécher avant les mise-bas après avoir appliqué la mousse avec de la chlorhexidine.
  5. Il est nécessaire d'observer la vitalité des animaux pendant la mise-bas car il en résulte une bonne ou une mauvaise prise de colostrum. Il est essentiel de surveiller la température de la truie et la durée de la mise-bas.

Conclusions

  • Nous ne savons pas si le rotavirus était dans l'élevage ou si les cochettes venant de l'extérieur l'ont amené, il est certain que le processus entérique à rotavirus, avec les infections secondaires à colibacilles, a aggravé le processus clinique et a augmenté les jours de guérison clinique, qui elle a aggravé l'état des porcelets au sevrage et augmenté la mortalité et la perte de production laitière.
  • Les changements dans l'origine sanitaire des futurs reproductrices sont toujours des décisions difficiles. La surveillance par des analyses avant l'introduction de nouveaux animaux dans l'élevage n'est pas suffisante.
  • Les processus entériques en lactation ont, chaque jour, une incidence plus élevée. Il faut appuyer encore sur l'utilisation des mesures de vaccination, sur la conduite des animaux et sur les protocoles de nettoyage et désinfection cases de maternité pour abaisser la pression d'infection: cela devrait être notre principal objectif.
  • La vaccination seule ne garantit pas de succès si on ne contrôle pas la prise de colostrum correcte des porcelets décochée et sin on ne traite pas précocément tout incident affectant le colostrum produit et la quantité de colostrum ingéré par les porcelets. Une que tous les paramètres de conduite ont été corrigés, l'utilisation des vaccins contribueront à la réussite

L'augmentation de la prolificité qui a eu lieu au cours des dernières années a conduit à réduire l'ingéré de colostrum par individu: un poids de naissance plus faible conduit à une moindre vitalité, et donc une moindre aptitude à une bonne prise de colostrum .

Articles liés

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags