Lire cet article dans:

Du ciel à l'enfer

À l'heure où tout semble aller à contre-courant, il reste l'espoir lié à un coût de production en Chine bien plus élevé qu'en Espagne...

Depuis les prix records de début juin (rappelez-vous, 1,55 euros / kg vif) jusqu'au bord du gouffre actuel (un peu plus d'un euro), trois mois et demi se sont écoulés au cours desquels le prix a glissé de manière constante et obstinée vers le bas. Un véritable parcours du paradis vers l'enfer. Nous avons perdu 34% du prix en cours de route (ou ce qui revient au même mais en sens inverse : le prix était alors 50% plus élevé que maintenant). Personne ne sait de combien le prix va baisser, personne ne peut le savoir. Bien qu'en ce moment, on entrevoie un plancher très, très proche (avec la permission de l'Allemagne). Il y a quelques semaines, nous avons osé prévoir que 1,02 euros / kg vif pourrait être le plancher ; la réalité ne sera pas loin de ce niveau.

Évolution du prix de la viande de porc en Espagne

Évolution du prix de la viande de porc en Espagne

La quasi-absence de la destination Chine pèse sur l'ensemble des prix européens. Les pays sans PPA (Espagne et France, Danemark également) exportent autant qu'ils le peuvent vers des destinations alternatives (Taïwan, Vietnam, Philippines, Amérique latine...) et parviennent ainsi à maintenir le prix de leurs porcs à un ou deux petits échelons au-dessus de celui de l'Allemagne et de ses marchés satellites.

Le pire dans la situation actuelle, c'est que nous ne savons pas quand et comment elle va se terminer. Pour l'instant, il est très clair qu'il y a un problème d'offre excédentaire dans les limites de l'UE et que la seule solution est la réduction du cheptel. Il n'est pas viable dans le temps d'avoir un prix du porc aux alentours de l'euro par kg avec un coût de production aux alentours de 1,30. Ce qui n'est pas possible, n'est pas possible, et en plus, c'est impossible. Ajoutons que jusqu'à présent, le prix du porc a baissé, oui, mais celui de la viande aussi et que dans la plupart des abattoirs espagnols, les bilans sont soit neutres (comprendre, zéro), soit encore négatifs. Cela signifie que sans bénéfices, l'abattoir n'est pas incité à abattre davantage de porcs. Et dans la situation actuelle, il est très nécessaire que les abattoirs fonctionnent à plein régime.

La production espagnole a connu "d'heureuses années" qui, pour l'instant, sont révolues. Il est peu probable que ce que nous avons connu (croissance incessante, profits soutenus et bonheur continu) se répète. Lorsque la tempête actuelle sera passée (et elle passera, elle passera sans l'ombre d'un doute), il sera temps de faire le point, de recoller les morceaux, de regarder la réalité avec le recul nécessaire et de passer à autre chose.

Il y a trois, quatre ou cinq ans maintenant, les différences entre les prix espagnols et allemands (commodément transformés en euros/kg vif) étaient négligeables ; deux ou trois centimes de plus ou de moins selon la période de l'année. Depuis l'arrivée de la PPA en Allemagne, ce parallélisme a disparu.

Comparaison du prix de la viande de porc en Allemagne (carcasse) et en Espagne (vif).

Comparaison du prix de la viande de porc en Allemagne (carcasse) et en Espagne (vif).

Pour illustrer la réalité actuelle, comparons les prix espagnols et allemands (dûment transformés en prix en vif pour ces derniers) sur les premiers marchés de chaque mois depuis octobre de l'année dernière, lorsque l'Allemagne avait déjà perdu sa capacité à exporter vers presque tous les pays en raison de la PPA :

Premier marché du mois : Prix espagnol
(€/kg)
Prix allemand
(€/kg)
Différence
Octobre 2020 1,30 0,96 + 0,34
Novembre 2020 1,24 0,96 + 0,30
Décembre 2020 1,11 0,90 + 0,21
Janvier 2021 1,10 0,90 + 0,20
Février 2021 1,12 0,90 + 0,22
Mars 2021 1,30 1,06 + 0,24
Avril 2021 1,46 1,14 + 0,32
Mai 2021 1,47 1,08 + 0,39
Juin 2021 1,55 1,19 + 0,36
Juillet 2021 1,46 1,12 + 0,34
Août 2021 1,27 1,04 + 0,23
Septembre 2021 1,22 0,95 + 0,27
Octobre 2021 1,08 0,91 + 0,17

Les observations suivantes peuvent être tirées de cette liste :

  • La différence entre les prix maximums allemand et espagnol ont été de (1,55 - 1,14) = 41 centimes par kg en vif, rien de moins !
  • Les écarts mensuels ont toujours été supérieurs à 20 centimes par kg vif (avec un maximum allant jusqu'à 39 centimes), sauf en octobre.
  • Jusqu'en septembre, le prix espagnol a été supérieur au prix de revient.
  • Depuis octobre dernier, le prix allemand (et celui des satellites) est inférieur au prix de revient.
  • Il doit y avoir une raison qui explique et justifie la sous-cotation allemande... (voir ci-dessous).

Rappelons ici que l'Allemagne "entraîne" ses marchés voisins, la Belgique et les Pays-Bas, et, moins - mais quand même - le Danemark.

Jusqu'à récemment, l'Allemagne a été le leader du marché européen du porc. Ce qui s'y passe a des répercussions dans toute l'Europe, jusqu'au dernier recoin. Pour diverses raisons, elle rencontre difficulté sur difficulté. Il y a d'abord eu un changement majeur dans la réglementation du travail, limitant la flexibilité dans l'embauche de la main-d'œuvre étrangère (→ augmentation des coûts de la main-d'œuvre) ; ensuite, la pandémie a littéralement rendu inopérant le marché de l'hôtellerie-restauration (→ perte d'un marché essentiel) ; puis la peste porcine africaine est apparue sur son territoire au milieu de l'année dernière (→ perte d'accès aux marchés étrangers) et, pour couronner le tout, il y a maintenant un manque étouffant de travailleurs qui empêche l'abattage et la découpe des carcasses et le désossage des morceaux nécessaires. Dans ce contexte, il n'est pas surprenant d'entendre que les abattoirs allemands sont déficitaires malgré un prix très bas. Une solution à moyen terme ne semble pas envisageable : il s'agit d'une concaténation de difficultés imbriquées qui ne peuvent être résolues en même temps. Comme il s'agit d'une crise sans précédent, générale et indiscriminée, le gouvernement fédéral allemand devra probablement intervenir (lorsqu'il sera formé, bien que cela semble ne semble pas être pour demain).

Ce qui se passe en Allemagne (et dans les satellites) est beaucoup plus grave que ce qui se passe en Espagne ; là-bas, les agriculteurs sont en perte depuis un an, ce qui est vite dit. Comme les pertes sont maintenant montées en flèche, on tire la sonnette d'alarme un peu partout. Comme nous l'avons mentionné dans l'article précédent, un réseau - protecteur - de la consommation de viande teutonne-germano-allemande est en train de se construire, ce qui rendra difficile la vente de viande non-allemande sur ce marché. Comme nous l'avons dit, les Autorités européennes de la Concurrence devraient, sinon intervenir, du moins observer ce qu'il se passe de près. Si tout est légal et conforme à la loi, alors en avant, mais si ce n'est pas le cas, celui qui a cette responsabilité dans l'UE (faciliter la libre circulation des marchandises comme le stipulent les principes fondateurs) ne peut pas rester les bras croisés. Quelqu'un, parmi les pays concernés, devrait faire quelque chose.

Nous sommes certains qu'il y aura des abattages massifs de truies ; il y aura probablement aussi des cas d'euthanasie face à la perspective de pertes énormes. L'équilibre entre l'offre et la demande de bétail vivant est actuellement rompu ; il y a trop de viande et trop de porcs. Et comme la Chine n'est pas en vue, le seul moyen de progresser est de procéder à une réduction drastique de l'effectif au niveau de l'UE.

Comme bonne nouvelle, nous transcrivons ici que l'USDA (Ministère de l'Agriculture des Etats-Unis) estime que les abattages en Chine diminueront de 14% en 2022. Espérons qu'il ait raison.

Une lueur d'espoir et de foi en l'avenir se profile à l'horizon : le gouvernement de la République populaire de Chine reconnaît (et les faits aussi) que les prix du porc vivant, qui se situent autour de 2,00 euros/kg vif, sont inférieurs aux prix de revient de nombreux éleveurs. De nombreux petits éleveurs cessent leurs activités (ce qui justifie en partie les prévisions de l'USDA). Si 2,00 euros / kg est un prix inférieur au coût des petits éleveurs... Alors on peut imaginer que les meilleurs et les plus efficaces seront à un coût de 1,50 ? / 1,60 ? Comme les coûts moyens en Espagne sont beaucoup plus bas, il est légitime d'en déduire qu'à un moment ou à un autre, cet avantage concurrentiel sera mis en évidence.

Parfois, une lumière s'allume dans l'obscurité.

Nous continuerons à garder un œil sur cette réalité aux multiples facettes pour tenter de la disséquer.

Comme le dit Bertrand Regader (psychologue spécialisé dans la vulgarisation de la psychologie) : "L'espoir nous aide à voir au-delà de la tempête que représente un mauvais moment". Accrochons-nous de nouveau à lui.

Guillem Burset

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Prix du porc

23 Jun
0,050
22 Jun
0,050
23 Jun
0,028
23 Jun
0,020
La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags