Forum

BRAVO LES MARNAIS

 Béarnais

301 05-Fév-2010 19:20 (il y a 12 ans 11 mois 22 jours)

Eleveurs marnais:

Bravo pour vos vidéos,
Bravo pour vos actions,
Bravo pour votre dynamisme !

Avec un bémol pour le suivi des porcelets lâchés. Là, permettez moi de vous le dire, vous avez merdé !

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/lachers-de-porcs-des-associations-portent-plainte-contre-des-eleveurs-20-01-2010-746186.php

Mais avez vous tout compris ?

Un de nos présidents a dit:

""Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent. "

Seuls les FAITS comptent, pas les paroles.

Et cela est un fait:

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-La-Legion-d-honneur-au-couple-Leclerc-_3634-1192491_actu.Htm

De plus, il n'y a pas de lien direct entre le prix en rayon et le cours du porc. En 2009, la baisse de la production a été annulée par la baisse des exportations. Les GMS n'ont rien à voir avec cela.
Les GMS font leur travail qui est d'acheter les porcs le moins cher possible aux abattoirs.
A nous d'inciter les abattoirs (coopératifs) à s'organiser pour mieux négocier.
A nous aussi d'arrêter d'apporter en direct nos porcs aux abattoirs. Un marché existe, qui doit traiter plus de volume alors UTILISEZ LE !



 eleveurmarnais

302 06-Fév-2010 0:22 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

ok pour les porcelets mais cela ne sait pas passé comme écrit dans la presse . Comment dire la vérité? le mieux s'est de ne plus en parler et de ne plus recommencer.
 francois

303 06-Fév-2010 9:33 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

merci les marnais pour le travail realise sur la com nous devons continuer ...
un point sur l avancee des combats aujourd hui nous pouvons ( les eleveurs ) faire bouger les choses apres avoir rencontre les abattoirs de nos zones a faible densite puis les salaisons (en ce moment ) chez qui les pifo les aostes les madranges et consors il apparait que pour les semmaines qui viennent la hausse ne passera pas entre autre le jambon .
apres analyse on voit que meme si le cadran veut suivre ( un tout petit peu ) les autres cotations c est rungis qui ne suit pas .
donc deux propositions :
- on continue la pretion sur les salaisons et abattoirs
- on denonce une foi pour toutes la valse des valises au cadran
- on commence a agir sur rungis

sacre programme mais je dois vous dire qu aujourdhui la lumiere commence a poindre dans tout cela car les acteurs de notre mise a mort sont la !!!
ne lachons pas car ils vont nous lacher qques cent pour nous calmer dans les semaines qui viennent ( salon )
il nous faut refonder la maniere de payer les porcs federons nous par departements et continuons le mouvement paris ne peut rien pour nous ...
 lili

304 06-Fév-2010 12:22 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

allez sur le site apli puis appi vous trouverez la solution.
 sity

305 06-Fév-2010 13:12 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

Rungis est L'ESTOMAC de la France et bousculer les habitudes de celui- ci ne sera pas une mince affaire mais bon pourquoi pas,il faut tout faire péter, bousculer et déranger à max...
 y en a marre

306 06-Fév-2010 18:38 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

Je n'arrive pas à y aller sur le site de l'APPI , comment fait on vraiment ?
Une suggetion : ne peut on faire une grande manifestation qui aurait lieu le Dimanche. Comme cela il n'y aurait pas de problèmes de MB , IA , sevrage ,etc.Et en plus toute la famille pourrait venir , donc le nombre serait multiplié par 4 ou 5.
En tout cas moi c'est ce qui m'arrangerait le plus.
 pas content

307 06-Fév-2010 18:49 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

Les salaisonniers ne veulent pas répercuter les hausses.
Appel au président du 62; Si tu veux que les Marnais te donnent un coup de main chez Herta ; Fait nous signe.La cocotte est toujours sous pression.
 pascal

308 06-Fév-2010 19:51 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

le site de l'appi :


WWW.APPI.APLI-NATIONALE .ORG
 eleveurmarnais

309 06-Fév-2010 20:45 (il y a 12 ans 11 mois 21 jours)

Les distributeurs français adorent les charcuteries étrangères. Hormis quelques coups spectaculaires, les enseignes se font peu de concurrence sur les prix. A l’inverse, côté fournisseurs, l’arrivée de nouveaux intervenants exacerbe la compétition.

Charcuteries étrangères

Le marché des charcuteries étrangères est très intéressant. Pas tant par la place qu’il prend en rayon (les Italiens et les Espagnols, réunis, n’assurent par exemple qu’un petit quart du chiffre d’affaires des jambons secs), mais par les marges qu’il génère.

Jouissant d’une bonne image auprès des Français, nombre de spécialités étrangères sont vendues confortablement par les distributeurs, à l’abri des bagarres sur les grandes marques (nationales) du rayon. Ce matelas de marge permet aussi, de temps en temps, de dynamiser la coupe avec quelques promos percutantes (en assumant le risque qu’un prix divisé par trois laisse transparaître le dit niveau de marge).

Hormis ces promos, donc, les enseignes n’ont guère d’inquiétudes à se faire sur la fixation des prix de vente. Ce qui ne les empêche pas de vouloir améliorer leurs conditions d’achat. Justement, depuis deux ans, les centrales voient défiler avec plaisir de nouveaux interlocuteurs : de gros industriels italiens, qui n’avaient pas encore cherché à s’installer sur le marché français.

Après Montorsi, Citterio ou Beretta, ce sont en effet des groupes comme Parmacotto, Rovognati et, depuis cette année, GSI (Grandi Salumifici Italiani), avec ses 499 M€ de CA, qui poussent la porte des enseignes.
Une religion qui n’interdit pas les MDD

A chaque fois, le discours caresse les oreilles des acheteurs : usines certifiées, qualité contrôlée, grandes capacités de production (logistique à l’avenant) et, la plupart du temps, une religion qui n’interdit pas les MDD. Pas étonnant que les assortiments à marque de distributeur se développent à un rythme effréné.

En face, les Espagnols défendent leur pré carré. « Nos charcuteries nationales ont trouvé leur place en France, pas seulement sur le segment des prix bas, expose Josep Buixeda, manager export pour le groupe Noel. Le créneau est plutôt celui du bon rapport qualité-prix. » Cela dit, la demande de remises promotionnelles se fait de plus en plus pressante.

« J’ai rarement organisé autant de promos en France, reconnaît Josep Buixeda. Avant, le rythme était de quatre opérations par an et par client. Aujourd’hui, c’est une par mois, avec un programme bouclé jusqu’en avril ! »

« Tant mieux si les Italiens sont plus compétitifs, parce qu’ils faisaient payer trop cher leur jambon, tacle un autre fournisseur ibérique. L’avantage des charcuteries espagnoles est qu’elle génèrent davantage de marges pour les distributeurs français. Un développement des ventes de Serrano leur est plus profitable que de nouvelles ventes de Parme. »

Avec de genre de compétition, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les acheteurs en centrale adorent le marché des charcuteries étrangères.

Linéaires - le 7/12/2009
 patrick

310 07-Fév-2010 13:00 (il y a 12 ans 11 mois 20 jours)

Le porc a la bride sur le cou [F. C.-L.]
4 Janvier 2010
Porc fermier Label Rouge

Cornes de brumes, mégaphones et drapeaux revendicatifs ! Mi-novembre, des éleveurs de porcs ont débarqué dans plusieurs hypermarchés de Châlons-en-Champagne, accusant la grande distribution de « s’engraisser sur le dos des éleveurs et des consommateurs ». Le lendemain, même opération, cette fois à Reims, où ils sont entrés dans un centre Leclerc… avec leurs porcelets.

1 €/kg au Cadran de Plérin

La colère couve à nouveau chez les éleveurs. Début décembre, ils ont été confortés dans leur opinion par les résultats d’une enquête de Que Choisir à propos des marges sur les prix agricoles.

Au Marché au cadran de Plérin (22), le cours du porc se traîne autour de 1 € le kilo depuis plusieurs semaines, en deçà des coûts de production. Bref, une nouvelle fois, la situation a l’allure d’une poudrière prête à s’embraser.
 Eleveur au bout du rouleau mais encor

311 07-Fév-2010 14:36 (il y a 12 ans 11 mois 20 jours)


Patrick tu écris:

"Bref, une nouvelle fois, la situation a l’allure d’une poudrière prête à s’embraser."

Mauvaise analyse de la situation.
En Bretagne, rien ne bouge. La plupart des éleveurs doivent tant d'argent à leur coop qu'ils sont condamnés à ne pas bouger.

Le système est verrouillé.

Pour que ça change il faudrait:

1 - Interdire la vente de porcs en direct afin que le cours MPB ne soit pas truqué.
2 - Interdire aux coopératives de financer les éleveurs.
A chacun son métier, les coops fournissent les appros et regroupent l'offre. Les banques financent.

Sur le point 2 on ne peut pas agir, par contre sur le point 1 les éleveurs doivent prendre leurs responsabilités.

Mais peut-être n'êtes vous déjà plus PROPRIETAIRES de vos animaux ?
 jerem61

312 09-Fév-2010 4:07 (il y a 12 ans 11 mois 18 jours)

Depuis plusieurs année on se fou de notre gueule, il est grandement temps d'embrasser la poudrière.
Aujourd'hui le cours aurait du monter au maximum, il est devenu super urgent pour nous tous de faire la révolution des éleveurs de porcs, il faut tous se mobiliser et faire des actions de grande ampleurs. A réfléchir!!! mais à la fin du mois il y a un évènement très important pour l'agriculture!!!
 PATRICK

313 09-Fév-2010 8:37 (il y a 12 ans 11 mois 18 jours)

+1 pour Paris
 eleveurmarnais

314 10-Fév-2010 9:56 (il y a 12 ans 11 mois 17 jours)

Ca bouge dans le Sud

MERCREDI 10 FEVRIER
Les éleveurs de porc sont au bout du rouleau et ils tiennent à le faire savoir. Ils organisent ce mercredi matin, à partir de 5 heures, une grande manifestation à Teilhède (Puy-de-Dôme), à l'appel de la Fédération régionale des syndicats des exploitants agricoles (FRSEA). Ils ont décidé de bloquer les Salaisons Polette, l'un des plus importants salaisonniers de la région, pour tenter "d'obtenir un prix du porc plus rémunérateur".
Les producteurs disent avoir perdu plus de 30 € par porc en trois ans. « La situation n’est plus tenable, s’insurge Marc Tahon, responsable FRSEA Puy-de-Dôme. Nous essayons de dialoguer avec tous les responsables de la filière porcine. Mais c’est un dialogue de sourd. Donc nous avons décidé de nous faire entendre autrement par des actions plus musclées ».
Entre 100 et 150 éleveurs sont attendus. Des négociations avec l’ensemble de la filière porcine devraient avoir lieu dans les prochains jours
 eleveurmarnais

315 10-Fév-2010 10:29 (il y a 12 ans 11 mois 17 jours)

Ecoutez RADIO SCOOP

http://www.radioscoop.com/infos.php?id=44855

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum