Forum

auto critique du liberalisme.

 dd

16 01-Nov-2010 22:13 (il y a 12 ans 3 mois 3 jours)

Je pensait que ces gens étaient élus donc légitime.Comment sont ils en poste si tel n'est pas le cas ?.Contester le résultat d'une élection démocratique ,c'est la fin de la démocratie ou le début du terrorisme.
 dd

17 01-Nov-2010 23:10 (il y a 12 ans 3 mois 3 jours)

Pour ne pas que mon propos soit mal interprété,je n'apporte pas forcement ma caution aux gens en place ou à leurs actions,mais discuter le résultat d'une élection qui c'est déroulée correctement (comme le 1°tour de 2001) ,me parait anormal.A ce que je sache il n'y a pas eu de prise de pouvoir par la force dans les organisations porcines ,et si les orientations choisit ou le fonctionnement de ma coop ne me conviennent pas, j'en recherche une plus en adéquation avec ma philosophie,ou je m'implique dans la mienne pour influer sur ses choix.
 chti

18 02-Nov-2010 6:42 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

je remercie les gens qui m'envoient des fleurs et pas des chrisantèmes, mais j'aimerai que vous restiez dans le sujet et que vous me donniez votre avis; la contractualisation à plusieurs variable "fixe 'variable encadré et variable pure avec indexation sur les quotations étrangères" vous satisferait elle.
Seriez vous prêt à abandonner, ou à bruler plérin pour ça.
Sod, la commission mixte du gappi est composé d'griculteur élu au sein du Gappi et de salariés de chez Mac Cain.
IL faut élir des gens capables d'argumenter, durs en affaires et incoruptibles . Eric DElacour le président du Gappi(1. 92m, 115Kg)fait parti des gens ayant ses qualités, c'est un de mes voisins. Quand les conditions qu'il négocie n'aboutissent pas à ce qu'il souhaite il montre l'exemple en baissant ses surfaces. Il est par ailleurs producteur pour une autre usine( VICO intersnack) il arbitre vers le plus offrant chaque année où produit des oignons quand le marché est plus favorable.
Il faudrait à mes yeux, une commission mixte par abattoir ou groupe. Composée d'éleveurs essentiellement extérieurs des groupes coopératif détenant ses mêmes abbatoirs. Le plus important est de se mettre d'accord contractuellement sur les indicateurs à observer pour faire varier le prix. Niveau de marge, prix du blé, des engrais, niveau de la production ,cotations étrangères et des concurents, préintention de production.
Je remarque qu'en pomme de terre le système marche très bien, le prix des contrats varient réellemnt en fonction de l'évolution de la production avec un décalage du au fait ue l'on fait qu'une récolte par an.
Il faut noter que Mac cain est l'entreprise qui couvre le plus ses besoins par des contrats mais qu'il y a d'autres entreprises qui couvrent beaucoup moins surtout en belgique( Luttosa, farm frites, medybel...) et qu'il existe un volume relativement important de pommes de terre libres susceptibles d'aller dans n'importe quelle usine et qui entretiennent une certaine concurence semaine après semaine entre celles ci.
Merci de vos réponses et de vos commentaires.
 Léon

19 02-Nov-2010 8:20 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

Ton idée est bonne parcequ'elle permettrait de créer une dynamique permanente sur les prix. Coter sur différentes bases empêcherait les différents acteurs de "s'entendre" sur un prix.
De toute façon notre "déconnection" ,par exemple du prix allemand, justifie à elle seule
- l'obligation de créer de nouvelles cotations
- l'incohérence du prix de Plérin.
Comme tu le dis , l'approche technique pourrait être discuté dans le détail (à peine), mais tu poses les bonnes bases d'un commerce dynamique , et optionnel fonction du degré de risque souhaité.
Toute tendance confondu , cela peut satisfaire tout le monde.

Mais , hélas , j'ai un doute . Pour mener à bien un tel projet , il doit y avoir un réel engagement de la profession... Ou , pourrait on tenter le coup avec quelques motivés ?
Si oui , quel serait , à ton avis, le volume minimum ?
 Amont

20 02-Nov-2010 9:23 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

comme Léon, il me semble que ce projet repose sur une observation solide du commerce de notre production, et sur l'observation d'un marché qui (je fais confiance à Chti) fonctionne bien.
J'avais il y a quelques temps soumis cette idée à ma coop de vendre par contrat à un prix défini une partie de ma production(par ex 50% sur 6 mois) ; mais je ne dirais pas qu'il y a eu une fin de non recevoir, mais pour l'instant ce n'est pas dans les moeurs... Et je me pose donc la même question que Léon, on commence quand et avec qui ????
Si je doutes de mes compétences dans ce domaine, c'est une idée qu'il m'intéresse de voir naitre. Pour qu'un tel projet voit le jour il faut qu'il soit suffisament construit pour qu'il convainque l'ensemble des acteurs de la filière et notament nos clients qui pour l'instant (et pour une majorité) semblent se satisfaire du système en place. Il n'empêche que ce type de contractualisation, j'en entends parler depuis pas mal de temps (par les groupements ou par les abatteurs) mais que au final personne ne prends le risque... ça sera peur être l'opportunité de cette crise.

tu dis :"Il faudrait à mes yeux, une commission mixte par abattoir ou groupe. Composée d'éleveurs essentiellement extérieurs des groupes coopératif détenant ces mêmes abbatoirs."
Veux-tu préciser celà ?
Pour quoi forcément une commission par abatteur ? ne doivent-ils pas être tous considérés sur le même pied d'égalité ? (quoique sans doute chacun pourra alors construire indépendament sa stratégie, ce qui ne peut être le cas au MPB)
Si tu exclues par principe les éleveurs "actionnaires" des ces abatteurs, ne tronques-tu pas un peu le démocratiquement correct ?
 kervilon

21 02-Nov-2010 10:57 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

élire des affairistes qui ne soient pas juge et partie, solidement rémunérés et incorruptibles, ensuite chacun son métier,le "collège éleveur" d'un côté et "le collège abbateurs" de l'autre, un siècle après l'église et l'etat et un contrat basé sur la réalité des coût de production entre les deux
rien qu'avec ça , on recolle aux autres cotations...
concrètement, il faudrait 2 bonnes années (je suis naîf) pour rembourser les dettes coop ou les transformer en bancaire, ça permettrait, par exemple fin 2012, de libérer et les truies...et les éleveurs...
le plus difficile reste de tordre le coup à l'actuelle logique coco et de stimuler un engagement de la profession
 pierre

22 02-Nov-2010 11:56 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

Je ne doute pas que ce type de contractualisation soit un plus au producteur de pomme de terre. Si le contrat proposé ne lui convient pas, il ne plante pas et se tourne vers une céréale. Tous les ans il a la liberté de définir son assolement en fonction de l’intérêt du contrat.
En est ‘il de même pour le producteur de porcs ?
 élection

23 02-Nov-2010 11:58 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

Je mesure 1m98 et pèse 124 kgs,ai-je des chances d'être élu par rapport à mon voisin qui lui pèse 61 kgs et mesure 1m59?
 Amont

24 02-Nov-2010 12:06 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

la question de Pierre est intéressante !
si le prix définit pas la commission ne convient pas à l'éleveur comment peut-il s'en retourner ? quelles solutions a-t'il face à une telle situation ?
 chti

25 02-Nov-2010 13:06 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

merci election, ça va nous mettre de nous détendre 2 minutes.
Tu seras à cours sûr elu,
Michel Audiard, auteur de film a écrit:(Les Tontons flingueurs)
Quand les mecs de 100 Kg discutent les mecs de 60 se taisent.

Il a aussi écrit (Le président)
On est gouverné par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.
Et enfin en ce qui te concerne:(le Pacha)
Quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner.
Sans rancune.
 voisin

26 02-Nov-2010 14:05 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

Et le voisin d'élection,qu'est-ce qu'il devient?
 lili

27 02-Nov-2010 17:21 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

La langue de bois.
http://www.youtube.com/watch?v=oNJo-E4MEk8
 occ

28 02-Nov-2010 18:00 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

Pour repondre à pierre et à Amont:
qu'est ce que peut faire l'éleveur si le prix ne lui convient pas?

Dans mon cas, cereales+faf+ps eng,
mon objectif de valorisation de mes céréales avec l'atelier porcs est de 50€/t par rapport au marché physique de céréale.
Si l'objectif n'est pas atteind (-30€ actuellement) je charge moins ou 1 lot sur 2 (batiment en fin de remboursement, depart d'un associé)
Le porcelet baissera de la meme facon sur plusieurs échéances et meme raisonement du naisseur dans sa gestion des truies productives

L'arbitrage de la production se fera par le prix. seulement faut il avoir une idée du prix avant la mise en production pour que l'arbitrage se fasse de facon seine et non sucidaire!

Ne pas oublier que tous les élèvages son différents et qu'il suffirait que l'arbitrage de quelque % pour avoir un impact sur le marché (amortir la baisse et aussi la hausse)

Sur une voiture, vous avez une boite à vitesse, et selon la reglementation, la pente et les vitrage, on adapte sa vitesse avec un rapport différent.
En porcs , on roule de nuit sans phare avec brouillard (sur autoroute qd meme) à 150km/heure en connaissant notre prix la semaine n-1 de l'abattage (les freins ne servent à rien)

Je t'encourage chti dans ton auto critique. Perso je préfère un marché style matif. Pas d'élu, de commission, de bureau. Tous le monde est au même rang, de facon anonyme.

un peu comme ici
 Amont

29 02-Nov-2010 18:17 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

à Lili, merci pour Franck lePage, mais que vient-il faire ici ? Qui insinues-tu de langue de bois ?

à Occ
entre l'insémination d'une truie et la vente d'un PC, il y a 10 mois ; c'est donc difficile d'anticiper sa production à une échéance si lointaine ; à moins de contractualiser un an à l'avance...
 verce

30 02-Nov-2010 18:45 (il y a 12 ans 3 mois 2 jours)

Depuis qu'amont a fini de bouder,il a bien repris le clavier,c'est bien amont.
A priori,cela a du lui manquer.

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum