Lire cet article dans:

Le Royaume-Uni est loin d'être autosuffisant en viande porcine, conséquences sur le confinement et Brexit

Le Royaume-Uni importe 60 % de sa viande de porc. Cela a des implications à la fois sur la manière dont le marché réagit aux confinements nationaux liés aux coronavirus et sur la fin prochaine de la période de transition du Brexit.

Source : Defra, IHS Maritime and Trade - Global Trade Atlas®, HMRC, AHDB. *Disponibilité de l’offre à la consommation (calculée)

Source : Defra, IHS Maritime and Trade - Global Trade Atlas®, HMRC, AHDB. *Disponibilité de l’offre à la consommation (calculée)

23 Novembre 2020

Selon l'AHDB, en 2019, un peu moins de 60 % de la viande de porc disponible pour la consommation au Royaume-Uni était importée, presque entièrement de l'UE. Environ 30 % de la production nationale de viande porcine était exportée. Le volume total produit au Royaume-Uni ne représentait qu'environ 58 % de ce que le pays consomme.

Le commerce joue un rôle crucial dans le fait d’équilibrer la carcasse. Les consommateurs britanniques préfèrent les morceaux de patte et de longe, et il n'y a pas assez de porcs au Royaume-Uni pour satisfaire cette demande. Le pays préfère le bacon dorsal au bacon ventral.

En Chine, une destination importante pour l'exportation, des parties très différentes du porc sont recherchées. Cependant, la réduction actuelle de la production nationale de viande porcine chinoise, due à la peste porcine africaine, signifie probablement que la demande d'importation chinoise couvre une gamme de coupes plus large que ce qui est habituel.

Implications pour le confinement et le Brexit

La viande de porc importée a tendance à être plus présente dans le secteur de la restauration. Toute perturbation de ce marché, telle que l'état de confinement national induisant la fermeture des restaurants, touche davantage les importations que la demande de viande porcine britannique. Lors du premier confinement, les données de Kantar indiquaient une hausse de la demande de viande de porc, tirée par le commerce de détail, et donc la demande de produits britanniques aurait également été élevée. Cela devrait également être le cas lors du deuxième confinement ce mois-ci.

En ce qui concerne Brexit, le gouvernement britannique a publié les droits de douane extérieurs qu'il entend appliquer aux importations en dehors de tout accord de libre-échange. Ces taxes s'appliqueraient aux produits de l'UE au cas où aucun accord ne pourrait être conclu avec l'UE. Toutefois, à sa sortie de l'union douanière, le Royaume-Uni sera libre de réviser ces droits de douane extérieurs s'il le souhaite. Néanmoins, les droits de douane actuellement en vigueur sont élevés pour les produits à base de viande de porc, de l'ordre de 30 à 40 %. Le Royaume-Uni étant un important importateur net de viande porcine, cela augmenterait la valeur de la viande de porc nationale.

Les exportations de viande de porc et de truie vers l'UE seraient également soumises à des droits de douane élevés si aucun accord commercial n'était conclu. Toutefois, une part croissante des exportations est désormais destinée à la Chine plutôt qu'à l'UE (45 % depuis le début de l'année, abats y compris).

5 novembre 2020/ AHDB/ Royaume-Uni.
https://ahdb.org.uk/

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste