2 commentaires

Lire cet article dans:

Quel est le meilleur âge pour vacciner les porcelets contre le PCV2 ?

Cet article explique les facteurs à prendre en compte pour déterminer le moment optimum de la vaccination contre le PCV2 et montre les résultats d'une étude qui mesure l'efficacité de différents programmes vaccinaux dans un élevage avec une infection subclinique.

L’efficacité des vaccins commerciaux contre le circovirus porcin de type 2 (PCV2) a été largement démontré grâce à la diminution drastique de l'incidence des maladies associées au PCV2 (en anglais, porcine circovirus diseases, PCVDs) en conditions de terrain. De ce fait, l’utilisation large et continue de ces vaccins a donné lieu, dans la plupart des élevages, à un scénario d’infection subclinique par le PCV2 en obtenant finalement des lots séronégatifs à l’âge d’abattage. Dans tous les cas, il semble que la vaccination contre le PCV2 soit, dans la plupart des scénarios, économiquement rentable.

Aujourd’hui, l’âge le plus courant de la vaccination des porcelets contre le PCV2 est à 3-4 semaines d’âge (autour du sevrage). Cependant, il y a peu d’informations disponibles pour savoir si c’est à cet âge que l’on obtient le maximum de performance par la vaccination. Les facteurs à considérer pour décider le moment optimal de la vaccination contre le PCV2 sont les suivants :

Immunité maternelle : il est démontré que les niveaux élevés d’anticorps maternels (AM) au moment de la vaccination peuvent provoquer une réponse humorale  à la vaccination inférieure (interférence avec la séroconversion). Comme référence, on observe cette interférence quand les titres d’anticorps sont > 10  log2 IPMA (test d’immunoperoxydase en monocouche). Cependant, la réponse immunitaire cellulaire induite par les vaccins ne semble pas être affectée par les niveaux d’AM. Afin d’éviter cette interférence ou pour chez les truies et les porcelets.

Maturité du système immunitaire du porcelet : le niveau de maturité du système immunitaire d’un porcelet nouveau-né n’est pas encore clairement défini. Cependant, dans une étude, on a observé que la vaccination des porcelets de 5 jours d’âge et séronégatifs au PCV2 a entraîné une immunité protectrice contre l’infection expérimentale postérieure du PCV2. Cela indique qu’au moins à cet âge, le système immunitaire des porcelets est déjà suffisamment mature pour produire une réponse immunitaire protectrice. Cependant, au niveau de l’élevage, il n’est pas courant de trouver des porcelets séronégatifs à cet âge à cause principalement de la préexistence des AM.

Dynamique de l’infection par le PCV2: En général, la virémie du PCV2 commence à la fin de la période de PS ou au début de l’engraissement. Cependant, elle est très souvent variable en fonction de l’élevage. Des dynamiques d’infection très précoces peuvent aussi se produire et de ce fait, elles sont considérées comme l’un des facteurs de risque de PCVDs. Ces circulations précoces peuvent arriver quand les truies reproductrices ne sont pas stables. C’est pourquoi, dans ces cas, on devrait appliquer la vaccination sur les truies afin d’obtenir une immunité protectrice précoce sur les porcelets. Le pourcentage de porcelets infectés par le PCV2 à la naissance est souvent faible bien qu’il puisse être variable entre les élevages et les lots. Cependant, dans une étude, on a décrit une prévalence d’environ 40 % de virémie de PCV2 dans le sérum des porcelets avant qu’ils ne prennent le colostrum ; dans cette étude on a évalué différents élevages avec une infection subclinique par PCV2. Etant donné que cette prévalence élevée n’a été décrite dans aucune autre étude, on pourrait la considérer comme étant une exception. La transmission horizontale est très efficace chez les porcelets sensibles. Par conséquent, il est important de protéger les animaux (par la vaccination des truies) avant l’infection. De plus, on a démontré expérimentalement que la vaccination des porcelets virémiques et séropositifs au PCV2 entraîne une réponse immunitaire humorale et cellulaire capable de diminuer la virémie du PCV2 après le challenge. Cependant, il est très probable que l’efficacité de la vaccination des porcs virémiques ne soit aussi efficace que la vaccination des porcs non virémiques avec suffisamment d’anticipation au moment de l’infection.

Immunodépression. Tout facteur qui peut entraîner une immunodépression au moment de la vaccination peut diminuer l’efficacité de la vaccination. Parmi ces facteurs, on prend en compte les infections secondaires ou les maladies concurrentes, l’administration concomitante d’autres vaccins, le stress et la dénutrition.

L’effet de tous ces facteurs sur l’efficacité vaccinale dépendra de l’âge auquel on réalise la vaccination. Bien que les vaccins contre le PCV2 soient habituellement utilisés dans la plupart de systèmes de production porcine dans le monde entier, il y a peu d’études publiées dans lesquelles on compare l’efficacité des vaccins contre le PCV2 chez les animaux vaccinés à différents âges. Pour cette raison, on a mené une étude pour évaluer l’efficacité des différents protocoles de vaccination contre le PCV2 sur les porcelets à différents âges sous des conditions subcliniques d’infection. Les animaux ont été vaccinés à 3, 6 ou 10 semaines d’âge avec le même vaccin. De plus, un lot d’animaux n’a pas été vacciné. On a suivi tous les animaux et on a fait plusieurs prélèvements de sang de 2 semaines  d’âge jusqu’à 25 semaines d’âge. Dans cette étude, la vaccination contre le PCV2 à 3 ou 6 semaines d’âge a donné des résultats virologiques et sérologiques similaires. Les deux stratégies ont été efficaces puisqu’elles ont été capables de diminuer significativement le nombre d’animaux virémiques par rapport au groupe non vacciné. En revanche, la vaccination contre le PCV2 à 10 semaines d’âge a été probablement trop tardive puisqu’elle a coïncidé avec le début de la virémie PCV2. Ce protocole vaccinal n’a pas permis de diminuer significativement le nombre d’animaux virémiques par rapport au groupe non vacciné.

En conclusion, l’âge optimal pour la vaccination des porcelets serait celui qui combine la présence de faibles valeurs d’AM et le développement post-vaccinal d’une immunité protectrice contre le PCV2 avant l’apparition de l’infection naturelle (figure 1).

 

Détermination du moment optimum pour la vaccination des porcelets contre le PCV2
Figure 1. Détermination du moment optimum pour la vaccination des porcelets contre le PCV2

 

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

binalf18-Déc-2015 (il y a 2 ans 6 mois 2 jours)

je suis de même avis que vous

Soro Namongo14-Avr-2016 (il y a 2 ans 2 mois 6 jours)

Mes porcelets respirent très mal et je souhaite que vous me conseillez des produits pour les soigner à distance.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags